offensive / Archives

Syrie : Ankara et Moscou se mettent d’accord pour créer une zone démilitarisée dans la province d’Idleb

Devenue, au fil des reconquêtes faites par le régime syrien et ses alliés, un « abcès de fixation » dominé par la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham et des groupes rebelles soutenus par la Turquie, la province d’Idleb devrait être le théâtre d’une offensive qui permettrait à Damas de recouvrer l’essentiel des territoires perdus depuis mars 2011.

Syrie : Les enjeux de la bataille annoncée d’Idleb

Contrôlée par une insurrection syrienne dominée par la coalition jihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-Front al-Nosra, autrefois lié à al-Qaïda) et l’influent groupe Jaich al-Ahrar, la province d’Idleb est maintenant un objectif prioritaire pour Damas et Moscou. Et la bataille qui s’annonce se joue déjà sur les terrains médiatique et diplomatique. 1- Un enjeu militaire

La Russie déploie une importante force navale au large de la Syrie, en vue de l’offensive attendue à Idleb

Il y a comme un air de déjà-vu. En mars dernier, le chef d’état-major russe, le général Valery Gerasimov avait dit disposer « d »informations fiables » selon lesquelles « les rebelles syriens se préparaient à mettre en scène l’utilisation par les troupes gouvernementales d’armes chimiques contre la population civile. » Et, quelques semaines plus tard, le quartier de Douma,

Afghanistan : La situation reste confuse à Ghazni, cible d’une attaque de grande ampleur menée par les talibans

Dans la nuit du 9 au 10 août, les talibans ont lancé un assaut de grande ampleur contre Ghazni, la capitale de la province du même nom, située à seulement deux heures de route de Kaboul. Et cela a contraint l’aviation américaine à intervenir pour appuyer les forces afghanes chargées de défendre la ville. Quelques

Les talibans lancent une attaque contre la ville de Ghazni, à deux heures de route de Kaboul

Bien que leurs émissaires « discuteraient » discrètement au Qatar avec une délégation américaine emmenée par Alice Wells, sous-secrétaire d’État adjointe, chargée de l’Asie du Sud, les talibans continuent à mettre la pression sur les forces de sécurité afghanes. Ainsi, après Kunduz et Farah, deux capitales provinciales, le mouvement taleb afghan a lancé une offensive de grande

Le mouvement taleb afghan lance une nouvelle offensive en direction de Kunduz

En septembre 2015, le mouvement taleb afghans lança une opération fin de s’emparer de la ville de Kunduz, la capitale de la province du même nom. Et, pendant près de deux semaines, ils occupèrent une partie de la ville avant de s’en retirer devant une contre-offensive menée par l’armée nationale afghane (ANA), appuyée par les

Une batterie de défense aérienne Patriot israélienne a manqué d’abattre un drone venu de Syrie

La région de Deraa, voisine de la Jordanie et du plateau du Golan, est l’une des dernières zones encore tenues par la rébellion syrienne, composée principalement par le Front du Sud de l’Armée syrienne libre [ASL] et d’éléments des groupes Hayat Tahrir al-Cham [ex-al-Nosra, jihadiste] et Jabhat Tahrir Souriya [ex-Ahrar al-Cham, salafiste]. En juillet 2017,

Paris envisagerait une opération pour déminer le port d’Hodeïda, au Yémen

Depuis trois jours, les forces gouvernementales yéménites, avec le soutien de la coalition dirigée par l’Arabie Saoudite, ont lancé une offensive pour prendre le contrôle de la ville portuaire d’Hodeïda, actuellement tenue par les rebelles Houthis. Cette ville de près de 600.000 habitants (en compatant ses environs) est stratégique dans la mesure ou 4/5e des

Les forces afghanes ont perdu 18.000 combattants en un an

Ce 16 mai, selon Kaboul, l’armée nationale afghane [ANA] et les forces américaines ont repoussé l’offensive lancée la veille par les talibans contre Farah, la capitale de la province du même nom. « Les talibans ont été forcés de quitter la ville autour de minuit, après l’arrivée de renforts de Herat et de Kandahar. Nous avons

Les talibans tentent de s’emparer de la capitale de la province de Farah, dans l’ouest de l’Afghanistan

L’an passé, le mouvement taleb afghans n’a pas cherché à prendre le contrôle d’une capitale provinciale, même provisoirement, comme il le fit à Kunduz [nord] et à Lashkar Gah [sud], l’objectif de son offensive de printemps, appelée « Mansouri », étant de consolider ses gains territoriaux tout en continuant à s’en prendre aux forces étrangères et locales.