Sarkozy / Archives

M. Sarkozy veut augmenter les dépenses militaires de 32 milliards lors du prochain quinquennat

L’élaboration du dernier budget de la Défense du quinquennat de Nicolas Sarkozy avait été compliquée. Pourtant annoncé en hausse de 1,8%, il dut subir plusieurs coupes avant même d’entrer en vigueur. Ceux qui ont de la mémoire se souviendront sans doute que Gérard Longuet, alors ministre, s’était rendu au moins à deux reprises (et à

M. Sarkozy propose un service militaire adapté et obligatoire aux « décrocheurs »

Au début de l’année 2015, le président Hollande a annoncé l’expérimentation d’un « Service militaire volontaire » (SMV), inspiré du Service militaire adapté (SMA) en vigueur outre-Mer. L’idée est de faire remettre le pied à l’étrier à des jeunes gens en échec scolaire dans un cadre militaire. Depuis, trois centres « SMV » ont été ouverts (Brétigny-sur-Orge, La Rochelle

Libye : M. Sarkozy répond au président Obama en le critiquant sur le dossier syrien

« Obama? C’est mon copain », avait assuré Nicolas Sarkozy, alors que l’actuel président américain était encore en course pour gagner la Maison Blanche, face à John McCain, son rival du Parti républicain. Près de huit ans plus tard, l’ancien président français ne voit sans doute plus Barack Obama comme son copain. Il y a quelques jours,

Libye : Le président Obama tacle Nicolas Sarkozy et David Cameron

Le président américain, Barack Obama, est presque en roue libre : au début de l’année prochaine, il quittera la Maison Blanche après deux mandats et sa carrière politique sera derrière lui. S’il écrit ses mémoires, quelques dirigeants risquent d’être piqués au vif. Surtout si elles sont de la même eau que l’entretien qu’il vient d’accorder

Quand l’amiral Guillaud était opposé à la vente de deux BPC « Mistral » à la Russie

Être entre le marteau et l’enclume n’est jamais une position confortable. Pourtant, la France s’y est mise avec la vente à la Russie de deux Bâtiments de projection et de commandement (BPC) de type Mistral pour 1,2 milliard d’euros. Et afin d’arracher ce contrat, le premier que Moscou était susceptible à un pays appartenant à

Les Etats-Unis seraient à l’origine du piratage des ordinateurs de l’Elysée

Quand le général de Gaulle décida de faire quitter la France du commandement intégré de l’Otan, les dirigeants américains ne furent pas surpris outre mesure étant donné qu’ils connaissaient déjà ses intentions. Et pour cause, ils étaient informés, presque en direct, de ce qu’il se tramait à l’Elysée, grâce à une « taupe » très bien placée

Syrie : Une zone d’exclusion aérienne envisagée par la Turquie et les Etats-Unis

Selon un sondage réalisé par l’Ifop pour la dernière édition dominicale du quotidien Sud Ouest, 52% des personnes interrogées se disent favorables à une intervention militaire sous l’égide des Nations unies en Syrie. Quant à savoir s’il faut mobiliser les forces françaises pour une telle opération, 61% s’y disent opposés. Quoi qu’il en soit, et

Pour Nicolas Sarkozy, un retrait anticipé d’Afghanistan serait un « manquement à l’honneur de la France »

Lors du débat ayant opposé, le 2 mai, les deux finalistes de l’élection présidentielle, il aura fallu attendre la fin pour que soient enfin abordées les questions internationales, dont celle concernant l’engagement militaire de la France en Afghanistan. Le candidat du Parti socialiste, François Hollande, a réaffirmé son intention de rapatrier les troupes françaises d’Afghanistan d’ici

Le président Sarkozy a officiellement reconnu la responsabilité « historique » de la France dans l’abandon des Harkis

C’était une promesse de campagne du candidat Sarkozy en 2007. Et il aura fallu attendre 5 ans pour qu’elle soit tenue. En effet, en déplacement à Perpignan, ce 14 avril, le président sortant a officiellement reconnu la responsabilité historique de la France dans l’abandon des Harkis, ces soldats musulmans qui combattirent au sein de l’armée

Pour Nicolas Sarkozy, un retrait « précipité » des troupes françaises d’Afghanistan dès 2012 serait « irresponsable » et « dangereux »

Le 11 mars dernier, le candidat socialiste à l’élection présidentielle, François Hollande, a rappelé son engagement à retirer les troupes françaises d’Afghanistan d’ici la fin de l’année 2012, « en concertation avec » les alliés de la France, soit un an avant le date fixée par le président Sarkozy (2013 pour les forces combattantes) et deux ans