Tchad / Archives

Une localité tchadienne attaquée par un groupe armé rebelle venu de Libye

Lors du soulèvement qui entraîna sa chute, le colonel Kadhafi avait enrôlé des combattants appartenant à des groupes rebelles soudanais et tchadiens. Depuis, ces derniers sont restés en Libye, plus précisément dans le sud. Et ils sont impliqués dans les combats qui opposent les deux gouvernement rivaux libyens, à savoir celui de Tripoli (GNA, reconnu

Un général mauritanien nommé à la tête de la Force conjointe du G5 Sahel

Le général malien Didier Dacko n’aura pas fait long feu à la tête de la Force conjointe du G5 Sahel [FC-G5], qui doit réunir 5.000 soldats fournis par le Mali, le Niger, le Burkina Faso, le Tchad et la Mauritanie pour lutter à la fois contre le terrorisme, le crime organisé et le trafic d’êtres

Les États-Unis ont officiellement remis deux avions légers de renseignement à la force aérienne tchadienne

En septembre 2017, considérant qu’il ne partageait pas « de manière adéquate les informations concernant la sécurité du public et le terrorisme », le Tchad fut mis sur une liste noire américaine [la proclamation 9645], laquelle imposait aux ressortissants tchadiens des restrictions aux ce qui s’était traduit par une interdiction pour les ressortissants tchadiens pour voyager aux

Mali : Deux Casques bleus tchadiens tués par des tirs de mortier à Aguelhoc

Si la force Barkhane et les forces armées maliennes (FAMa) ont infligé de lourdes pertes à l’État islamique dans le grand Sahara (EIGS) dans la région de Ménaka, frontalière avec le Niger, la situation sécuritaire a été marquée, ces derniers jours, par plusieurs incidents dans le centre du Mali. « Une école et la mairie de

Une attaque contre la base française de Tessalit évitée grâce aux soldats tchadiens

La vigilance des soldats tchadiens de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) a permis d’éviter une attaque contre la Plateforme Désert Relais (PFDR) de la force française Barkhane à Tessalit. L’un des modes opératoires suivis par les groupes armés terroristes (GAT) pour attaquer les forces internationales, qu’elles soient

Le Tchad menace de revoir ses engagements dans les opérations militaires menées en Afrique

Force multinationale mixte pour combattre le groupe jihadiste nigérian Boko Haram, Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINISMA) et bientôt la Force conjointe du G5 Sahel… L’armée tchadienne est actuellement très sollicitée. Sans doute trop pour le président tchadien Idriss Déby Itno, pour qui cette situation n’est pas tenable au

Un civil français a été enlevé au Tchad

Le ministère des Affaires étrangères a confirmé, ce 23 mars, une information donnée plus tôt par une source militaire française à des journalistes, à savoir qu’un ressortissant français a été kidnappé dans la région d’Abéché, dans l’est du Tchad. « Nous sommes mobilisés avec les autorités tchadiennes pour parvenir à la libération de notre compatriote », a-t-il

Le Tchad ferme sa frontière avec la Libye

Alors que, dans le sud-libyen, la tension est vive entre les milices de Misrata et l’Armée nationale libyenne du général Khalifa Haftar, qui soutient le gouvernement de Baïda, qui n’est plus reconnu par la communauté internationale, le Tchad a annoncé, le 5 janvier, sa décision de fermer la frontière avec la Libye en raison d’une

Un nouveau groupe armé fait son apparition au Niger

Jusqu’à présent, le Niger était confronté à deux menaces : celle des groupes jihadistes liés à al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) au nord et celle de Boko Haram, lié à l’État islamique (EI) au sud. Une troisième vient d’apparaître avec l’émergence d’un nouveau groupe armé, appelé « Mouvement pour la justice et la réhabilitation du Niger »

Le Tchad envoie 2.000 soldats au Niger pour « traquer » les jihadistes de Boko Haram

Quelques jours après l’attaque menée par le groupe jihadiste nigérian Boko Haram contre la ville nigérienne de Bosso (et où la situation demeure encore confuse), le Tchad a envoyé, le 8 juin, 2.000 soldats. Cette décision a été prise alors que le président nigérien, Mahamadou Issoufou, a, deux jours plus tôt, fait une brève visite