nucléaire / Archives

Pour un amiral américain, la Corée du Nord est aussi une menace pour la Chine et la Russie

Comme à chaque tir de missile ou essai nucléaire nord-coréen, la Chine et la Russie font les gros yeux à Pyongyang, avant d’en appeler à la « retenue », voire à s’attacher à limiter des sanctions prises à l’égard de la Corée du Nord par le Conseil de sécurité des Nations unies. Au cours de ces dernières

Bombardiers américains envoyés en Corée du Sud : Pyongyang se dit au bord d’une « guerre nucléaire »

Escortés par des F-15K sud-coréens et des appareils du porte-avions USS Carl Vinson, deux bombardiers stratégiques américains B1-B « Lancer », affectés au 9th Expeditionary Bomb Squadron basé sur l’île de Guam, ont effectué une mission près de la péninsule coréenne, le 1er mai, dans le cadre d’un exercice bilatéral avec les forces sud-coréennes. L’envoi de ces

La Corée du Nord menace l’Australie d’une « frappe nucléaire »

Avec la Corée du Sud, le Japon et les États-Unis, l’Australie fait maintenant aussi partie des pays menacés directement d’une frappe nucléaire par le régime nord-coréen. En effet, ce dernier n’a visiblement apprécié les déclarations faites à son égard par Julie Bishop, la ministre australienne des Affaires étrangères. Ainsi, il y a quelques jours, Mme

Un groupe aéronaval américain se dirige vers la péninsule coréenne, par « mesure de précaution »

Fin mars, les analystes de l’US-Korea Institute de l’université américaine John Hopkins, a affirmé qu’il fallait probablement s’attendre à un sixième essai nucléaire nord-coréen, au vu de l’activité constatée sur le site de Punggye-ri. Ainsi, sur des images prises par satellite, on peut y voir la présence de véhicules et d’équipements spécifiques pouvant laisser penser

Le programme nucléaire nord-coréen est entré dans « une nouvelle phase », selon l’AIEA

Il est difficile – voire impossible – de savoir où en est exactement la Corée du Nord dans la mise au point d’une arme nucléaire. L’on peut juste dire qu’elle a procédé à cinq essais souterrains et que la fréquence de ces derniers augmente (1 en 2006, 1 en 2009, 1 en 2013 et 2

Le casse-tête nord-coréen

Le président Obama avait prévenu son successeur, Donald Trump : le dossier nord-coréen sera le plus « épineux » à gérer au cours des quatre prochaines années. Et pour les responsables militaires américains, en particulier ceux en poste dans la région Asie-Pacifique, la probabilité d’un conflit dans la péninsule coréenne est la plus probable. Pour le moment,

Le président Trump veut-il relancer la course aux armements?

En avril 2009, lors d’un discours prononcé à Prague, l’ex-président Barack Obama avait affirmé que les « États-Unis, en tant que seule puissance […] à avoir jamais utilisé » la bombe atomique avaient « la responsabilité morale d’agir » et d’oeuvrer « en faveur de la paix et de la sécurité d’un monde sans armes nucléaires. » Et d’ajouter : « Je

Un avion « renifleur » américain envoyé en Europe pour détecter les particules radioactives?

Quand la Corée du Nord effectue un essai nucléaire, l’US Air Force envoie un Boeing WC-135 « Constant Phoenix » patrouiller près de la péninsule coréenne afin d’y collecter les particules radioactives présentes dans l’atmosphère. Et un tel appareil avait également été sollicité en 2011, après le raz-de-marée qui submergea la centrale nucléaire japonaise de Fukushima. Actuellement,

Dissuasion : Un Rafale de la Marine nationale a tiré un missile ASMP-A avec succès

En novembre 2015, le Délégué général pour l’armement (DGA), Laurent Collet-Billon, avait indiqué que la Marine nationale devait se préparer à plusieurs rendez-vous importants en 2016 dans le domaine de la dissuasion nucléaire, dont le lancement, par le sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) « Le Triomphant », d’un missile balistique mer-sol M-51 et le tir d’un missile

Un responsable politique polonais souhaite la protection d’un parapluie nucléaire américain ou européen

L’élection de Donald Trump aux États-Unis suscite de l’inquiétude chez la plupart des pays européens en raison des propos que le successeur de Barack Obama a tenus au sujet de l’Otan quand il était en campagne électorale. Propos qu’il a encore répétés peu avant son investiture, le 20 janvier dernier. Pour rappel, M. Trump avait