OIAC / Archives

La France publie des preuves sur la responsabilité de Damas dans l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Comme le ministre des Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, l’avait promis, la France vient de publier une « évaluation nationale » de ses services de renseignement prouvant la responsabilité du régime syrien dans l’attaque chimique menée le 4 avril à Khan Cheikhoun, localité de la province d’Idleb. À la différence de celle qui avait été diffusée par le

La France donnera la « preuve » que Damas est responsable de l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Quelques jours après la frappe américaine contre la base syrienne d’al-Shayrat en réponse à l’usage d’armes chimiques à Khan Cheikhoun au petit matin du 4 avril, dans la province d’Idleb, le chef du Pentagone, le général James Mattis, affirma n’avoir « pas de doute » que le régime de Bachar el-Assad » était « responsable de la décision d’attaquer

Le régime syrien à nouveau accusé d’être responsable d’une attaque chimique

La Coalition nationale, une composante de l’opposition syrienne, a accusé, ce 4 avril, le régime de Bachar el-Assad d’avoir mené une attaque chimique près de la localité de Khan Cheikhoun, située dans la province d’Idleb, contrôlée en grande partie par des groupes islamistes et jihadistes. Pour le moment, le bilan de cette attaque est d’au

La Libye a été débarrassée de ses dernières armes chimiques

En juillet, le Conseil de sécurité des Nations unies a voté une résolution autorisant les États membres à « acquérir, transporter et détruire les armes chimiques recensées en Libye afin de garantir leur élimination dans les meilleurs délais et conditions de sécurité. » Cela a pu alors sembler surprenant dans la mesure où, en février 2014, le

Le régime syrien et Daesh accusés d’être à l’origine d’attaques chimiques

L’an passé, et alors que de nouvelles attaques chimiques avaient été signalées en Syrie, le Conseil de sécurité des Nations unies vota à l’unanimité une résolution pour mettre en place un « mécanisme d’enquête » avec un groupe de 24 enquêteurs, appelé Joint Investigative Mechanism (JIM) et composé d’experts de l’ONU et de l’Organisation pour l’interdiction des

Le Conseil de sécurité de l’ONU donne son feu vert à la destruction des dernières armes chimiques libyennes

Sous le régime du colonel Kadhafi, la Libye disposait de trois sites de production d’armes chimiques. Mais, en 2004, Tripoli adhéra à l’Organisation pour l’Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) et s’était donc engagé à détruire son arsenal. Mais ce processus fut interrompu par les troubles qui éclatèrent en février 2011. Et il fallut trois ans

Du gaz moutarde a été utilisé en Syrie en août dernier

Au cours de ces derniers mois, plusieurs attaques chimiques ont été rapportées à l’issue de combats dans le nord de l’Irak et en Syrie. Cependant, les substances utilisées n’ont été que rarement précisées, comme en juillet dernier, où les milices kurdes syriennes (YPG) ont fait état de la diffusion d’un « gaz jaune avec une forte

L’arsenal chimique syrien sera partiellement détruit en mer

Après avoir fait l’inventaire de l’arsenal chimique syrien, il fallait trouver une solution pour le détruire, conformément à l’accord trouvé entre les diplomates russes et américains en septembre dernier, lequel a conduit par la suite à l’adoption d’une résolution par le Conseil de sécurité des Nations unies. Selon le calendrier établi, l’arsenal syrien devra être

Les Etats-Unis sont sceptiques sur l’inventaire des armes chimiques syriennes

L’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) est dans les temps pour démanteler l’arsenal syrien, conformément à ce qui est prévu par la résolution 2118 du Conseil de sécurité, adoptée suite à l’attaque aux gaz neurotoxiques du 26 août dernier près de Damas. En un mois, les inspecteurs de l’OIAC ont ainsi placé des scellés

Le prix Nobel de la paix décerné à l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques

Le prix Nobel de la paix 2013 aurait pu être attribué à Malala Yousafzai, cette jeune pakistanaise qui a défié les taliban et dont le cheval de bataille est l’accès à l’éducation des jeunes filles dans son pays. Mais finalement, ce 11 octobre, le comité Nobel a décidé de decerner ce prestigieux prix à l’Organisation