Rex Tillerson / Archives

Les États-Unis vont financer la Force conjointe du G5 Sahel à hauteur de 60 millions de dollars

En juin, au Conseil de sécurité des Nations unies, la diplomatie française avait dû amender son projet de résolution relatif à la créaction de la Force conjointe du G5 Sahel (FC-G5S) afin d’éviter un possible blocage des États-Unis. Pour rappel, les pays du G5 Sahel (Tchad, Mali, Niger, Mauritanie et Burkina Faso) ont convenu de

L’administration Trump assouplit les conditions de la vente d’avions F-16 à Bahreïn

Depuis février 2011, Bahreïn connaît de fortes tensions internes liées à l’opposition entre chiites – majoritaires parmi la population – et le pouvoir sunnite, incarné par le roi Hamed ben Issa al-Khalifa. Cette crise a donné lieu à une vaste campagne d’arrestations d’opposants ainsi qu’à une violente répression, ce qui a valu au royaume d’être

Pour Washington, la politique de « patience stratégique » à l’égard de Pyongyang est « terminée »

Malgré des sanctions internationales sans cesse renforcées, la Corée du Nord n’a pas mis un terme à son programme nucléaire à vocation militaire et au développement de missiles balistiques stratégiques, dont un modèle susceptible d’être lancé depuis une plateforme sous-marine. Pire : il semblerait qu’elle fasse même des progrès, au point d’envisager l’essai d’un engin

Nommé à la tête de la diplomatie américaine, Rex Tillerson estime que la Russie est un « danger »

L’annonce, par Donald Trump, de la nomination de Rex Tillerson, l’ancien Pdg d’ExxonMobil, au poste de secrétaire d’État [ministre des Affaires étrangères, ndlr] a suscité de nombreux commentaires étant donné sa proximité avec Vladimir Poutine, le président russe. Et certains observateurs y ont vu la volonté du futur locataire de la Maison Blanche de « réchauffer »