taliban / Archives

Le chef de la mission de l’Otan en Afghanistan réclame des renforts

Des pertes subies par les forces de sécurité en hausse de 35% sur un an, des victimes civils sans cesse plus nombreuses, une influence gouvernemental qui se réduit progressivement pour ne concerner plus que 57% des 407 districts que compte le pays, une autorité contestées par les taliban dans plusieurs capitales provinciales… Plus de deux

Afghanistan : Les pertes civiles et militaires ont atteint un niveau record en 2016

L’élimination, en mai 2016, du mollah Mansour, alors chef du mouvement taleb afghan, n’a visiblement pas donné les résultats escomptés. Les pourparlers de paix sont restés dans l’impasse et, sur le terrain, les taliban ont intensifié leurs actions dans le cadre de leur traditionnelle offensive de printemps, appelée « Omari », en l’honneur du mollah Omar, leur

Le ministère afghan de la Défense veut 10% de femmes dans ses effectifs militaires

Alors que la défection, en décembre, du capitaine Niloofar Rahmani, qui était la première afghane a obtenir son brevet de pilote militaire, a fait grand bruit, le ministère afghan de la Défense a annoncé, ce 27 janvier, son intention de porter à 10% la proportion d’effectifs féminins au sein de l’armée nationale afghane (ANA). « À

La corruption fragilise l’armée nationale afghane

L’inspecteur général du service américain chargé de surveiller les efforts pour la reconstruction de l’Afghanistan (SIGAR), John Sopko, n’est pas du genre à manier la langue de bois et à prendre ses désirs pour des réalités. En clair, il ne cherche pas à plaire et dit les choses telles qu’elles sont. Et ses dernières déclarations

L’Otan envoie 200 militaires dans l’ouest de l’Afghanistan

En 2016, les taliban ont accentué leur pression sur au moins cinq capitales provinciales. Outre Lashkar Gah (Helmand, où 300 Marines américains vont y être redéployés pour conseiller les forces de sécurité afghanes), les villes de Pul-i-Khumri (Baghlan), Kunduz, Tarin Kot (Uruzgan) et Farah City (Farah) sont désormais menacées par les insurgés. La province de

Afghanistan : Les Marines américains sont de retour dans la province du Helmand

En 2016, les taliban ont étendu leur influence, en particulier dans le Helmand (sud), où ils menacent désormais Lashkar Gah, la capitale provinciale, mettant en grande difficulté les forces de sécurité afghanes, « conseillées » par des commandos américains et une poignée de militaires britanniques de la mission Resolute Support, menée par l’Otan. Alors que les combats

La Russie, la Chine et le Pakistan se disent inquiets face à l’émergence de la branche afghane de l’EI

Cela fera bientôt deux ans que l’État islamique (EI) a installé une « franchise » en Afghanistan, sous le nom de « Province de Khorasan », en partie grâce au recrutement de combattants en rupture de ban avec les mouvement taliban afghan et pakistanais. Actuellement, et malgré les opérations menées par les troupes afghanes, appuyées par les forces spéciales

Kaboul s’inquiète des relations de la Russie et de l’Iran avec le mouvement taleb

  Pour la Russie, il est important que l’Afghanistan soit stabilisé afin d’éviter toute contagion jihadiste en Asie centrale qui serait susceptible de l’atteindre. D’où le renforcement de sa présence militaire au Tadjikistan. Or, le gouvernement afghan est actuellement en difficulté face au mouvement taleb et il ne contrôlerait plus que 60% de son territoire.

Le gouvernement afghan ne contrôle plus que 60% de son territoire

Le général Joe Votel, le chef de l’US Centcom, le commandement américain pour l’Asie centrale et le Moyen Orient, a indiqué, le 1er décembre, que le gouvernement afghan ne contrôle plus actuellement que 60% de son territoire. En outre, le mouvement taleb a pris l’ascendant sur environ 10% du pays tandis que les 30% restants

Hausse sensible des pertes subies par les forces de sécurité afghanes

En 2015, environ 5.000 membres des forces de sécurité afghanes furent tués au combat contre les taliban. Et pour l’Otan, qui dirige la mission « Resolute Support », ce niveau de perte était déjà préoccupant. Cette année, et comme l’on pouvait s’en douter, la tendance ne s’est pas inversée, malgré l’élimination du mollah Mansour, le chef du