nucléaire / Archives

Un bombardier stratégique américain a volé à 70 km de la frontière nord-coréenne

En 2013, après le troisième essai nucléaire nord-coréen, les États-Unis envoyèrent à plusieurs reprises des bombardiers stratégiques B-2 Spirit et B-52 Stratofortress en Corée du Sud. Il s’agissait alors d’assurer Séoul de la protection du parapluie nucléaire américain en cas de confrontation avec Pyongyang. De leur côté, les autorités nord-coréennes, comme à leur habitude, menacèrent

La Corée du Nord affirme avoir testé une bombe thermonucléaire

En septembre dernier, l’agence officielle nord-coréenne KCNA reprenait les propos du directeur de l’Institut de l’énergie atomique (IEA) de Corée du Nord qui annonçait la reprise des activités du complexe nucléaire de Yongbyon, lequel compte un centre d’enrichissement d’uranium et un réacteur de 5 mégawatts fournissant du plutonium de qualité militaire. Et ce responsable de

Guerre Froide : La liste des cibles du Strategic Air Command dévoilée

Dans les années 1950, nombreuses étaient les fictions où il était redouté une « apocalypse nucléaire ». Et à lire le document de 800 pages classé « secret défense » jusqu’à sa divulgation récente par l’association National Security Archive (NSA), installée dans les locaux de l’université George Washington, ces craintes étaient plus que fondées. Ainsi, en vue de se

Nucléaire iranien : L’Agence internationale de l’énergie atomique ouvre la voie à l’application de l’accord de Vienne

Une semaine après avoir rendu public son rapport sur la dimension militaire du programme nucléaire iranien, l’Agence internationale internationale de l’énergie atomique (AIEA) a adopté, à la majorité des 35 pays membres de son exécutif, une résolution dans laquelle elle a pris acte qu’elle a pu mener à bien ses investigations « selon le calendrier convenu »

Un sous-marin russe a lancé des missiles Kalibr-PL contre des cibles en Syrie

Pour la première fois depuis l’engagement militaire de Moscou en Syrie, les forces russes ont frappé des cibles avec des missiles de croisère tirés depuis un sous-marin déployé en Méditerranée orientale. L’annonce a été faite par le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, le 8 décembre. « Nous avons utilisé des missiles de croisière Kalibr

Dissuasion : Trois rendez-vous importants pour la Marine nationale en 2016

Lors de son audition par la commission sénatoriale des Affaires étrangères et de la Défense, le délégué général pour l’armement (DGA), Laurent Collet-Billon, a évoqué à plusieurs reprises les travaux en cours en matière de dissuasion nucléaire. Ainsi, l’un des chantiers importants consiste à modifier les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) de la classe Triomphant

Polémique entre Jeremy Corbyn, le patron du Labour, et le chef d’état-major de la défense britannique

« Un idéaliste est un homme qui, remarquant que la rose sent meilleur que le chou, pense qu’elle fera un meilleur potage », disait l’essayiste américain Henry Louis Mencken. Sans doute que cette définition s’applique à Jeremy Corbyn, élu à la tête du Parti travailliste britannique en septembre dernier. Ses prises de position ont fait tousser plus

Le Pakistan pourrait devenir la troisième puissance nucléaire mondiale

En 2011, une étude indiquait que le Pakistan avait doublé son arsenal nucléaire en quatre ans, le nombre de ses têtes nucléaires étant passé de 30-60 à plus de 100. Et cela, en dépit de ses difficultés économiques du moment. « La diversification des installations aptes à produire des matières fissiles de qualité militaire laisse à

L’état-major israélien aurait bloqué 3 projets d’attaque contre le programme nucléaire iranien

Ministre de la Défense de 2009 à 2013, Ehud Barak ne s’est pas fait que des amis après la diffusion, le 21 août, de ses propos enregistrés par biographes (Danny Dor et Ilan Kfir) par une chaîne privée israélienne. En effet, de nombreux responsables de l’État hébreu n’ont pas apprécié les révélations qu’il a faites

Nucléaire : Des experts iraniens pour inspecter le site militaire de Parchin, près de Téhéran?

Les débats portant sur l’accord de Vienne, trouvé le 14 juillet dernier par les groupe 5+1 (membres du Conseil de sécurité de l’ONU + l’Allemagne) et l’Iran, au sujet du programme nucléaire iranien, sont vifs, surtout aux États-Unis où les parlementaires du Parti républicain, ainsi que quelques élus démocrates influents, y sont hostiles. Pour rappel,