Turquie / Archives

Les milices kurdes syriennes demandent l’instauration d’une zone d’exclusion aérienne

Le bilan des frappes aériennes turques ayant visé, le 25 avril, des positions tenues par les milices kurdes syriennes (YPG) près de la ville d’al-Malikiyah s’est encore alourdi, avec désormais 20 combattants tués et une vingtaine de blessés. Au lendemain de ces raids aériens, le ton est monté d’un cran entre les forces turques et

Le secrétaire général de l’Otan demande à la Turquie de « respecter pleinement l’État de droit »

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a réussi son pari en remportant de justesse, le 16 avril, le référendum constitutionnel visant à renforcer ses pouvoirs. Et, ayant constaté des irrégularités lors du scrutin, l’opposition, en particulier le Parti républicain du peuple (CHP), a vu le Conseil d’État refuser d’examiner les recours qu’elle avait déposés. En

Des frappes aériennes turques font au moins 20 tués parmi des combattants anti-État islamique

Alors qu’elles sont en première ligne face à l’État islamique (EI ou Daesh), avec le soutien de coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis, qui compte sur elles pour mener l’offensive en direction de Raqqa, les milices kurdes syriennes (YPG) ont à nouveau été visées par des frappes aériennes turques, ce 25 avril. Ce raid, mené

La Turquie préparerait une opération terrestre dans le nord de l’Irak

Après « Bouclier de l’Euphrate » en Syrie, va-t-on vers une opération militaire turque dans le nord de l’Irak? C’est ce que révèle, ce 6 avril, le quotidien Yeni Safak, proche du pouvoir à Ankara. Ainsi, cette opération terrestre, appelée « Bouclier du Tigre », serait lancée après le référendum constitutionnel du 16 avril prochain. D’après Yeni Safak, elle

La Turquie annonce la fin de l’opération « Bouclier de l’Euphrate »

Le 24 août 2016, la Turquie lançait une opération militaire, appelée « Bouclier de l’Euphrate » afin d’écarter la menace de l’État islamique (EI ou Daesh) de sa frontière et d’empêcher les milices kurdes syriennes (YPG), intégrées aux Forces démocratiques syriennes (FDS) de faire la jonction entre les territoires passés sous leur contrôle dans le nord de

Otan : L’Allemagne refuse de livrer des armes à la Turquie

La question des ventes d’armes est toujours sensible en Allemagne. En octobre 2016, un rapport ayant mis en lumière une hausse substantielles des exportations allemandes d’équipements militaires suscita ainsi une vive polémique outre-Rhin. Car, malgré les engagements pris par Sigmar Gabriel, alors ministre de l’Économie, plusieurs pays à la réputation sulfureuse figuraient en bonne place

Le président turc menace : « Demain, aucun Européen ne pourra faire un pas dans la rue en sécurité »

Les relations entre la Turquie et l’Allemagne sont tendues depuis plusieurs mois, notamment après la reconnaissance du génocide arménien par le Parlement allemand. Mais elles se sont dégradées davantage après la décision de Berlin de pas autoriser des meetings électoraux favorables au président turc, Recep Tayyip Erdogan, sur son territoire. Les Pays-Bas ont pris la

Les milices kurdes syriennes affirment avoir trouvé un accord avec les forces russes; Moscou dément

Le porte-parole des Unités de protection du peuple kurde (YPG), Redur Xelil, a affirmé, ce 20 mars, qu’un accord portant sur la formation militaire et l’implantation d’une base à Afrin avait été conclu la veille avec la Russie. « C’est le premier accord du genre », a précisé M. Xelil, rapporte l’AFP. Selon lui, il prévoit « un

L’Allemagne veut garder la Turquie au sein de l’Otan

Pour avoir empêché plusieurs ministres turcs de venir sur leur territoire pour des meetings électoraux en vue du référendum visant à renforcer les prérogatives de l’exécutif turc, l’Allemagne et les Pays-Bas ont suscité la colère d’Ankara. Le président de la Turquie, Recep Tayyip Erdogan, n’y est pas allé de main morte, en accusant Berlin d’utiliser

Syrie : La Turquie veut renforcer sa coopération militaire avec la Russie

Alors que la Syrie va demander aux Nations unies de contraindre la Turquie à cesser son intervention militaire dans le nord de son territoire, le président turc, Recep Tayyip Erdogan a dit vouloir renforcer la coopération militaire entre son pays et la Russie pour instaurer une « zone de sécurité » exempte de jihadistes et de miliciens