nucléaire / Archives

Les futurs avions de combat belges devront avoir une capacité nucléaire

Actuellement, et dans le cadre de l’Otan, les F-16 de la composante aérienne de la Défense belge ont la capacité d’emporter des bombes nucléaires tactiques (ANT) B-61 américaines, stockées dans un dépôt de la base aérienne de Kleine-Brogel. Quatre autres pays membres de l’Alliance disposent de cette capacité : la Turquie, les Pays-Bas, l’Italie et

Le Pakistan a testé un missile de croisière à capacité nucléaire depuis un sous-marin

En juin 2012, et quelques jours après l’essai d’un missile balistique indien Agni V, à capacité nucléaire, le Pakistan annonça la création d’un « commandement de la Force navale stratégique », ce qui laissait entendre qu’il avait l’intention de développer une composante sous-marine de sa force de frappe. De quoi rendre sceptique les observateurs étant donné que

Safran va développer un nouveau système de navigation pour les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins

Alors que, le mois dernier, le sous-marin nucléaire lanceur d’engins « Le Téméraire » est entré au bassin n°8 de la base navale de Brest pour y subir une IPER/Adaptation (*) au missile balistique mer-sol M-51, Safran Electronics & Defense a indiqué, ce 9 janvier, que la Direction générale de l’armement (DGA) lui a notifié un contrat

La Corée du Nord dotée de l’arme nucléaire? « Cela n’arrivera pas! », assure M. Trump

Il faudra s’y habituer : le futur président des États-Unis, Donald Trump, n’a pas l’intention de se passer de Twitter après son investiture, le 20 janvier prochain. Si ce réseau social est utile pour partager des réactions, des émotions et du contenu qui semble pertinent, en revanche, il apparaît limité quand il s’agit d’évoquer les

La Corée du Nord annonce l’essai d’un missile intercontinental pour 2017

En dépit des sanctions prises par la communauté internationale à son égard, la Corée du Nord a apparemment réalisé, l’an passé, des progrès importants dans ses programme visant à la doter d’une force de frappe stratégique. En effet, Pyongyang a réalisé deux essais nucléaires en l’espace de sept mois ainsi que plusieurs tests, certes avec

Les intentions de M. Trump au sujet de l’armement nucléaire restent floues

Un message de 140 signes paraît léger quand il s’agit d’évoquer les questions relatives à l’armement nucléaire. Mais il est suffisant pour faire monter, à Wall Street, le cours des actions d’entreprises liées au nucléaire, comme Cameco, Uranium Resources ou encore Uranium Energy et susciter des questions sur les intentions en la matière de Donald

Après le président russe, M. Trump plaide pour un renforcement des capacités nucléaires

  En 140 signes, le président américain élu, Donald Trump, qui prendra ses fonctions le 20 janvier prochain, a mis dans l’expectative de nombreux experts de la non-prolifération nucléaire et autres militants du désarmement. Ainsi, via le réseau social Twitter, il a écrit que les États-Unis « doivent grandement renforcer et accroître leur capacité nucléaire tant

La modernisation de la dissuasion nucléaire française devra faire face à au moins trois enjeux

Le renouvellement des composantes aéroportées et océaniques de la dissuasion nucléaire française exigera un effort financier conséquent, qui atteindra les 6 milliards d’euros par an à l’horizon 2025. Il s’agira de construire de nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE 3G) ainsi que de développer l’ASN4G, c’est à dire le successeur du missile de croisière ASMP-A,

L’État « nationalise » Areva TA, spécialiste de la propulsion nucléaire navale

Alors que sa maison-mère, Areva, fait face à des difficultés qui l’obligent à se restructurer, le sort d’Areva TA pouvait donner lieu à quelques inquiétudes. Et pour cause : c’est cette entreprise qui a fourni les réacteurs nucléaires du porte-avions Charles de Gaulle et des 10 sous-marins de la Marine nationale (4 SNLE et 6

La modernisation de la dissuasion nucléaire va profiter à l’économie française

À partir de 2020, le bugdet dédié à la dissuasion nucléaire devra progressivement passer de 3,5 milliards à 6 millards d’euros d’ici 2025. Cet effort visera à moderniser les deux composantes de la force de frappe française, avec le développement d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) de troisième génération et du missile M51.3 ainsi que