En mai 2007, un décret publié au Journal Officiel indiquait que la Commission nationale de l’informatique et des libertés (CNIL) ne pouvait pas avoir le moindre droit de regard sur 8 bases de données gérées par les services de renseignement. Et cela, au nom de la sûreté et de la raison d’État. Depuis, la liste