nucléaire / Archives

Explosion mystérieuse dans les environs du site controversé de Parchin, en Iran

En novembre 2011, l’Agence Internationale de l’Énergie Atomique (AIEA) avait produit, dans un rapport, plusieurs éléments troublants tendant à démontrer l’existence d’un programme nucléaire iranien à vocation militaire. Bien évidemment, Téhéran nia le tout en bloc et refusa d’évoquer les points litigieux avec l’organisation internationale. Parmi les éléments avancés par cette dernière figuraient les activités

Un ingénieur soupçonné d’avoir des liens avec le milieu salafiste interdit d’accès à un site nucléaire

Début août, manquant de lubrifiant, la turbine d’un réacteur de la centrale nucléaire de Doel, en Belgique, s’est automatiquement arrêtée. En cause : les 65.000 litres d’huile nécessaire à son bon fonctionnement avaient été vidangés dans un réservoir souterrain prévu à cet effet en cas d’incendie. Selon Electrabel, propriétaire du site, les dégâts sont « importants »

L’Iran prétend avoir abattu un drone israélien vers le site nucléaire de Natanz (MàJ)

L’accord intérimaire concernant le programme nucléaire iranien de Genève, conclu en novembre 2013 par l’Iran et le groupe 5+1 (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine, Allemagne), devait durer 6 mois. Pendant cette période, Téhéran a pris l’engagement de suspendre ses activités nucléaires – soupçonnées d’avoir un volet militaire – en échange d’une suspension partielle des sanctions

La base aérienne d’Istres va-t-elle perdre son escadron nucléaire?

Lors de la présentation du projet de loi de finances initiale 2014 pour la mission « Défense », il avait été précisé que les « premiers Rafale biplaces destinés à remplacer les avions du second escadron de Mirage 2000N seront livrés en 2014″. En clair, l’Escadron de chasse 2/4 La Fayette, basé à Istres, va bientôt changer d’appareil.

L’existence d’un nouveau missile balistique chinois confirmée… Par inadvertance?

Dans son dernier rapport concernant les capacités de l’Armée populaire de libération (APL) remis au Congrès, le Pentagone avait evoqué le développement d’un nouveau missile balistique chinois, appelé DongFeng 41 (DF-41) d’une portée d’au moins 12.000 km, donc susceptible d’atteindre le territoire américain. L’existence d’un tel programme n’avait jusqu’à présent jamais été reconnue par Pékin.

Les jihadistes de l’État islamique ont mis la main sur du « matériel nucléaire » en Irak

Le gouvernement irakien a confirmé, dans un courrier adressé au début du mois à Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations unies, que les jihadistes de l’État islamique ont pris le contrôle du site d’Al Muthanna, qui a servi, sous le régime de Saddam Hussein, à fabriquer des armes chimiques. Depuis les années 1990, il

Deux experts du CEA sont très sceptiques sur la détection des antineutrinos émis par les sous-marins nucléaires

La force d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) est sa très grande discrétion, notamment acoustique. Mais, dans un récent article du Point, il est avancé que la position de ces navires pourrait être à l’avenir trahie à cause de l’émission par leur chaufferie nucléaire de particules élémentaires appelées neutrinos/antineutrinos. Il est en effet actuellement possible

Faire des économies sur la simulation nucléaire? Une fausse bonne idée pour le DGA et le chef d’état-major des armées

Dans l’hypothèse où il manquerait quelques milliards dans la Loi de programmation militaire 2014-2019, ce qui n’est pas une vue de l’esprit étant donné que le risque d’un défaut des recettes exceptionnelles est loin d’être exclu (comme celles liées à la vente de fréquence 700 Méga Hertz) et que l’Etat a besoin de faire des

Le niveau en mathématiques et en physique des recrues de la Force océanique stratégique « décroît »

L’amiral Charles-Eoduard de Coriolis, le commandant des forces sous-marines et de la force océanique stratégique (ALFOST), a le sens de la formule. Invité, avec l’amiral Bernard Rogel, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), à s’exprimer devant la commission de la Défense et des Forces armées dans le cadre de ses débats sur la

La France s’engage à ne pas utiliser l’arme nucléaire contre 5 pays d’Asie centrale

Comme les 4 autres Etats reconnus par le Traité de non-prolifération (TNP) comme étant dotés de l’arme nucléaire (Etats-Unis, Russie, Royaume-Uni et Chine), la France a signé, le 6 mai, à New York, un protocole au traité de Semipalatinsk établissant une zone exempte d’armes nucléaires (ZEAN) en Asie centrale. Ce protocole l’engage ainsi ne pas