nucléaire / Archives

Terrorisme : Quelles sont les menaces aériennes qui pèsent sur les centrales nucléaires?

Après les attentats du 11 septembre 2001, l’hypothèse de voir un avion commercial détourné par des terroristes s’écraser sur un site aussi sensible qu’une centrale nucléaire ne pouvait plus être écartée. Pour contrer cette menace, l’on pense évidemment aux moyens engagés par l’armée de l’Air au titre de la posture permanente de sûreté aérienne, qui

Les Français veulent-ils vraiment abandonner la dissuasion nucléaire?

Selon un sondage réalisé par l’IFOP à la demande du « Mouvement de la Paix » et publié, ce 5 juillet, par le quotidien La Croix, 67% des personnes interrogées (et elles ont été 1001 à l’avoir été, choisie dans un « échantillon représentatif ») se disent favorables à ce que la France s’engage dans la ratification du traité

Le renseignement américain doute de la volonté de Pyongyang à renoncer à l’arme nucléaire

Le 12 juin, à l’issue d’une rencontre avec Donald Trump, le président américain, Kim Jong-un, le chef du régime nord-coréen, a réaffirmé « son engagement ferme et inébranlable en faveur d’une dénucléarisation complète de la péninsule coréenne. » Cependant, aucun calendrier n’a été fixé pour atteindre cet objectif. Pas plus qu’il n’a été prévu de mettre en

Otan : Berlin demande au Pentagone s’il est possible de certifier les Eurofighter Typhoon pour les missions nucléaires

Comme la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas et la Turquie, l’Allemagne fait partie des plans nucléaires de l’Otan, c’est à dire que des bombes nucléaires tactiques B-61 sont stockées sur son territoire, précisément sur la base aérienne de Büchel, située en Rhénanie-Palatinat. Concrètement, cela veut dire que, au besoin, la Luftwaffe doit être en mesure de

Le Mirage 2000N prend sa retraite, après 30 ans passés au service de la dissuasion nucléaire

Au début des années 1980, la dissuasion nucléaire française reposait sur trois composantes : les missiles balistiques sol-sol S-3 du plateau d’Albion, les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] de la classe « Le Redoutable », emportant des missiles M20 [puis M4] et les Mirage IV des Forces aériennes stratégiques [FAS], dotés de la bombe AN-22. Mais pas

Les arsenaux nucléaires se maintiennent ou se réduisent… sauf en Asie

Le 7 juillet 2017, l’Assemblée générale des Nations unies a voté le Traité sur l’intediction des armes nucléaires [122 pays sur 192 l’ont approuvé, ndlr]. Et, étant donné que plus de 50 États l’ont ratifié (dont le Vatican), ce texte, qui préconise une interdiction totale du développement, du stockage et de la menace d’utilisation d’armes

Washington donne un gage à Pyongyang avec la suspension de l’exercice Ulchi Freedom Guardian

Le chef du régime nord-coréen, Kim Jong-un, a su habilement tirer son épingle du jeu quand il a rencontré le président américain, Donald Trump, lors d’un sommet « historique », à Singapour, le 12 juin. « Nous nous sommes rencontrés, nous avons eu des atomes crochus. Il nous a beaucoup donné », a affirmé, à son sujet, le locataire

L’annonce de M. Trump sur la fin des exercices en Corée du Sud prend les alliés des États-Unis au dépourvu

L’exercice militaire multinational « Ulchi Freedom Guardian », organisé chaque année par les forces américaines et sud-coréennes, aura-t-il lieu à la fin du mois d’août, comme prévu? La question se pose après les propos tenus par le président américain, Donald Trump, alors qu’il venait de rencontrer Kinm Jong-un, le chef du régime nord-coréen, le 12 juin, à

M. Trump annonce qu’il n’y aura plus d’exercices conjoints entre les forces américaines et sud-coréennes

Son grand-père et son père en avait rêvé, Kim Jong-Un l’a fait. Le 12 juin, à Singapour, le dirigeant nord-coréen a en effet rencontré un président américain, en l’occurrence Donald Trump, avec lequel il a pourtant échangé quelques noms d’oiseaux au cours de ces derniers mois. La tenue de ce sommet « historique » n’était pas acquise,

Le président Trump annule sa rencontre avec Kim Jong-Un, le chef du régime nord-coréen

Le sommet promettait d’être d’autant plus « historique » qu’il était totalement inespéré après des mois de tensions. Prévu le 12 juin prochain, à Singapour, il n’aura finalement pas lieu. En effet, ce 24 mai, le président Trump a annoncé qu’il ne rencontrerait finalement pas Kim Jong-Un, le chef du régime nord-coréen. Pourtant, le 27 avril, le