Turquie / Archives

Pour Washington, une nouvelle offensive turque contre les milices kurdes syriennes serait « inacceptable »

Peu importe, pour le président turc, Recep Tayyip Erdogan, que les milices kudes syriennes [YPG] soient impliquées dans l’offensive visant à réduire les dernières positions tenues par l’État islamique [EI ou Daesh] à l’est de l’Euphrate, dans la province de Deir ez-Zor… Les considérant comme « terroristes » à cause de leurs liens avec le Parti des

Ankara annonce une nouvelle opération militaire contre les milices kurdes syriennes « dans les prochains jours »

Alors que, la semaine passée, les Forces démocratiques syriennes [FDS], dont les milices kurdes syriennes [YPG] constituent l’épine dorsale, ont annoncé des « progrès » dans l’offensive qu’elles mènent à Hajine, le dernier bastion de l’État islamique [EI ou Daesh], le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a annoncé, ce 12 décembre, qu’une nouvelle opération militaire dans le

Le retrait de la Turquie du programme F-35 n’aurait pas un « impact dévastateur » selon le Pentagone

Cet été, le Congrès des États-Unis a décidé qu’aucun des avions F-35A Lightning II commandés par Ankara ne quittera le territoire américain tant que les implications liées à l’achat de système défense aérienne russe S-400 par la Turquie ne seront pas clairement définies. En effet, l’on craint que l’acquisition par Ankara de systèmes non interopérables

Le président turc accuse la coalition anti-jihadiste de protéger les milices kurdes syriennes sous couvert de combattre l’EI

Dans le combat contre l’État islamique [EI ou Daesh] en Syrie, les milices kurdes syriennes, qui fournissent le gros des troupes des Forces démocratiques syriennes [FDS], ont pris un part prépondérante. Et cela, avec le soutien de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis [opération Inherent Resolve]. Actuellement, les FDS tentent de chasser l’EI de

Les forces américaines vont surveiller la frontière entre la Turquie et les territoires tenus par les milices kurdes syriennes

Le 11 novembre, les Forces démocratiques syriennes [FDS], une alliance arabo-kurde soutenue par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, annoncèrent la reprise de l’opération Roundup qui, menée contre le dernier bastion tenu par l’État islamique [EI ou Daesh] sur la rive orientale de l’Euphrate, avait été suspendue en raison d’une éventuelle offensive turque dans

Menacées par la Turquie, les Forces démocratiques syriennes suspendent leur offensive contre l’EI à Hajine

La coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis devra s’armer de patience pour voir la fin du « califat physique » auto-proclamé en juillet 2014 par Abou Bakr al-Baghdadi, le chef de l’État islamique [EI ou Daesh]. En effet, pour la Turquie, le combat contre l’organisation jihadiste n’est pas la priorité du moment (mais l’a-t-elle déjà été seulement?).

Leur offensive anti-EI bloquée à Hajine, les milices kurdes syriennes ont de nouveau été visées par l’artillerie turque

Le soutien américain aux Unités de protection du peuple [YPG], c’est à dire les milices kurdes qui, au sein des Forces démocratiques syriennes [FDS], sont en première ligne face à l’État islamique [EI ou Daesh], est l’un des contentieux entre Ankara et Washington. En effet, ces milices kurdes sont liées au Parti des travailleurs du

Selon le général Dunford, des combattants étrangers continuent de rejoindre l’État islamique au Levant

L’on aurait pu penser que l’État islamique [EI ou Daesh] n’était plus en mesure de recevoir des renforts extérieurs et que, avec les revers qu’il a subis au cours de ces derniers mois en Irak et en Syrie, il n’était plus aussi « attractif » que par le passé pour les sympathisants de la mouvance jihadiste. Or,

Syrie : Ankara et Moscou se mettent d’accord pour créer une zone démilitarisée dans la province d’Idleb

Devenue, au fil des reconquêtes faites par le régime syrien et ses alliés, un « abcès de fixation » dominé par la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham et des groupes rebelles soutenus par la Turquie, la province d’Idleb devrait être le théâtre d’une offensive qui permettrait à Damas de recouvrer l’essentiel des territoires perdus depuis mars 2011.

La Turquie va renforcer sa présence militaire dans le nord de Chypre

En 1974, en réaction d’un coup de force ayant eu pour objectif le rattachement de Chypre à la Grèce (« l’Élosis »), sur fonds de tensions communautaires entre Grecs et Turcs, Ankara lança une opération militaire afin d’occuper le nord de l’île et de créer la « République turque de Chypre nord » [RTCN], dont l’existence est seulement reconnue