Trump / Archives

Discussions en cours sur une possible vente du F-35A aux Émirats arabes unis

La semaine passée, le magazine spécialisé américain Defense News a rapporté que l’administration Trump avait accepté une requête exprimée depuis longtemps par les Émirats arabes unis au sujet d’un potentiel achat de l’avion de 5e génération F-35A, développé par Lockheed-Martin. Quelques jours plus tard, lors d’une table ronde avec des journalistes organisées à l’occasion du

Pour le Pentagone, seule une intervention terrestre permettrait de localiser les sites nucléaires nord-coréens

Alors qu’il se trouve à Tokyo, dans le cadre d’une tournée diplomatique en Asie du Sud-Est, le président Trump a de nouveau mis en garde la Corée du Nord en affirmant que son programme nucléaire est une « menace pour le monde civilisé. » « Certains disent que ma rhétorique est forte mais regardez ce qui s’est passé

Démonstration de force américaine au large des côtes nord-coréennes

Lors de son discours prononcé lors de l’Assemblée générale des Nations unies, le 19 septembre, le président américain, Donald Trump, n’a pas retenu ses coups contre la Corée du Nord. Il a en effet dénoncé le « régime vicieux » de Pyongyang et surnommé son chef, Kim Jong-un, de « Rocket Man » embarqué dans « une mission suicide » pour

L’Iran dit avoir testé le Khorramshahr, un nouveau missile balistique d’une portée de 2.000 km

Lors de l’Assemblée générale des Nations unies, cette semaine, le président américain, Donald Trump, s’est montré très offensive à l’égard de la République islamique d’Iran, qu’il a qualifiée de « dictature corrompue sous le marque de la religion », de « régime meurtrier » soutenant le terrorisme de l’Irak au Yémen ainsi que Damas et le Hezbollah au Liban.

Le chef du Pentagone réaffirme le soutien américain à l’Ukraine sans annoncer de livraison d’armes

Alors que, pour la énième fois, Moscou a annoncé un nouvel accord de cessez-le-feu dans le sud-est de l’Ukraine (Donbass), où les forces gouvernementales sont aux prises avec des séparatistes pro-russes, le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, a réaffirmé, ce 24 août, à Kiev, l’engagement de Washington à aider l’armée ukranienne. Dans un

Afghanistan : La Chine prend la défense du Pakistan après les propos de M. Trump

Pour s’assurer d’une profondeur stratégique face à l’Inde, le Pakistan a soutenu le mouvement taleb afghan dans les années 1990. Et leur puissante service de renseignement, l’Inter Service Intelligence (ISI) entretient des liens avec le réseau Haqqani, une composante des taliban installée dans les régions tribales pakistanaises. Mieux encore : les milliards de dollars versés

Après les heurts de Charlottesville, les chefs militaires américains dénoncent le racisme et le sectarisme

Le 12 août, à Charlottesville, au volant de son Dodge Challenger, James Alex Fields Jr, 20 ans, a foncé sur un groupe de manifestants qui s’opposaient à un rassemblement de militants de l’extrême-droite américaine, dont des membres du Ku Klux Klan, des suprémacistes blancs et des néo-nazis. Bilan : une femme de 32 ans tuée

Le président Trump parle d’une « option militaire » pour le Venezuela

Le bras de fer entre le Parlement vénézuélien, où le centre-droit est majoritaire depuis les élections de décembre 2015, et le président socialiste Nicolas Maduro, « héritier » d’Hugo Chavez, le chantre de la « révolution bolivarienne », a débouché sur une grave crise politique, avec, en toile de fond, une situation économique désastreuse (inflation de 720%, effondrement des

Afghanistan : Entre le recours à des sociétés militaires privées et l’envoi de renforts, l’administration Trump hésite

Le mois de juillet se termine et l’administration de Donald Trump n’a toujours pas dévoilé la politique qu’elle entend mener en Afghanistan. Les seules décisions prises ont été de nommer un nouvel ambassadeur à Kaboul (en l’occurrence John Bass, alors en poste à Ankara) et de suspendre l’aide militaire accordée au Pakistan au motif, selon

La France et les États-Unis prêts à « travailler à une réponse commune en cas d’attaque chimique » en Syrie

Lors d’un récent entretien donné à la presse européenne, le président Macron a expliqué que le départ de Bachar el-Assad n’était plus une priorité pour la France. « Longtemps nous avons été bloqués sur la personne de Bachar el-Assad. Mais Bachar, ce n’est pas notre ennemi, c’est l’ennemi du peuple syrien », a-t-il dit. En revanche, l’usage