missile / Archives

Les Rafale français ont tiré 8 missiles SCALP contre les positions de l’EI à Raqqa

L’opération Chammal, menée contre l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie, aura été marquée par un usage intensif des missiles de croisière SCALP (Système de croisière conventionnel autonome à longue portée). Depuis le 15 décembre 2015, l’aviation française a effectué près de 10 raids aériens avec cette munition. Le dernier en date

L’Ukraine a lancé des exercices militaires près de la Crimée

En dépit des tensions tendues à l’extrême avec Moscou, notamment en raison de l’appui russe fourni aux séparatistes du Donbass (sud-est de l’Ukraine), Kiev a pris l’initiative de lancer, ce 1er décembre, près de la Crimée, région ukrainienne annexée par la Russie en mars 2014, des exercices militaires d’une durée deux jours, avec des tirs

Vers un déploiement permanent de missiles Iskander dans l’enclave russe de Kaliningrad?

Régulièrement, dans le cadre d’exercices militaires, la Russie envoie dans l’enclave de Kaliningrad, coincée entre la Lituanie et la Pologne, des missiles balistiques à capacité nucléaire Iskander, lesquels peuvent théoriquement atteindre Berlin ou encore l’île suédoise – stratégique – de Gotland. Ces déploiements ponctuels de missiles Iskander associés à une actitivité militaire russe accrue dans

La Suède remet en service un système de défense côtière abandonné il y a 15 ans

À la fin des années 1980, il fut décidé de doter l’artillerie suédoise de quatre batterie de défense côtière Kustrobotbatteri 90, utilisant le missile anti-navire Saab Robotsystem 15 (RBS-15). Mais, avec l’éclatement de l’Union soviétique et la fin de la Guerre Froide, les plans furent révisés à la baisse. Et le seul système finalement livré

Yémen : L’attaque contre l’USS Mason ne restera pas impunie, avertit le Pentagone

Ceux qui ont tiré deux missiles en direction du destroyer américain USS Mason, qui naviguait, le 9 octobre, non loin du navire logistique USS Ponce près du détroit de Bab al-Mandeb, en mer Rouge, sont prévenus : le Pentagone ne laissera pas passer une telle attaque. Pour le moment, il n’y a aucune certitude sur

Les missiles balistiques russes Iskander sont de retour à Kaliningrad

La Lituanie a indiqué, le 8 octobre, que les forces russes prévoient de déployer dans l’enclave de Kaliningrad, coincée entre ce pays balte et la Pologne [deux membres de l'Union européenne et de l'Otan, ndlr], des missiles balistiques Iskander (code Otan : SS-26 Stone), d’une portée pouvant atteindre les 500 km. « La Russie mène actuellement

Le tir d’un missile balistique russe « Boulava » s’est encore soldé par un échec

Sur les 24 tirs de missiles balistiques mer-sol de type RSM-56 « Boulava » (code Otan : SS-NX-30) effectués entre 2004 et 2015, seulement 15 ont été considérés réussis, d’après les chiffres donnés par le quotidien russe « Pravda ». Autant dire que, en matière de dissuasion nucléaire, où l’on vise évidemment le 100% de réussite, ces échecs font

La Corée du Nord a effectué un cinquième essai nucléaire

En mars, à l’initiative des États-Unis, le Conseil de sécurité des Nations unies a alourdi les sanctions internationales visant la Corée du Nord, suite au quatrième essai nucléaire réalisée par cette dernière le 6 janvier et au lancement, un mois plus tard, d’une fusée ayant mis sur orbite le satellite Kwangmyong 4. Ainsi, selon la

Trois missiles balistiques nord-coréens sont tombés dans la zone économique exclusive du Japon

Sanctions internationales renforcées, ferme condamnation du Conseil de sécurité des Nations unies, obtenue après de longs marchandages entre les États-Unis et la Chine… Rien n’y fait : la Corée du Nord continue de lancer régulièrement des missiles balistiques, notamment, depuis un mois, en direction du Japon. Ainsi, le 2 août, un missile de type Rodong

Un missile balistique mer-sol nord-coréen est tombé dans la zone d’identification aérienne japonaise

Début août, un missile balistique nord-coréen de type Rodong s’était abîmé à 250 km des côtes japonaises. Comme il fallait s’y attendre, ce tir suscita une vive réaction des autorités japonaises et le Conseil de sécurité des Nations unies fut saisi de l’affaire par Washington afin d’adopter une déclaration condamnant une nouvelle fois Pyongyang. Seulement,