snle / Archives

Dissuasion : Depuis 1972, les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins français ont effectué plus de 500 patrouilles

En mars 1963, le gouvernement du général de Gaulle commanda le « Redoutable », le premier des six sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] devant permettre à la Marine nationale de mettre en oeuvre la dissuasion nucléaire françaises aux côtés des Forces aériennes stratégiques [FAS]. Deux ans plus tard, les travaux pour construire la base sous-marine de l’Île-Longue,

La déconstruction des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la classe « Le Redoutable » a commencé

Entre 1971 et 2008, les six sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] de la classe « Le Redoutable » ont assuré la permanence de la dissuasion nuclaire océanique, avec d’être progressivement remplacés par ceux de la classe « Le Triomphant ». Le premier de la série – « Le Redoutable », donc – fut retiré du service vingt ans après avoir entamé

Un sous-marin nucléaire russe a tiré une salve de 4 missiles balistiques intercontinentaux « Boulava »

Le 26 octobre 2017, les trois composantes des forces stratégiques russes (terrestre, aérienne, sous-marine) furent sollicités pour un rare exercice de « gestion de leurs forces » respectives. Ainsi, des bombardiers Tu-160, Tu-95MS et Tu-22 M3 tirèrent des missiles de croisière « sur des cibles au sol » situées au Kamtchatka (Extrême-Orient), dans la république des Komis (nord) et

Le Royaume-Uni investit plus de 2,7 milliards d’euros pour ses programmes de sous-marins nucléaires

Le ministère britannique de la Défense [MoD] s’est fait épingler par le comité des comptes publics de la Chambre des communes qui, dans un rapport publié le 11 mai, a estimé qu’il « n’a tout simplement pas assez d’argent pour acquérir tout l’équipement dont il a besoin. » Le MoD entend investir près de 180 milliards de

Dissuasion : Le renouvellement des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins se fera « sous contrainte de coût »

En octobre 2016, le coup d’envoi de la construction du premier des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe Dreadnought fut donné au chantier naval de Barrow-in-Furness, sous l’égide de BAE Systems. Ces navires, destinés à remplacer ceux de la classe Vanguard, seront les sous-marins les « plus grands et les plus avancés » de

Marine nationale : Quatre femmes officiers serviront bientôt à bord d’un sous-marin nucléaire

En avril 2014, Jean-Yves Le Drian, à l’époque ministre de la Défense, avait annoncé que trois femmes officiers de la Marine nationale allaient être autorisées, à titre expérimental, à servir à bord d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) dans le courant de l’année 2017. Jusqu’alors, il n’était pas question d’ouvrir la filière des sous-mariniers au

Toulon restera le port d’entretien majeur des sous-marins nucléaires d’attaque

L’on pensait que cette question avait été tranchée en 2009. Cette année-là, Révision générale des politiques publiques (RGPP) oblige, il était question de regrouper l’ensemble des sous-marins nucléaires d’attaque et lanceurs d’engins (SNA et SNLE) de la Marine nationale à l’Île-Longue [Finistère] afin de rationaliser leur entretien et donc faire des économies. Mais le ministre

La Royal Navy reprend en main l’équipage du sous-marin nucléaire HMS Vigilant

La Royal Navy a sifflé la fin de la récréation à bord du HMS Vigilant. Ce bâtiment, qui est l’un des quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe Vanguard, est sous le feu des projecteurs depuis que son commandant a été relevé de son commandement le temps de vérifier des allégations selon lesquelles

Face à la Corée du Nord, l’Otan veut garder une dissuasion nucléaire « sûre, sécurisée et efficace »

Pour la 350e patrouille assurée par un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) de type Vanguard appartenant à la Royal Navy, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a accompagné le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, dans sa visite de la base navale de Clyde (Écosse), le 29 septembre. Une occasion pour les deux

Les délais risquent d’être serrés pour le renouvellement de la composante océanique de la dissuasion

Le 4 juillet, le président Macron a embarqué à bord du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Terrible, le dernier de la classe « Le Triomphant » à avoir été mis en service. Alors que les trois autres bâtiments de ce type ont récemment été modernisés et adaptés pour emporter le missile balistique mer-sol M-51(ou sont en