sanctions / Archives

Iran : Les forces américaines déterminées à assurer une « extraordinaire vigilance » dans le détroit d’Ormuz

Conséquence de leur retrait de l’accord sur le programme nucléaire iranien, péniblement obtenu en 2015, les États-Unis ont décidé de rétablir leurs sanctions économiques à l’égard de l’Iran en deux temps. Depuis le 6 août, un premier train de mesure visent les transactions libellées en dollars et les échanges de biens. Puis, le 4 novembre,

Selon un rapport de l’ONU, la Corée du Nord poursuit ses activités nucléaires tout en contournant les sanctions

Ces dernières semaines, la presse d’outre-Atlantique a relayé des estimations du renseignement américain, qui, grâce à l’imagerie satellitaire, remettent en cause la volonté de la Corée du Nord à oeuvrer effectivement à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. Ce qu’un rapport d’un panel d’experts des Nations unies, transmis au Conseil de sécurité, vient de confirmer.

Quelles conséquences aurait le blocus des détroits d’Ormuz et de Bab el-Mandeb pour l’économie française?

Le prix du baril de pétrole se négocie actuellement aux alentours de 75 dollars, contre 27 dollars il y a trois ans. La raison de cette « flambée » tient à l’incertitude des marchés face au contexte géopolitique au Moyen-Orient, en particulier dans le golfe arabo-persique. En effet, en décidant le retrait des États-Unis de l’accord sur

Le président Trump lance une sévère mise en garde à l’Iran

Partisan de la ligne dure face à l’Iran, le président Trump a décidé le retrait des États-Unis de l’accord sur le programme nucléaire de Téhéran, signé à Vienne en juillet 2015 après de longues et âpres négociations. Depuis, Washington met la pression sur les entreprises autres qu’américaines pour les dissuader de s’intéresser au marché iranien,

Washington tente de convaincre Ankara de renoncer au système russe de défense aérienne S-400 au profit du Patriot

La modernisation des capacités turques en matière de défense aérienne est un vrai feuilleton. Dans le cadre de son programme LORAMID [Long-Range Air and Missile Defense System], Ankara avait lancé un appel d’offres, lequel fut attribué, en 2013, au groupe chinois CPMIEC [China Precision Machinery Export-Import Corporation] pour son Hongqi-9/FD 2000, dérivé du système russe

L’Iran menace de bloquer le détroit d’Ormuz en cas de sanctions américaines sur ses exportations pétrolières

Le président Trump n’a pas seulement fait des confettis avec l’accord sur le nucléaire iranien : il entend également réduire la marge financière de l’Iran en s’en prenant notamment à ses exportations pétrolières, qui, actuellement, représentent 2% de la demande mondiale. Pour cela, Washington a menacé d’imposer des sanctions à tout pays qui, après le

Affaire Skripal : L’Otan retire les accréditations de plusieurs diplomates russes

L’affaire Skripal, du nom de cet ancien officier du renseignement russe empoisonné en Angleterre où il s’était réfugié après avoir travaillé pour le MI-6, continue de faire des vagues. Le 26 mars, et étant donné que Londres n’a pas de doute sur la responsabilité de Moscou dans ce dossier, plusieurs capitales occidentales ont décidé d’expulser

Affaire de Salisbury : Londres expulse 23 diplomates russes et gèle ses contacts avec Moscou

Le 12 mars, Mme le Premier ministre britannique, Theresa May, a indiqué que le colonel Sergueï Skripal, un ancien officier du renseignement russe « retourné » par le MI-6 et réfugié au Royaume-Uni, sa fille Ioulia ainsi qu’un policier, avaient été empoisonnés une semaine plus tôt, à Salisbury, par un gaz innervant de « qualité militaire », appartenant au

Selon l’ONU, la Corée du Nord a fourni à la Syrie des composants servant à fabriquer des armes chimiques

La Syrie et la Corée du Nord entretiennent de très bonnes relations depuis longtemps. Au point même de partager des compétences dans le domaine de la technologie nucléaire, comme ce fut le cas en 2007 à al-Khibar, un complexe située dans la province syrienne de Deir ez-Zor. Ce site fit l’objet d’un raid aérien israélien

La Russie nationalise une banque pour financer son industrie de l’armement

Début janvier, la plus grande banque privée de Russie, Alfa-Bank, a annoncé qu’elle ne travaillerait plus avec le secteur russe de l’armement en raison des sanctions prises par Washington à l’égard de Moscou pour son implication présumée dans le sud-est de l’Ukraine (Donbass). « Cela ne signifie pas que nous avons rompu toutes nos relations avec »