Naval Group / Archives

La déconstruction des sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la classe « Le Redoutable » a commencé

Entre 1971 et 2008, les six sous-marins nucléaires lanceurs d’engins [SNLE] de la classe « Le Redoutable » ont assuré la permanence de la dissuasion nuclaire océanique, avec d’être progressivement remplacés par ceux de la classe « Le Triomphant ». Le premier de la série – « Le Redoutable », donc – fut retiré du service vingt ans après avoir entamé

Naval Group veut fabriquer les hélices de ses navires militaires grâce à l’impression 3D

L’impression 3D est une technologie qui offre de nouvelles perspectives aux militaires et aux industriels. Pour les premiers, elle permet, entre autres, de disposer de pièces de rechange plus rapidement sans pour autant à gérer de stocks. Quant aux seconds, étant donné que ce procédé permet de fabriquer un objet par la juxtaposition de couches

STX France seul à la barre pour assurer la maintenance des frégates de surveillance de type « Floréal »

Depuis 2012, le maintien en condition opérationnelle (MCO) des six frégates de surveillance de type « Floréal », basées outre-Mer, était assuré par un tandem constitué par STX France et Naval Group. Or, ce ne sera plus le cas pour les six prochaines années. En effet, STX France s’est vu notifier, le 29 mai dernier, par le

Le rapprochement entre le français Naval Group et l’italien Fincantieri préoccupe Thales

Dans la foulée de l’accord relatif à la reprise du chantier naval STX France de Saint-Nazaire par Fincantieri, il a été annoncé un rapprochement franco-italien dans le domaine des navires militaires de surface, avec le français Naval Group à la manoeuvre. Ainsi, il est question de former une alliance entre Fincantieri et Naval Group en

Le porte-avions Charles de Gaulle a été remis à flot

Après quinze mois passés en cale sèche pour son second arrêt technique majeur (ATM), le porte-avions Charles de Gaulle a quitté le bassin Vauban, à Toulon, le 16 mai. Le premier détail qui saute aux yeux est sa coque, qui, repeinte, est comme neuve. Mais au-delà de ce côté anecdotique, le navire amiral de la

Thales a lancé la production du SEA FIRE, un radar numérique destiné à équiper les Frégates de taille intermédiaire

Le groupe Thales a annoncé, la semaine passée, avoir lancé la production du premier radar numérique SEA FIRE destiné à équiper les cinq futures Frégates de taille intermédiaire (FTI) de la Marine nationale. Bénéficiant de l’expertise de Thales en matière de Big Data et de cybersécurité, le SEA FIRE est le fruit de trois années

Le 5e sous-marin nucléaire d’attaque de type Barracuda bientôt commandé

Outre le lancement de la modernisation des hélicoptères d’attaque Tigre, la ministre des Armées, Florence Parly, a annoncé la commande prochaine du cinquième sous-marin nucléaire d’attaqe (SNA) de type Barracuda, lors d’un comité ministériel d’investissement, le 4 mai. Cette décision était attendue dans la mesure où elle avait été confirmée en juillet 2017 par l’amiral

Malentendu entre Paris et Athènes sur la location de deux frégates multimissions à la marine grecque?

La France a-t-elle accepté de louer deux frégates multimissions (FREMM) à la Grèce à partir de l’été prochain et pour une durée de cinq ans, dans l’attente de l’achat de deux frégates de type intermédiaire (FTI ou Belh@ra)? En tout cas, c’est ce qu’a affirmé, le 20 avril, le quotidien grec Kathimerini, qui y a

Le patrouilleur « L’Adroit » bientôt sous pavillon argentin?

Dans le cadre d’une convention signée en 2010, la Marine nationale utilise le patrouilleur hauturier « L’Adroit », développé sur fonds propres par Naval Group. L’objectif était alors de mener des expérimentations afin de préparer le programme BATSIMAR (Bâtiments de surveillance et d’intervention maritime) tout en donnant à ce nouveau type de navire un certificat « sea proven »

Naval Group voudrait lancer les premières études sur le futur porte-avions vers la fin de l’année

« Nous serons au rendez-vous de toutes les attentes, de toutes les exigences, mais il ne faut pas sur ce sujet mener des batailles d’arrière-garde, de couloirs ou de coursives, en voulant toujours pousser davantage et encore davantage pour que l’État dépense, pour combler les besoins de l’un ou de l’autre », avait lancé le président Macron,