nucléaire / Archives

Tokyo et Séoul ont signé un accord de partage de renseignements sur la Corée du Nord

Les relations entre le Tokyo et Séoul sont marquées par des contentieux historiques et territoriaux. Ainsi, la Corée du Sud n’a pas oublié l’annexion de la péninsule par le Japon impérial en 1910 et les exactions dont furent victimes les Coréens jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. À cela s’ajoute la question des

Le programme iranien de missiles balistiques n’est « pas négociable »

La déclaration publiée le 14 novembre, les ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’Union européenne est plutôt bienveillante à l’égard de l’Iran, même si elle dénonce la situation des droits de l’Homme dans ce pays. Ainsi, l’UE se dit favorable à l’adhésion de Téhéran à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) et appelle « toutes

Quelles conséquences aura l’élection de Donald Trump sur les affaires militaires?

Le politologue américain Allan Lichtman aura une nouvelle fois vu juste. En septembre, il avait annoncé la victoire de Donald Trump dans la course à la Maison Blanche, selon une méthode prédictive qui n’avait alors jamais été prise en défaut depuis 1984. Reste maintenant à voir les conséquences éventuelles de ce succès du candidant du

Des ordinateurs de diplomates ayant négocié l’accord sur le nucléaire iranien infectés par un logiciel espion

Les négociations portant sur le programme nucléaire iranien entre le groupe dit des 5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité de l’ONU et l’Allemagne) et l’Iran, ont évidemment suscité l’intérêt de plusieurs services de renseignement. Et Genève, où se tenait une partie des discussions, devint un « nid d’espions ». Mais pas seulement. Ainsi, la société

Le tir d’un missile balistique russe « Boulava » s’est encore soldé par un échec

Sur les 24 tirs de missiles balistiques mer-sol de type RSM-56 « Boulava » (code Otan : SS-NX-30) effectués entre 2004 et 2015, seulement 15 ont été considérés réussis, d’après les chiffres donnés par le quotidien russe « Pravda ». Autant dire que, en matière de dissuasion nucléaire, où l’on vise évidemment le 100% de réussite, ces échecs font

La Russie suspend un accord avec les États-Unis portant sur l’élimination du plutonium militaire

En 2000, le vice-président américain, Al Gore, et le Premier ministre russe, Mikhaïl Kassianov, établirent l’accord PMDA (Plutonium Management and Disposition Agreement) visant à réduire les stocks de plutonium détenus par les États-Unis et la Russie. Ce texte fut amendé 10 ans plus tard par Hillary Clinton, alors secrétaire d’État, et Sergueï Lavrov, qui était

Les États-Unis maintiennent l’ambiguïté sur la possibilité de lancer une frappe nucléaire « en premier »

La doctrine nucléaire américaine, révisée en 2010, indique que les États-Unis ne solliciteront leurs forces stratégiques qu’en cas de « circonstances extrêmes » pour défendre leurs intérêts vitaux ainsi que leurs alliés et uniquement contre un adversaire doté d’armes nucléaires. En revanche, le document se garde de bien préciser si Washington serait susceptible de frapper ou non

Armes nucléaires : L’attitude de la Russie jugée plus inquiétante que celle de l’Union soviétique

Il est souvent dit que le président russe, Vladimir Poutine, conçoit les relations internationales comme une partie d’échecs. Si on ne peut pas lui envoyer un certain sens de la tactique, le comparer à un joueur de poker serait peut-être plus pertinent, dans la mesure où il semble plus enclin à saisir la moindre occasion

En cas de menace nucléaire, Séoul a un plan pour « éliminer » le chef du régime nord-coréen

Peu importe ce que peut dire la communauté internationale au sujet de ses activites nucléaires et balistiques, la Corée du Nord s’en moque. Comme elle se moque des sanctions prises à son égard. Après que son cinquième essai nucléaire, réalisé le 9 septembre, a été « fermement condamné » par le Conseil de sécurité des Nations unis,

Deux bombardiers américains ont survolé la Corée du Sud en réponse à l’essai nucléaire de Pyongyang

La Corée du Nord a balayé les condamnations (toujours fermes) internationales au sujet de son cinquième essai nucléaire, le plus puissant jamais effectué, en demandant aux États-Unis d’être reconnue comme une puissance militaire dotée d’armes stratégiques. « [Le président] Obama fait ce qu’il peut pour refuser [à la Corée du Nord] le statut stratégique d’État doté