Tunisie / Archives

La Tunisie et l’Arabie Saoudite ont organisé leur premier exercice aérien conjoint

Membre de l’Alliance militaire islamique, une coalition de pays musulmans mise sur pied par Riyad en 2015 pour « combattre le terrorisme », la Tunisie organise, depuis le 8 octobre, des manoeuvres aériennes inédites avec l’Arabie Saoudite. Ainsi, des F-15 de la Royal Saudi Air Force [RSAF] ont été déployés à cette fin sur la base aérienne

Au moins 50 jihadistes tunisiens seraient arrivés en Europe, via la route des migrants

En février 2016, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, avait fait part du risque « majeur » de voir des jihadistes se mêler aux migrants arrivant à Lampedusa (Italie). À l’époque, il pensait surtout aux combattants de l’État islamique (EI) présents en Libye. Trois plus tard, Interpol et Europol firent part de leur « préoccupation croissante »

La Tunisie a reçu ses 6 premiers hélicoptères d’attaque OH-58D Kiowa

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a eu l’occasion de faire part, à plusieurs reprises, de sa préoccupation au sujet de la Tunisie. Et cela pour plusieurs raisons. La première est que ce pays, déjà frappé par plusieurs attentats meurtriers revendiqués par l’État islamique, compte des milliers de ressortissants dans les rangs

Des drones américains déployés en Tunisie

  Récemment, le Washington Post affirmait que des drones MQ-9 Reaper de l’US Air Force avaient été déployés sur une base tunisienne afin de mener des missions de reconnaissance et de surveillance en Libye, où les forces du gouvernement d’union nationale venaient de lancer une offensive visant à chasser les jihadistes de l’État islamique (EI)

Il y aurait un millier de jihadistes tunisiens en Libye, selon un ministre

Alors qu’elle a connu une transition démocratique aboutie dans la ligne des printemps arabe de 2011, la Tunisie est paradoxalement le pays qui compte le plus de jihadistes enrôlés dans les rangs de l’État islamique (EI ou Daesh) au regard de sa population. Et encore, selon les autorités tunisiennes, plus de 18.000 départs vers la

M. Le Drian évoque un risque d’éparpillement des jihadistes libyens

Le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a été l’un des premiers à avertir de la présence de jihadistes en Libye, en particulier dans le sud du pays, qu’il avait qualifié de « hub terroriste » en 2014. Depuis, l’État islamique (EI) s’est implanté dans ce pays, où il compte, selon les estimations, entre 4.000

Attaque jihadiste « sans précédent » en Tunisie

À l’aube de ce 7 mars, un nombre indéterminé de jihadistes ont simultanément lancé plusieurs attaques contre une caserne de l’armée, un poste de police et un autre de la Garde nationale à Ben Guerdane, une localité de 60.000 habitants située dans l’est de la Tunisie, à deux pas de la frontière libyenne. D’après un

Mise en garde d’Alger contre une intervention militaire en Libye

La ligne officiellement suivie par les puissances occidentales (France, Royaume-Uni, Italie et États-Unis) pour réduire la présence de l’État islamique (EI ou Daesh) et des autres organisations jihadistes en Libye est d’attendre la formation d’un gouvernement libyen d’unité nationale pour ensuite apporter à ce dernier un soutien militaire. Il n’est donc pas question d’une intervention

Des soldats britanniques pour aider la Tunisie à protéger sa frontière avec la Libye

Le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, a annoncé, le 29 février, l’envoi en Tunisie d’une équipe de 20 militaires pour aider ce pays à protéger sa frontière avec la Libye, où l’expansion de l’État islamique (EI ou Daesh) préoccupe les autorités tunisiennes. L’an passé, la Tunisie a été le théâtre de trois attentats

Des militaires allemands pour former les forces libyennes en Tunisie?

Selon l’hebdomadaire allemand Der Spiegel, toujours très a fait des questions de défense, Berlin envisagerait d’envoyer une centaine de militaires en Tunisie afin d’y former les forces armées libyennes. « Selon des projets internes (au gouvernement), des soldats allemands pourraient aux côtés de collègues italiens dans quelques mois commencer à former les forces armées libyennes », a