missile / Archives

Nations unies : La Russie bloque un texte appelant à prendre des mesures « significatives » contre Pyongyang

Depuis son premier essai nucléaire, en octobre 2006, la Corée du Nord s’est vu infliger pas moins de 6 régimes de sanctions par le Conseil de sécurité des Nations unies, dont deux en 2016. Pourtant, cela n’a nullement mis un frein au développement de ses capacités nucléaires et de ses missiles balistiques. Ainsi, le 4

Les délais risquent d’être serrés pour le renouvellement de la composante océanique de la dissuasion

Le 4 juillet, le président Macron a embarqué à bord du sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) Le Terrible, le dernier de la classe « Le Triomphant » à avoir été mis en service. Alors que les trois autres bâtiments de ce type ont récemment été modernisés et adaptés pour emporter le missile balistique mer-sol M-51(ou sont en

Démonstration de force américaine et sud-coréenne après le tir d’un missile intercontinental nord-coréen

Le chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, a confirmé que l’engin lancé par la Corée du Nord, le 4 juillet, était bel et bien un « missile balistique intercontinental » (ICBM). Et cela change la donne stratégique, dans la mesure où, d’après les données communiquées après ce lancement, l’Alaska pourrait être à portée à de tir.

La Corée du Nord affirme avoir testé avec succès un missile intercontinental

« La patience stratégique avec le régime nord-coréen est terminée. Honnêtement, la patience est terminée », a déclaré le président américain, Donald Trump, le 30 juin, alors qu’il se trouvait aux cotés de son homologue sud-coréen, Moon Jae-In, dans le jardin de la Maison Blanche. La veille, Washington avait annoncé des sanctions contre une banque chinoise (Bank

Pour le Sénat, des choix sont à faire sans tarder pour assurer l’avenir des Forces aériennes stratégiques

Six mois après l’Assemblée nationale, le Sénat a publicé, ce 28 juin, un rapport sur la « nécessaire modernisation de la dissuasion nucléaire ». Comme leurs collègues députés, les auteurs de ce copieux document, les sénateurs Xavier Pintat et Jeanny Lorgeoux, ont souligné le caractère structurant et dimensionnant des forces stratégiques sur l’ensemble des armées ainsi que

Un navire des Émirats arabes unis visé par un missile au large du Yémen

Un navire de la coalition qui intervient au Yémen sous la direction de l’Arabie Saoudite contre les rebelles Houthis, soutenus par l’Iran, a été de nouveau la cible d’une attaque peu après sa sortie du port de Mokha, au nord du détroit de Bab al-Mandeb. Dans un communiqué diffusé par l’agence officielle saoudienne SPA, il

Des informations sur le système antimissile THAAD ont été cachées au nouveau président sud-coréen

En juillet 2016, dans un contexte marqué par la multiplication de tirs de missiles balistiques nord-coréens, Washington et Séoul trouvèrent un accord pour déployer, en Corée du Sud, le système anti-missile THAAD (Terminal High Altitude Area Defense). Cette annonce fut vivement critiquée par la Chine et la Russie, pour qui cela risquait de porter atteinte

La Corée du Nord va lancer la production en série de son missile balistique Pukguksong-2

Pendant que le Conseil de sécurité des Nations unies se réunissait, la semaine passée, pour encore évoquer son cas (et la condamner pour énième fois), la Corée du Nord préparait un nouveau lancement de missile. C’est ainsi que, le 20 mai, depuis sa base de Pukchang [province du Pyongan du Sud], elle a procédé au

Pour un amiral américain, la Corée du Nord est aussi une menace pour la Chine et la Russie

Comme à chaque tir de missile ou essai nucléaire nord-coréen, la Chine et la Russie font les gros yeux à Pyongyang, avant d’en appeler à la « retenue », voire à s’attacher à limiter des sanctions prises à l’égard de la Corée du Nord par le Conseil de sécurité des Nations unies. Au cours de ces dernières

Le dernier missile tiré par la Corée du Nord serait un engin de portée intermédiaire

Le missile balistique lancée depuis la base militaire nord-coréenne de Kusong, dans la nuit du 13 au 14 mai, a volé pendant près de 30 minutes avant de s’abîmer en mer du Japon, à 500 km du territoire russe, selon Moscou, pour qui ce tir « ne présentait aucune menace pour la Russie ». L’agence officielle nord-coréenne