preuve / Archives

La France publie des preuves sur la responsabilité de Damas dans l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Comme le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, l’avait promis, la France vient de publier une « évaluation nationale » de ses services de renseignement prouvant la responsabilité du régime syrien dans l’attaque chimique menée le 4 avril à Khan Cheikhoun, localité de la province d’Idleb. À la différence de celle qui avait été diffusée par le

La France donnera la « preuve » que Damas est responsable de l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Quelques jours après la frappe américaine contre la base syrienne d’al-Shayrat en réponse à l’usage d’armes chimiques à Khan Cheikhoun au petit matin du 4 avril, dans la province d’Idleb, le chef du Pentagone, le général James Mattis, affirma n’avoir « pas de doute » que le régime de Bachar el-Assad » était « responsable de la décision d’attaquer

Nigéria : Il manque des preuves pour annoncer officiellement la mort du chef du groupe jihadiste Boko Haram

Selon un communiqué diffusé par le lieutenant-colonel Sagir Musa, un porte-parole de la force spéciale de l’armée nigériane engagée depuis mai dernier dans une opération anti-terroriste au dans le nord-est du pays, le chef du groupe jihadiste Boko Haram, Abubakar Shekau, serait décédé « entre le 25 juillet et le 3 août » des suites d’une blessure

La Russie dit avoir des preuves de l’utilisation d’armes chimiques par des rebelles syriens

Au fur et à mesure des analyses, il apparaît désormais certain que des armes chimiques ont bel et bien été utilisées en Syrie, en proie à une guerre civile depuis mars 2011. En revanche, savoir avec certitude qui les as utilisées s’avère plus compliqué à établir. En juin dernier, le ministre français des Affaires étrangères,

La DGSE a reçu une preuve de vie de son officier retenu en otage en Somalie

Sans battage médiatique, cela fait maintenant d’un an et demi que Denis Allex est retenu en otage par les combattants islamistes des milices Shebab en Somalie. C’est en effet le 14 juillet 2009 que deux officiers de la DGSE, officiellement en mission de formation pour le compte du gouvernement somalien de transition, ont été enlevé