Turquie / Archives

M. Le Drian : « Le pire est devant nous » en Syrie

Vous pensiez que la situation en Syrie allait s’améliorer après la défaite militaire infligée à l’État islamique? Eh bien, à en croire Jean-Yves Le Drian, le ministre des Affaires étrangères, on est encore loin du compte. « Le pire est devant nous », a-t-il même estimé, lors d’une intervention à l’Assemblée nationale, ce 20 février. Il se

Offensive turque : Les forces gouvernementales syriennes bientôt à la rescousse des Kurdes à Afrin?

« Les ennemis de mes amis sont mes ennemis » est une formule à la fois simpliste et fausse. À plus forte raison dans cet Orient « compliqué » où les alliances se font et se défont au gré des circonstances, où l’ami d’hier sera l’ennemi de demain. Et vice versa. Il y a tout juste deux mois, le

Pour M. Tsipras, les « provocations » turques contre la Grèce concernent aussi l’Union européenne

Le 13 février, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a mis sur le même plan l’opération « Rameau d’olivier », menée par les forces armées de son pays contre les milices kurdes syriennes à Afrin (nord de la Syrie) ainsi que les différends qui opposent la Turquie à Chypre (exploitation de gisements gaziers au sud de l’île)

Nouvel incident naval entre la Turquie et la Grèce près d’un îlot disputé en mer Égée

Faisant partie de l’archipe, du Dodécanèse, en mer Égée, l’îlot Imia (ou Kardak pour les Turcs) fait l’objet d’un différend territorial entre la Grèce et la Turquie. Au point même de provoquer des crises proches d’un affrontement militaire, comme en 1987 et en 1996. Et les incidents entre les forces armées de ces deux pays

La Turquie hausse le ton au sujet de l’exploitation des ressources gazières au sud de Chypre

Les fonds de la Méditerranée orientale regorgent d’hydrocarbures, en particulier de gaz naturel (au moins 3.500 milliards de m3). Pour exploiter ces ressources, Chypre, État membre de l’Union européenne (UE), a noué des partenariats avec Israël et l’Égypte, deux pays qui ont également des prétentions dans cette zone. Tout comme, d’ailleurs, la Turquie, qui se

Les militaires américains déployés auprès des FDS à Manbij risquent d’être visés par la Turquie

Le 3 février, alors que l’opération « Rameau d’oliver », menée contre les milices kurdes syriennes (YPG) à Afrin, entrait dans sa troisième semaine, les forces armées turques ont perdu 7 soldats, dont 5 lors de la destruction d’un char [sans doute un Leopard 2?] par un missile. Étant donné que les YPG bénéficient d’un appui de

Le président Macron met en garde la Turquie contre une invasion du nord de la Syrie

Depuis le 20 janvier, avec les groupes rebelles syriens qu’elle soutient, la Turquie a lancé l’opération « Rameau d’olivier » dans le secteur d’Afrin qui, situé dans le nord de la Syrie, est tenu par les milices kurdes syriennes (YPG – Unités de protection du peuple), qu’elle considère comme terroristes en raison de leur liens avec le

La ville syrienne de Manbij fait l’objet d’un bras de fer entre la Turquie et les États-Unis

En janvier 2014, la localité syrienne de Manbij, située sur la rive droite de l’Euphrate, à environ 80 km au nord-est d’Alep, devint l’un des premiers bastions de l’État islamique (EI ou Daesh) et donc l’un des principaux carrefours des axes empruntés par les recrues jihadistes venus de Turquie. Aussi, avec le soutien de la

Syrie/Afrin : La coalition jihadiste Hayat Tharir al-Sham s’invite dans l’offensive turque en s’attaquant aux miliciens Kurdes

Au cinquième jour de l’opération « Rameau d’olivier », lancée à Afrin [nord de la Syrie] par la Turquie contre les milices kurdes syriennes [YPG, Unités de protection du peuple], présentes dans la région d’Afrin, le vice-Premier ministre turc, Bekir Bozdag, s’en est pris aux États-Unis, dans un entretien donné à la chaîne de télévision A. Haber,

Syrie : L’utilisation de chars allemands Leopard 2A4 par la Turquie contre les miliciens kurdes fait débat à Berlin

Alors que, du bout des lèvres, son parti, le SPD vient de donner son accord pour participer à une coalition gouvernementale avec la CDU/CSU, dont est issue la chancelière Angela Merkel, le ministre allemand des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel, a été obligé de donner des explications sur les échanges qu’il a eus, il y a