snle / Archives

Dissuasion : Le renouvellement des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins se fera « sous contrainte de coût »

En octobre 2016, le coup d’envoi de la construction du premier des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe Dreadnought fut donné au chantier naval de Barrow-in-Furness, sous l’égide de BAE Systems. Ces navires, destinés à remplacer ceux de la classe Vanguard, seront les sous-marins les « plus grands et les plus avancés » de

Marine nationale : Quatre femmes officiers serviront bientôt à bord d’un sous-marin nucléaire

En avril 2014, Jean-Yves Le Drian, à l’époque ministre de la Défense, avait annoncé que trois femmes officiers de la Marine nationale allaient être autorisées, à titre expérimental, à servir à bord d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) dans le courant de l’année 2017. Jusqu’alors, il n’était pas question d’ouvrir la filière des sous-mariniers au

Toulon restera le port d’entretien majeur des sous-marins nucléaires d’attaque

L’on pensait que cette question avait été tranchée en 2009. Cette année-là, Révision générale des politiques publiques (RGPP) oblige, il était question de regrouper l’ensemble des sous-marins nucléaires d’attaque et lanceurs d’engins (SNA et SNLE) de la Marine nationale à l’Île-Longue [Finistère] afin de rationaliser leur entretien et donc faire des économies. Mais le ministre

La Royal Navy reprend en main l’équipage du sous-marin nucléaire HMS Vigilant

La Royal Navy a sifflé la fin de la récréation à bord du HMS Vigilant. Ce bâtiment, qui est l’un des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe Vanguard, est sous le feu des projecteurs depuis que son commandant a été relevé de son commandement le temps de vérifier des allégations selon lesquelles

Face à la Corée du Nord, l’Otan veut garder une dissuasion nucléaire « sûre, sécurisée et efficace »

Pour la 350e patrouille assurée par un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) de type Vanguard appartenant à la Royal Navy, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a accompagné le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, dans sa visite de la base navale de Clyde (Écosse), le 29 septembre. Une occasion pour les deux

Les délais risquent d’être serrés pour le renouvellement de la composante océanique de la dissuasion

Le 4 juillet, le président Macron a embarqué à bord du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Terrible, le dernier de la classe « Le Triomphant » à avoir été mis en service. Alors que les trois autres bâtiments de ce type ont récemment été modernisés et adaptés pour emporter le missile balistique mer-sol M-51(ou sont en

M. Le Drian a évoqué la présence de sous-marins russes « jusque devant les côtes bretonnes »

En novembre 2016, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait évoqué des « incursions » de sous-marins russes dans le golfe de Gascogne, ce qui, selon lui, mettait « au défi nos capacités de patrouille maritime » et confortait le « choix de la future frégate de taille intermédiaire (FTI), ainsi que d’autres programmes navals qui renouvellent et

Dissuasion : Londres aurait caché l’échec d’un test de missile balistique mer-sol « Trident »

Après avoir passé plus de 40 mois en cale sèche à Plymouyth pour un grand carénage et l’installation d’un nouveau système de lancement de missiles, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) HMS Vengeance a repris la mer en décembre 2015 pour mener une série d’essais. Seulement, d’après l’édition dominicale du journal britannique The Times, qui

Safran va développer un nouveau système de navigation pour les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins

Alors que, le mois dernier, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins « Le Téméraire » est entré au bassin n°8 de la base navale de Brest pour y subir une IPER/Adaptation (*) au missile balistique mer-sol M-51, Safran Electronics & Defense a indiqué, ce 9 janvier, que la Direction générale de l’armement (DGA) lui a notifié un contrat

Début des travaux visant à adapter le sous-marin nucléaire « Le Téméraire » au missile M-51

Après « Le Vigilant » et « Le Triomphant », c’est désormais au tour du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) « Le Téméraire » de prendre le chemin du bassin 8 de la Base navale de Brest pour y subir une IPER/Adaptation (*) au missile M-51 pendant près d’un an et demi, sous la maîtrise d’ouvrage conjointe de la Direction générale