recrutement / Archives

LPM 2019-2025 : Le ministère des Armées veut simplifier le recrutement du personnel civil

Le projet de Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025 prévoit la création de 6.000 nouveaux postes, dont 3.000 concerneront le renseignement et la cyberdéfense, c’est à dire deux domaines qui exigent souvent des savoir-faire rares. Cela vaut aussi pour d’autres métiers, comme par exemple ceux liés au maintien en condition opérationnelle (MCO). « Afin de s’adapter

La Marine nationale invite les jeunes nés avec Internet et les réseaux sociaux à « rejoindre l’équipage »

Après avoir invité les jeunes de 16 à 29 ans à « faire un pas vers leur avenir » et leur avoir demandé s’ils étaient des « marins sans le savoir », la Marine nationale vient de lancer sa nouvelle campagne de recrutement en mettant cette fois en avant « l’esprit d’équipage » qui « permet […] de se dépasser et d’acquérir

Pour l’armée de Terre, la consolidation et la fidélisation de ses effectifs sont les priorités de l’année 2018

L’an passé, et selon son chef d’état-major, le général Jean-Pierre Bosser, l’armée de Terre a « gagné sa bataille des effectifs » alors qu’il lui était de demandé de porter de 66.000 à 77.000 le nombre de soldats de sa Force opérationnelle terrestre (FOT). Entre 2015 et 2017, 46.000 jeunes ont été recrutés et 10.500 autres ont

Le chef d’état-major des armées déplore les différences de traitement entre militaires et fonctionnaires civils

Lors de leur audition par les députés de la commission de la Défense, les représentants du Conseil supérieur de la Fonction militaire (CSFM) dénoncèrent l’écart de traitement avec la Fonction publique. « Tout en respectant les spécificités statutaires, le Conseil est sensible à la juste transposition des mesures appliquées à la Fonction publique », affirma le secrétaire

Face au manque de personnels, l’armée de l’Air n’exclut pas de nouvelles restructurations

  Les deux dernières Lois de programmation militaire ont littéralement « rincé » l’armée de l’Air dans le domaine des effectifs, alors que son activité va largement au-delà du contrat opérationnel qui lui avait été fixé. En juin dernier, le général Olivier alors commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), fit état d’une « situation

La remontée en puissance de l’armée de Terre atteint des « seuils critiques »

Après la publication du Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBDSN), une priorité était affirmée pour les ressources humaines des Armées : il fallait réduire le taux d’encadrement (ce que l’on appelait, à l’époque, le « dépyramidage »). Le général Bertrand Ract-Madoux, alors chef d’état-major de l’armée de Terre, avait trouvé cela « déraisonnable », avant

Un cinquième bataillon pour l’École nationale des sous-officiers d’active de l’armée de Terre

Faire passer les effectifs de la Force opérationnelle terrestre de 66.000 à 77.000 militaires, conformément à une décision prise au lendemain des attentats de janvier 2015, aura été un défi pour l’armée de Terre, tant au niveau du recrutement que de la formation de ses recrues. En outre, cela suppose un besoin accru d’officiers et

Pour son chef d’état-major, l’armée de Terre a gagné sa « bataille des effectifs »

Quand, après les attentats de janvier 2015 et le lancement de l’opération intérieure Sentinelle, il a été décidé de porter les effectifs de la Force opérationnelle terrestre (FOT) de 66.000 à 77.000 soldats, la partie s’annonçait très compliquée. Et le général Jean-Pierre Bosser, le chef d’état-major de l’armée de Terre (CEMAT) parlait d’un « défi » à

Malgré un taux de chômage d’environ 10%, l’industrie française de la défense peine à recruter

La France est un pays qui cultive les paradoxes. Alors que son taux de chômage avoisine les 10%, avec 5.865.700 personnes inscrites à Pôle Emploi et qu’elle consacre environ 32 milliards d’euros (soit l’équivalent du budget des Armées) à la formation professionnelle, son industrie de la défense peine à recruter. Une situation dénoncée par Hervé

Les Philippines vont recruter 20.000 soldats supplémentaires pour faire face à la menace jihadiste

Les forces armées philippines sont toujours à la peine face aux jihadistes d’Abu Sayyaf et du groupe Maute qui, liés à l’État islamique, occupent une partie de la ville de Marawi, située dans l’île mérdionale de Mindanao, depuis le 23 mai dernier. Début juillet, 1.500 bâtiments échappaient toujours aux forces gouvernementales. Et, selon un dernier