Roumanie / Archives

L’Otan met en place une « présence avancée adaptée » dans la région de la mer Noire

En juillet 2016, lors d’un sommet organisé à Varsovie, l’Otan avait non seulement décidé de déployer quatre bataillons multinationaux dans la région de la Baltique mais aussi d’établir une « présence avancée adaptée » dans celle de la mer Noire, théâtre d’une importante activité des forces russes. Selon l’Otan, « cette présence requiert notamment un entraînement des forces

La Roumanie va acheter ses systèmes de défense aérienne Patriot à crédit

En juillet, la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), l’agence chargée des exportations d’équipements militaires américains, a recommandé au Congrès d’accepter la vente potentielle de 7 unités du système de défense aérienne Patriot PAC-3 avec 56 missiles MIM-104E GEM-T [Guidance Enhanced Missile-TBM] à la Roumanie. Le tout pour un montant de 3,9 milliards de dollars. Le

Le missilier MBDA a signé un protocole d’accord avec l’industrie roumaine de l’armement

Décidée à porter, conformément aux engagements pris en 2014 par les membres de l’Otan, ses dépenses militaires à hauteur de 2% de son PIB pour moderniser ses forces armées, la Roumanie a souvent choisi d’acquérir des équipements d’origine américaine au cours de ces derniers mois. Outre l’achat de chasseurs-bombardiers F-16 de seconde main, il est

Airbus Helicopters redoute d’être le dindon de la farce en Roumanie

En 2015, Airbus Helicopters posa la première pierre d’une nouvelle usine de 10.000 m2 à Brasov, en Roumanie, afin d’y installer une ligne de production de l’hélicoptère H215 (ex-AS332 C1e, une nouvelle version du Super Puma). Il s’agissait alors de réduire les coûts de fabrication afin de permettre à l’industriel européen de gagner en compétitivité,

L’armement américain a la cote auprès des forces armées roumaines

Profitant d’une bonne santé économique (après des années de vaches maigres), la Roumanie fait désormais figure de bon élève de l’Otan en matière de dépenses militaires. Son budget de la défense devrait en effet atteindre les 2% de son PIB dès cette année et son gouvernement a récemment validé un plan d’investissement de 11,5 milliards

La Roumanie opte pour le système américain Patriot pour sa défense aérienne

En avril dernier, le général Nicolae-Ionel Ciuca, chef d’état-major des forces armées roumaines, avait indiqué que son pays comptait acquérir le système antimissie américain Patriot afin de renforcer la protection de son espace aérien. Et c’est donc sans surprise que la Defense Security Cooperation Agency (DSCA), l’agence chargée des exportations d’équipements militaires américains, a recommandé

La Roumanie veut acquérir 20 avions F-16 supplémentaires

En septembre dernier, la Roumanie a pris livraison de ses six premiers avions de combat F-16, aquis à raison de 12 exemplaires auprès du Portugal, en 2013. Cela faisait des années que les forces aériennes roumaines attendaient ces nouveaux appareils, destinés à remplacer en partie ses MiG-21 Lancer, modernisés et mis aux standards de l’Otan

Otan : La Roumanie dément avoir reçu des bombes nucléaires américaines en provenance de Turquie

Depuis le coup d’État manqué en Turquie et la purge de l’administration turque qui a suivi, des craintes ont été exprimées outre-Atlantique au sujet des bombes nucléaires tactiques B-61 stockées par l’armée américaine sur la base aérienne d’Incirlik pour le compte de l’Otan. La question de cet arsenal nucléaire en Turquie aurait pu être posée

Pour Moscou, la mise en service d’un site de la défense antimissile de l’Otan en Roumanie est une « menace »

En 2009, l’administration américaine décida de revoir ses plans au sujet de la défense antimissile, qui doit aussi être celle de l’Otan. Alors qu’il était initialement prévu d’installer un radar d’alerte avancée en République tchèque et des missiles intercepteurs en Pologne, il fut alors envisager d’installer ces éléments en Roumanie et en Bulgarie. Et ce

L’Ukraine veut une brigade commune avec la Bulgarie et la Roumanie

L’Ukraine ne fait pas partie de l’Union européenne et de l’Otan. Pour autant, Kiev cherche à se rapprocher de pays qui en sont membres, notamment sur le plan militaire. C’est ainsi que le projet, évoqué en 2007, de créer une brigade commune avec la Pologne et la Lituanie a abouti en janvier dernier. Forte de