Sahel / Archives

Le soutien de la communauté internationale à la Force conjointe du G5 Sahel tarde à se concrétiser

Fin avril, la France a remis à l’armée nationale tchadienne 10 mortiers de 81 mm, 50 jumelles de vision nocturne, 200 gilets pare-balles et 200 casques composites, au titre d’une aide de 9 millions d’euros pour l’ensemble de la Force conjointe du G5 Sahel, dont les effectifs – 5.000 hommes – doivent être fournis par

Barkhane : Le Sénat met en garde contre un « enlisement » des forces françaises au Mali

En mars, une délégation de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, composée de son président, Christian Cambon, et des sénateurs Olivier Cigolotti et Ladislas Poniatowski, s’est rendue au Niger et au Mali. Et elle en est revenue avec message « assez clair et assez pessimiste » sur la situation, en dépit des succès

Sahel : Pour le chef de la force Barkhane, les jihadistes sont « aux abois »

Le 14 avril, à Tombouctou, les jihadistes ont lancé une attaque d’une ampleur jusqu’alors inédite contre la force Barkhane et la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA]. Et tout porte à croire qu’elle avait été préparée depuis longtemps. Mais l’on notera qu’elle a eu lieu exactement deux mois après

Le Missile Moyenne Portée va bientôt connaître le baptême du feu au Sahel

En novembre dernier, la Direction générale de l’armement (DGA) a annoncé la livraison d’un premier lot de 50 Missiles Moyenne Portée (MMP) et de 20 postes de tir, afin de former les « primo-utilisateurs ». Et de préciser qu’il était question de déployer ce nouveau missile antichar en opération en 2018. Selon Janes, qui cite le major

Général Lecointre : « L’évolution de la situation au Mali n’est guère satisfaisante et nous n’en partirons pas demain »

L’idée de doter la force Barkhane de davantage de Véhicules blindés de combat d’infanterie (VBCI), qui avait été retirés du Mali en 2014 car leur présence avait été jugée peu pertinente pour faire du contrôle de zone, est un signe que la situation sécuritaire se dégrade. Et cela, malgré les coups portés contre les groupes

Mali : Cinq militaires français ont été blessés à Kidal

L’État-major des armées [EMA] a indiqué que cinq militaires français ont été blessés par des tirs contre le camp de la force Barkhane et des Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA], à Kidal, où le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga était attendu, ce 22

Non! Barkhane n’est pas une « armée occupante » au Mali, s’insurge le sous-chef « opération » de l’État-major des Armées

Le sénateur Yannick Vaugrenard n’avait certainement pas l’idée de comparer la force Barkhane à une « armée occupante » au Mali quand il a posé une question au général Grégoire de Saint-Quentin, l’actuel sous-chef « opération » à l’État-major des armées (EMA), lors d’une audition de ce dernier par la commission des Affaires étrangères et des Forces armées. « On

L’Union européenne double sa contribution financière destinée à la Force conjointe du G5 Sahel

Peu de commentaires ont été faits après la seconde opération menée récemment aux frontières du Mali et du Burkina Faso par la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S). La première – appelé Haw Bi et conduite par des unités maliennes, nigériennes et burkinabè – avait mis en évidence quelques lacunes capacitaires, notamment dans les domaines

L’EI tente de reconstituer ses capacités en Libye et dans le sud des Philippines

Au cours de ces derniers mois, l’État islamique (EI ou Daesh) a subi de sérieux revers militaires en Irak et en Syrie (voire à Marawi, aux Philippines), avec la perte de la quasi-totalité des territoires qu’il contrôlait jusqu’alors. Et cela n’est pas sans conséquence sur ses finances étant donné que, selon un rapport de l’ONU

Le dernier raid de la force Barkhane dans le nord du Mali a porté un « coup significatif » aux groupes jihadistes

Dans la nuit du 13 au 14 février, les forces françaises engagées au Sahel (celles de Barkhane et les forces spéciales de la TF Sabre) ont conduit une opération sur trois positions occupées par des groupes armés terroristes dans le nord du Mali, précisément entre Boughessa et Tin-Zaouatène, près de la frontière avec l’Algérie. Cette