service national universel / Archives

Quelle sera l’implication des armées dans le futur Service national universel?

Durant la course à l’Élysée, Emmanuel Macron avait proposé d’instaurer un service militaire « universel » d’un mois, que tout jeune français aurait été tenu d’effectuer dans un délaide trois ans après son 18e anniversaire. Seulement, au fil des débats et réserves exprimées par les états-majors, il n’a plus été question de « service militaire » mais de « service

Service national universel : Le président Macron rendra ses arbitrages « courant mai »

Le groupe de travail présidé par le général Daniel Ménaouine a remis ses conclusions au sujet du Service national universel (SNU), voulu par le président Macron. D’après les éléments donnés par le Journal du Dimanche, à l’origine de cette information, la piste privilégiée pour ce SNU concernerait tous les jeunes gens d’une certaine classe d’âge

Le Sénat veut s’assurer que le financement du Service national universel n’affectera pas le budget des Armées

Lors de l’examen du projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2019-2025, la commission des Finances, à l’Assemblée nationale, a rejeta un amendement du député François Cornut-Gentille (LR) visant à préciser que les ressources du ministère des Armées ne seraient pas ponctionnées pour financer le Service national universel (SNU) voulu par le président Macron. L’argument

Les Armées devraient obtenir d’autres ressources pour participer au futur Service national universel

Lors de l’examen pour avis de projet de Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 par la commission des Finances, à l’Assemblée nationale, le député François Cornut-Gentille a défendu un amendement visant « à exclure les crédits » destinés aux armées de « tout financement total ou partiel du futur Service national universel, conformément à l’engagement pris par le

M. Macron veut un service national obligatoire de 3 à 6 mois, pouvant avoir une « ouverture sur la chose militaire »

Le projet d’instaurer un service national universel d’un mois – une promesse de campagne du candidat Emmanuel Macron – n’en finit pas de susciter des interrogations et des réserves, notamment sur ses modalités de mise en oeuvre, son contenu et son coût, estimé à 2,4/3 milliards par an. Et le fait qu’il soit obligatoire ou

Le service national universel sera-t-il obligatoire ou pas?

Le service national universel voulu par le président Macron (qui avait parlé d’un « service militaire » lors de la campagne présidentielle de 2017) sera-t-il obligatoire? Pour le moment, on ignore le contenu qu’il aura, les modalités de sa mise en oeuvre ainsi que le niveau d’implication des armées. « C’est un projet formidablement enthousiasmant et ambitieux puisque

Un rapport commandé par le Premier ministre est très réservé sur le projet du Service national universel

Les cinq inspections générales (Armées, Administration, Jeunesse et Sports, Éducation, Finances) à qui le Premier ministre, Édouard Philippe, a commandé un rapport sur l’instauration du Service national universel, sont pour le moins très réservées sur la faisabilité de cette initiative voulue par le président Macron. Pour rappel, lors de la campagne présidentielle, Emmanuel Macron fit

Malgré les réserves, le président Macron réaffirme son intention d’instaurer un service national universel

Lors de la course à l’Élysée, Emmanuel Macron avait surpris tout le monde en proposant d’instaurer un « service militaire universel » obligatoire d’une durée de seulement un mois (période devant correspondre à celle des « classes » de l’ancien service, suspendu en 2001, expliquera-t-il plus tard, sur les ondes d’Europe1). Depuis, il n’est plus question de « service militaire »