Terrorisme / Archives

Sentinelle oblige, des militaires seront (encore) contraints de renoncer à leurs permissions

Le Conseil de défense qui s’est tenu à l’Élysée ce 27 juillet, au lendemain de l’attaque d’une église revendiquée par l’État islamique (EI ou Daesh), n’a pas donné lieu à d’annonces nouvelles, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, n’ayant confirmé que des mesures déjà annoncées précédemment. Ainsi, comme l’avait déjà indiqué le président

Une attaque jihadiste fait un mort et un blessé grave dans une église, près de Rouen

Deux hommes armés d’armes blanches se sont introduits, le 26 juillet, dans une église située à Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, avant de prendre en otages au moins 5 personnes qui assistaient à la messe du matin. Alertés par une soeur ayant réussi à quitter l’église au début de la prise d’otages, les policiers de la

Interpol va coopérer avec la coalition anti-État islamique

Par un communiqué publié le 22 juillet, l’Organisation internationale de police criminelle (OIPC, ou Interpol), a annoncé qu’elle venait de rejoindre la coalition internationale anti-État islamique (EI ou Daesh) pour « endiguer le flot de combattants étrangers » et « arrêter son financement ». Selon son secrétaire général, Jürgen Stock, cette organisation, dont le siège est situé à Lyon,

Le secrétaire général de l’ONU redoute une dissémination de l’EI en Afrique du Nord

Ne rien faire et la branche libyenne de l’État islamique (EI) continuerait son expansion en Afrique du Nord, voire même au-delà… Et la chasser de son fief de Syrte donnerait le même résultat. C’est en substance ce que l’on peut retenir d’un rapport confidentiel qu’a remis Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, au

La force Sentinelle va être plus « orientée » vers le contrôle des flux et des frontières

En dépit des critiques contre l’opération Sentinelle faites par deux récents rapports parlementaires, dont celui émanant de la commission d’enquête relative aux moyens de l’État pour lutter contre le terrorisme, le gouvernement persiste. Alors que le format de cette opération intérieure devait être ramené à 7.000 soldats après l’Euro, l’attentat de Nice, commis le 15

L’État islamique revendique l’attentat de Nice

Au soir du 15 juillet, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, a refusé de confirmer l’appartenance de Mohamed Lahouaiej Bouhlel, l’auteur de l’attentat de Nice (84 morts selon un bilan encore provisoire), à la mouvance jihadiste. Et cela alors que le Premier ministre, Manuel Valls, avait évoqué « un terroriste sans doute lié à l’islamisme radical

Attentat de Nice : Le président Hollande fait appel à la réserve opérationnelle

Ainsi, suite à l’attentat de Nice, le président Hollande a décidé de prolonger l’état d’urgence de trois mois de plus et de maintenir les effectifs de l’opération intérieure Sentinelle à 10.000 personnels. Seulement, la Loi de programmation militaire 2014-2019, actualisée à l’été 2015, prévoit un contrat opérationnel de 7.000 soldats pour ce type d’opération. Et,

Après l’attentat de Nice, l’opération Sentinelle reste à 10.000 hommes et l’état d’urgence sera maintenu

La Promenande des Anglais, à Nice. Il est près de 23 heures et le feu d’artifice traditionnellement tiré pour le 14-Juillet se termine. De nombreux spectateurs, venus en famille, déambulent sur cette avenue qui longe la Baie des Anges. Il y a de la musique, l’ambiance est à la fête… Soudain, un camion blanc d’une

Le service Action de la DGSE utilisé « au plein de ses capacités »

Unité militaire, le service Action (SA) de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) est chargé des opérations clandestines, lesquelles vont du recueil de renseignements d’origine humaine (ROHUM) à la libération d’otages, en passant par l’exfiltration de personnels et la « neutralisation » d’individus. Lors de son audition devant la commission d’enquête parlementaire relative aux moyens

Contre le terrorisme, le président nigérien veut une « force multinationale mixte » en Afrique de l’Ouest

Le Niger doit faire face à une double menace jihadiste. La première est incarnée, dans le nord du pays, par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et ses alliés. La seconde vient de Boko Haram, le groupe nigérian qui, soumis à l’État islamique (EI ou Daesh), mène régulièrement des raids meutriers dans le sud, principalement dans