Pour le général Ract-Madoux, les sous-officiers de l’armée de Terre ont été trop bien notés