Sahel / Archives

Barkhane – La France et le Burkina Faso renforcent leur coopération contre les groupes jihadistes

Parce que ses forces armées et de sécurité intérieure ont été désorganisées, donc affaiblies, après le départ du président Blaise Compaoré, en octobre 2014, et que la rhétorique développée par l’organisation jihadiste Ansarul Islam a eu un écho auprès des populations de certaines de ses régions, le Burkina Faso passe pour être le maillon faible

Barkhane : Le général Lecointre annonce la reprise prochaine des opérations de la Force conjointe du G5 Sahel

L’attentat commis le 29 juin dernier contre son quartier général à Sévaré [Mali] a mis un coup d’arrêt aux efforts de la Force conjointe du G5 Sahel [FC-G5S] pour être pleinement opérationnelle, alors qu’elle aurait dû l’être quelques mois plus tôt. Cette attaque, revendiquée par le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans [GSIM

Pour contrer l’influence jihadiste au Sahel, la France et l’UE débloquent 1,3 milliard d’euros au titre de l’aide au développement

Lors de sa visite faite aux soldats de la force Barkhane, en 2017, à la veille de Noël, le président Macron avait détaillé la stratégie suivie par la France au Sahel, laquelle repose sur la « coordination des opérations militaires » avec la Mission des Nations unies au Mali [MINUSMA], la mission européenne EUTM Mali ainsi que

Barkhane/Mali : Le ministère des Armées confirme la mort du chef jihadiste Amadoun Kouffa

Dans la nuit du 22 au 23 novembre, la force française Barkhane a lancé un audacieux raid contre le Front de libération du Macina [ou Katiba Macina], à l’origine de plusieurs attaques dans la région de Mopti depuis son apparition dans la mouvance jihadiste malienne en 2015. Dans un communiqué publié à l’issue, l’État-major des

Barkhane : Un drone MQ-9 Reaper français s’est écrasé près de Niamey

L’un des quatre drones MALE [Moyenne Altitude Longue Endurance] MQ-9 Reaper utilisés par l’armée de l’Air au Sahel au titre de l’opération Barkhane, s’est écrasé dans la nuit du 16 au 17 novembre, alors qu’il rentrait d’une mission. Il s’agit du premier accident d’un appareil de ce type depuis son entrée en service, en 2014.

Barkhane : Le chef d’état-major de l’armée de Terre souhaite toujours déployer des chars Leclerc au Sahel

Lors de l’opération Serval, lancée le 11 janvier 2013 contre les groupes jihadistes qui occupaient le nord du Mali, il fut question, pendant un temps, de déployer au moins quatre chars Leclerc. Puis cette idée fit long feu avant de réapparaître en 2016. À l’époque, le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de

Sahel : Selon Mme Parly, la force Barkhane a « neutralisé plus de 130 terroristes » depuis le début de l’année

En ces temps de remaniement ministériel, l’on ignore encore si Florence Parly sera encore ministre des Armées quand elle reviendra du Tchad, où elle doit rencontrer le président tchadien, Idriss Deby Itno ainsi que le général Frédéric Blachon, qui a pris le commandement de la force Barkhane en août dernier, pour faire le point sur

Armée de l’Air : Premières missions au Sahel pour l’avion de transport C-130J Hercules

En mai dernier, après une mission en Jordanie au profit de la base aérienne projetée (BAP) H5 de la force Chammal, l’un des deux avions de transport tactique C-130J Hercules récemment livrés à l’escadron 2/61 « Franche-Comté » avait été déployé à Djibouti afin de valider ses capacité d’atterrissage, de jour comme de nuit, sur terrains sommaires

Les États-Unis vont « très significativement » augmenter leur contribution à la force anti-jihadiste du G5 Sahel

À l’origine, la France souhaitait placer la Force conjointe du G5 Sahel sous un mandat des Nations unies afin de faciliter son financement et, donc, son déploiement. Seulement, les États-Unis s’y opposèrent et les diplomates durent revoir leur copie. Au plus obtinrent-ils, en décembre 2017, un soutien logistique de la part de la Mission de

Mali : La force Barkhane a arrêté des membres d’un groupe touareg armé pour collusion avec les jihadistes

Le 27 septembre, la force française Barkhane a lancé une opération aéroportée mobilisant 120 légionnaires du 2e Régiment Étranger de Parachutistes (REP) dans la région de Ménaka. « On combine différentes capacités pour créer un effet de surprise chez les groupes armés terroristes et pour montrer à la population qu’on est capable de venir rapidement », avait