raids / Archives

L’aviation irakienne frappe des positions de Daesh en Syrie

Ce 19 avril, à Bagdad, le bureau du Premier ministre, Haider al-Abadi, a annoncé que des F-16IQ de la force aéirenne irakienne ont bombardé des positions de l’État islamique située a priori dans l’est de la Syrie. Ce raid « meurtrier » a été ordonné par M. al-Abadi, en raison « du danger » que « représentent pour le territoire

« Nous allons garder une liberté d’action totale » en Syrie, affirme le ministre israélien de la Défense

Quelques heures après les frappes françaises, américaines et britanniques contre le programme chimique syrien, une forte explosion a été signalée dans la région d’Alep, précisément au mont Azzan, près d’un site militaire abritant des forces iraniennes et la milice chiite afghane Liwaa Fartimiyoun. D’après certaines sources, un dépôt d’armes aurait été visé par un raid

Israël menace de détruire la défense aérienne syrienne

La semaine passée, et contrairement à ses habitudes, Israël a immédiatement reconnu avoir effectué un raid aérien dans la région de Palmyre, en Syrie, afin d’empêcher un transfert « d’armes sophistiquées » au Hezbollah, la milice chiite libanaise qu’il voit comme étant la menace numéro un contre sa sécurité. « Quand on identifie des tentatives de transfert d’armes

Pour la première fois, l’aviation irakienne a frappé des positions de Daesh en Syrie

Le Premier ministre Haider al-Abadi, a indiqué, ce 24 février, que l’aviation irakienne avait bombardé des positions tenues par l’État islamique (EI ou Daesh) en Syrie. Une première depuis l’émergence de l’organisation jihadiste.[/caption] « Nous avons ordonné au commandement de la force aérienne de frapper les positions des terroristes de Daesh (dans les secteurs) de Housseibeh

Le dernier pont de Mossoul mis hors service par un raid aérien

Le 21 décembre, le général Matthew Isler, le commandant adjoint des forces aériennes de la coalition ant-jihadiste dirigée par les États-Unis, avait indiqué que l’offensive visant à chasser l’État islamique (EI ou Daesh) était entrée dans une phase de « programmée d’ajustement opérationnel ». Et cela, alors que les forces irakiennes, en particulier les unités de l »ICTS

Syrie : L’EI se retire de la ville antique de Palmyre après des frappes aériennes russes

En mai dernier, l’orchestre symphonique du théâtre Mariinski de Saint-Pétersbourg, dirigé Valéri Guerguiev, donna un concert au milieu des ruines de la cité antique de Palmyre, d’où les jihadistes de l’État islamique (EI ou Daesh) avaient été chassés quelques semaines plus tôt par les forces syriennes, appuyées par l’aviation russe. Cela étant, il avait été

Afghanistan : Le nombre de frappes aériennes américaines en nette hausse

  En 2015, l’aviation américaine a effectué 500 raids aériens en Afghanistan pour appuyer les forces spéciales, éliminer des chefs terroristes, empêcher la reconstitution de camps d’al-Qaïda, voire l’implantation de l’État islamique dans le pays, et pour aider les forces afghanes à récupérer le terrain perdu face aux taliban, comme par exemple à Kunduz, en

L’Iran n’a pas apprécié la publicité sur l’utilisation d’une de ses bases par la Russie

À en croire le ministère iranien des Affaires étrangères, les bombardiers russes n’utiliseraient plus la base aérienne d’Hamedan (nord-ouest de l’Iran) pour effectuer des missions en Syrie, comme ils le firent la semaine passée pour bombarder des positions du Front Fatah al-Sham (ex-Front al-Nosra) et de l’État islamique dans les régions d’Alep, d’Idlib et de

Des avions de la coalition anti-EI pour protéger les Kurdes contre les frappes syriennes

Pour la première fois depuis mars 2011, des bombardiers tactiques Su-24 Fencer des forces aériennes syriennes ont bombardé, le 18 août, des positions tenues à Hassaké par les forces de police liées au Parti de l’union démocratique kurde (PYD), les Hassayech. Ces dernières étaient alors engagés dans des combats avec les Forces de défense nationale

Des bombardiers russes ont été engagés en Syrie depuis une base en Iran

En août 2015, il fut rapporté que le général iranien Ghassem Souleimani, le chef l’unité des Gardiens de la Révolution chargée des opérations extérieures [force al-Quods, ndlr], avait rencontré, à Moscou, le président Poutine ainsi que Sergueï Choïgou, le ministre russe de la Défense, pour évoquer le dossier syrien. Un peu plus d’un mois plus