Trump / Archives

Otan : Pour M. Trump, les pays européens doivent augmenter leurs budgets militaires et… rembourser les États-Unis

Depuis qu’il est à la Maison Blanche (et même avant), Donald Trump ne cesse de critiquer obsessionnellement la faiblesse des dépenses militaires des pays membres de l’Otan. Avant d’arriver à Bruxelles pour participer au sommet de l’Alliance, M. Trump en a remis une couche. « De nombreux pays de l’Otan, que nous sommes censés défendre, non

Syrie : Les navires de guerre russes ont presque tous quitté la base navale de Tartous

Après que le président Trump a annoncé des frappes imminentes contre le régime syrien en réponse à l’attaque chimique présumée de Douma, Washington a donné le sentiment de chercher à calmer le jeu, d’autant plus que Moscou a agité le spectre d’une possible guerre entre les États-Unis et la Russie (proche alliée de la Syrie).

Le nombre de frappes américaines en Somalie et au Yémen a atteint un niveau record en 2017

Quand le président Obama était encore à la Maison Blanche, le Yémen et la Somalie n’étaient pas considérés comme des « zones d’hostilité actives », comme le sont actuellement la Syrie, l’Irak ou l’Afghanistan. Pour autant, les forces américaines y ont conduit plusieurs frappes aériennes contre des « cibles de haute valeur », c’est à dire des cadres d’organisations

Pour un ex-chef d’état-major américain, les États-Unis et la Corée du Nord « n’ont jamais été aussi proches » d’une guerre nucléaire

Si, lors de ses voeux, s’est montré plutôt conciliant à l’égard de la Corée du Sud en disant espérer « sincèrement que les Jeux Olympiques d’hiver de Pyeongchang seront menés avec succès », le chef du régime nord-coréen, Kim Jung-Un a une nouvelle fois affirmé les ambitions de son pays dans le domaine du nucléaire. En 2017,

Terrorisme : Le président Trump menace de couper les aides au Pakistan

Parce qu’il avait besoin de profondeur stratégique face à l’Inde, le Pakistan soutint le mouvement taleb afghan, alors au pouvoir à Kaboul. Puis vinrent les attentats du 11 septembre 2001, qui changèrent la donne. Partenaire de premier plan des États-Unis dans la « guerre contre le terrorisme », le Pakistan bénéficia d’une aide massive de la part

Des renseignements donnés aux service russes par la CIA ont permis de déjouer un attentat à Saint-Petersbourg

Les relations entre les États-Unis et la Russie sont peut-être compliquées mais, visiblement, cela n’empêche pas quelques « coups de pouce » en matière de contre-terrorisme. Ainsi, le 15 décembre, le Service fédéral de sécurité (FSB), héritier d’une direction générale de l’ex-KGB, a indiqué avoir interpellé 7 individus d’une cellule terroriste prête à passer à l’action contre

Discussions en cours sur une possible vente du F-35A aux Émirats arabes unis

La semaine passée, le magazine spécialisé américain Defense News a rapporté que l’administration Trump avait accepté une requête exprimée depuis longtemps par les Émirats arabes unis au sujet d’un potentiel achat de l’avion de 5e génération F-35A, développé par Lockheed-Martin. Quelques jours plus tard, lors d’une table ronde avec des journalistes organisées à l’occasion du

Pour le Pentagone, seule une intervention terrestre permettrait de localiser les sites nucléaires nord-coréens

Alors qu’il se trouve à Tokyo, dans le cadre d’une tournée diplomatique en Asie du Sud-Est, le président Trump a de nouveau mis en garde la Corée du Nord en affirmant que son programme nucléaire est une « menace pour le monde civilisé. » « Certains disent que ma rhétorique est forte mais regardez ce qui s’est passé

Démonstration de force américaine au large des côtes nord-coréennes

Lors de son discours prononcé lors de l’Assemblée générale des Nations unies, le 19 septembre, le président américain, Donald Trump, n’a pas retenu ses coups contre la Corée du Nord. Il a en effet dénoncé le « régime vicieux » de Pyongyang et surnommé son chef, Kim Jong-un, de « Rocket Man » embarqué dans « une mission suicide » pour

L’Iran dit avoir testé le Khorramshahr, un nouveau missile balistique d’une portée de 2.000 km

Lors de l’Assemblée générale des Nations unies, cette semaine, le président américain, Donald Trump, s’est montré très offensive à l’égard de la République islamique d’Iran, qu’il a qualifiée de « dictature corrompue sous le marque de la religion », de « régime meurtrier » soutenant le terrorisme de l’Irak au Yémen ainsi que Damas et le Hezbollah au Liban.