Terrorisme / Archives

L’État islamique aurait recruté plus de 6.000 nouveaux jihadistes en juillet

Il est difficile d’avoir une idée précise des effectifs de l’État islamique, l’organisation jihadiste qui sème la terreur en Irak et en Syrie, tant les estimations varient selon les sources. Chercheur à l’Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), Karim Pakzad a avancé le chiffre « d’au moins 10.000 combattants ». Ce qui signifie qu’il s’agit-là d’un

Nigéria : Le groupe jihadiste Boko Haram s’est emparé de la ville de Buni Yadi

Jusqu’à présent, le groupe jihadiste Boko Haram, actif dans le nord du Nigéria, attaquait une localité, pillait et tuait tout ce qu’il pouvait avant de repartir. Mais, depuis quelques semaines, il semble qu’il est désormais dans une logique de conquête. Est-il inspiré par l’exemple de l’État islamique en Irak et en Syrie? Récemment, et selon

Mali : La force française Barkhane a arrêté au moins 3 jihadistes d’AQMI près de Tombouctou

Le 10 août, un correspondant de la BBC indiquait qu’une intervention française était en cours dans la région d’Essakane, à l’ouest de Tombouctou, ville tenue par al-Qaïda au Maghreb islamique (AMQI) avant d’en être chassé lors de l’opération Serval, lancée en janvier 2013. A priori, la force Barkhane, était sur la trace de jihadistes dont

Irak : Le président Obama autorise des frappes aériennes contre les jihadistes de l’État islamique

Les récents gains territoriaux de l’État islamique (ex-État islamique d’Irak et du Levant, EIIL) ont provoqué l’exode de 200.000 personnes, notamment des chrétiens et des yésidis, qui fuient les exactions commises par les jihadistes. Le 7 août, le pape François a interpellé la communauté internationale pour que soit « entrepris le nécessaire pour protéger ceux qui

Mali : Iyad Ag Ghali, le chef des jihadistes d’Ansar-Dine, refait surface

Chef du groupe jihadiste Ansar Dine (ou Ansar Eddine), Iyad Ag Ghali s’est fait très discret depuis le lancement, en janvier 2013, de l’opération militaire française Serval, visant libérer le Nord du Mali, qui était alors sous sa coupe ainsi que sous celle de ses alliés d’al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et du Mouvement pour

Selon M. Le Drian, l’objectif de l’opération Barkhane est « l’éradication du terrorisme jihadiste »

Lors de ses déplacements au Niger et au Tchad, il y a quelques jours, le président Hollande n’a pas manqué d’évoquer largement l’opération Barkhane, qui prendra le relais de Serval et d’Épervier à compter du 1er août, sous le commandement du général Jean-Pierre Palasset. Cette nouvelle opération vise à « régionaliser » les missions de contre-terrorisme dans

14 militaires tunisiens tués lors d’une attaque terroriste

Au moins 14 militaires tunisiens ont perdu la vie, le 16 juillet, lors d’une double attaque menée dans le secteur du mont Chaambi, une région montagneuse située près de la frontière avec l’Algérie. Selon le ministère tunisien de la Défense, qui a donné ce bilan non encore définitif, les assaillants ont visé deux postes de

La filière jihadiste irako-syrienne concerne au moins « 870 individus venant de France »

Invité à s’exprimer devant les députés de la commission de la Défense nationale et des Forces armées, le 1er juillet dernier, Alain Zabulon, le coordonnateur national du renseignement, a donné des chiffres très précis concernant les filières de recrutement jihadistes à destination de la Syrie et de l’Irak. Ainsi, il est estimé que le nombre

Le mandat de la mission des Nations unies au Mali prolongé d’un an

Quand on lit le rapport que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a remis le 9 juin au Conseil de sécurité, l’on se dit que le Mali n’est pas prêt d’être tiré d’affaire. La question touareg reste encore à régler, et cela d’autant plus que les violents combats qui ont eu lieu à

Les Etats-Unis enverront 300 conseillers militaires à Bagdad et sont prêts à des « frappes ciblées » si nécessaire

Parlant souvent de « terminer » (mais plus rarement de gagner) les guerres dans lesquelles son pays est engagé, il aurait été surprenant de voir le président Obama annoncer, lors de son allocution du 19 juin, une nouvelle intervention militaire américaine de grande ampleur pour mettre en échec les jihadistes de l’Etat islamique en Irak et au