rapport / Archives

Un rapport plaide en faveur de l’acquisition de 12 sous-marins pour la Marine royale canadienne

Récemment, le Journal de Montréal a déterminé que les quatre sous-marins de la classe Victoria, acquis pour 750 millions de dollars canadiens auprès du Royaume-Uni, ont été à quai ou en cale sèche pendant 91% du temps depuis leur entrée en service, au début des années 2000. Et si l’on y ajoute les coûts de

Airbus : 12 à 18 mois de plus pour mettre au point les capacités tactiques de l’A400M?

En novembre 2016, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, fit part de son exaspération devantle retard pris par Airbus pour livrer à l’armée de l’Air 6 avions de transport A400M « Atlas » diposant de premières capacités tactiques. « L’A400M a une longue histoire. Une histoire pénible. Et nous sommes dans unes situation extrêmement préoccupante.

Vers le champ de bataille 3.0 ou comment le progrès technologique changera la façon de faire la guerre

Pour la première fois, le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) s’est livré à un exercice de prospective en examinant l’impact des principales transformations et ruptures technologiques sur l’environnement stratégique à l’horizon 2030 [.pdf]. À la lecture de ce document, l’on ne sait si l’on doit s’enthousiasmer pour les évolutions

Libye : L’État islamique reste encore actif dans l’arrière-pays de Syrte

Le 6 décembre, au terme de l’opération « Bouniyan Marsous » menée pendant 7 mois par des milices de Misrata favorables au gouvernement d’union nationale libyen (GNA) et appuyée par des frappes aériennes américaines, les jihadistes de l’État islamique (EI) étaient chassés de Syrte, ville qu’ils avaient conquise en 2015. Selon un bilan donné par le dernier

Les capacités européennes sont insuffisantes pour envoyer plus d’unités blindées dans les pays baltes

Pour dissuader toute action susceptible de menacer la stabilité des trois pays baltes (Estonie, Lituanie, Lettonie) et de la Pologne, l’Otan a décidé de renforcer son flanc oriental en y déployant quatre bataillons multinationaux et de créer une « Force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation » (Very High Readiness Joint Task Force, VJTF). De

Mali : La MINUSMA n’a toujours pas les moyens militaires pour mener à bien ses missions

En juin 2016, le mandat de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) fut prolongé d’un an supplémentaire par la résolution 2295 du Conseil de sécurité. Compte tenu de l’évolution de la situation sur le terrain, ce texte prenait en compte des recommandations formulées quelques semaines plus tôt afin

Le renseignement militaire a des difficultés pour recruter

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), la Direction du renseignement militaire (DRM) et la Direction du renseignement et de la sécurité de la Défense (DRSD, ex-DPSD) sont les trois services qui dépendent du ministère de la Défense. La Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 actualisée en juillet 2015 prévoit de renforer significativement leurs

Élysée 2017 : Un rapport se veut très prudent sur les réformes du renseignement proposées par les candidats

Menace terroriste oblige, plusieurs candidats à l’élection présidentielle proposent de donner plus de moyens aux différents services de renseignement, voire de les réorganiser afin de renforcer leur coordination pour mieux exploiter les informations recueillies. Ainsi, Benoît Hamon (Parti socialiste) parle de « renforcer le renseignement grâce à un coordonnateur national directement rattaché au Premier ministre » alors

Le chef du Pentagone estime que le changement climatique peut poser des problèmes de sécurité

Selon le consensus sur lequel la 21e Commissions des parties (COP 21) de Paris a obtenu un accord, le changement climatique serait dû aux activités humaines. Cependant, sans nier pour autant l’évolution du climat, certains scientifiques comme Claude Allègre et Vincent Courtillot, estiment que d’autres facteurs sont à mettre en cause (activité solaire, océans, etc…).

Les statistiques de l’Otan sur les dépenses militaires des États membres sont à manier avec précaution

Le rapport annuel du secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, reprend des données déjà avancées en février. À savoir que, dans l’ensemble, les dépenses militaires des pays européens membres de l’Alliance sont reparties à la hausse et que seulement 5 Alliés (États-Unis, Grèce, Estonie, Royaume-Uni et Pologne) ont dépassé l’objectif des 2% du PIB alloués