ministre / Archives

Florence Parly a été nommée ministre des Armées

L’annonce du nouveau gouvernement conduit par Édouard Philippe a réservé une surprise de taille. Alors que le nom du député européen (LR) Arnaud Danjean était cité pour remplacer Sylvie Goulard au ministère des Armées et que la rumeur parlait même de Jean-Pierre Raffarin, l’ancien Premier ministre du président Chirac qui dirige actuellement les travaux de

Ministre des Armées, Sylvie Goulard renonce à rester au gouvernement

Un mois après avoir été nommée ministre des Armées, Sylvie Goulard n’aura guère eu le temps de s’impliquer dans les affaires militaires. Car, ce 20 juin, elle vient en effet d’annoncer sa décision de quitter le gouvernement. Cette décision est motivée par l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs présumés  d’assistants parlementaires européens au sein du MoDem.

Mme Goulard s’engage sur un budget des armées à 2% du PIB d’ici 2025 en y mettant un bémol

Invitée du « Talk stratégique » diffusé par le site Internet du quotidien « Le Figaro », Sylvie Goulard, la ministre des Armées, n’a pas manqué d’être interrogée sur les moyens qui seront alloués, au cours de la prochaine législature, aux forces françaises. Et cela, alors que l’on a appris, cette semaine, que Bercy avait gelé un peu plus

M. Le Drian était-il trop « influent » pour rester ministre de la Défense?

Soutien de poids d’Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, Jean-Yves Le Drian aurait pu rester ministre de la Défense. D’ailleurs, les observateurs de la vie politique s’y attendaient et lui-même, dit-on, voulait conserver son portefeuille. Las, lors de l’annonce du gouvernement conduit par Édouard Philippe, l’on apprenait, non sans surprise, que Mme Sylvie Goulard le

Sylvie Goulard nommée « ministre des Armées »

Les observateurs de la vie politique s’attendaient à voir Jean-Yves Le Drian rempiler à la tête du ministère de la Défense. Finalement, il n’en sera rien. Si, effectivement, le président de la région Bretagne figure bien dans le nouveau gouvernement conduit par Édouard Philippe et dont la composition a été annoncée ce 17 mai, il

La France donnera la « preuve » que Damas est responsable de l’attaque chimique de Khan Cheikhoun

Quelques jours après la frappe américaine contre la base syrienne d’al-Shayrat en réponse à l’usage d’armes chimiques à Khan Cheikhoun au petit matin du 4 avril, dans la province d’Idleb, le chef du Pentagone, le général James Mattis, affirma n’avoir « pas de doute » que le régime de Bachar el-Assad » était « responsable de la décision d’attaquer

90% des responsables de l’état-major polonais ont été remplacés depuis le changement de majorité

En octobre 2015, le parti conservateur « Droit et Justice » (PiS) remportait largement les élections législatives polonaises face aux libéraux-conservateurs et pro-européens de la Plateforme civique, jusqu’alors au pouvoir. Disposant de tous les leviers du pouvoir (Andrzej Duda avait été élu président de la République quelques semaines plus tôt), cette formation politique est revenue sur plusieurs

Israël menace de détruire la défense aérienne syrienne

La semaine passée, et contrairement à ses habitudes, Israël a immédiatement reconnu avoir effectué un raid aérien dans la région de Palmyre, en Syrie, afin d’empêcher un transfert « d’armes sophistiquées » au Hezbollah, la milice chiite libanaise qu’il voit comme étant la menace numéro un contre sa sécurité. « Quand on identifie des tentatives de transfert d’armes

L’Allemagne veut d’autres critères pour évaluer l’effort de défense au sein de l’Otan

Depuis l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, la pression est forte sur les membres européens de l’Otan pour qu’ils augmentent leurs dépenses militaires afin de les porter à 2% de leur PIB, comme ils s’y étaient d’ailleurs engagés lors du sommet de Newport, en septembre 2014. Selon l’Otan, seul cinq Alliés ont atteint

En Inde, le ministre des Finances est aussi celui de la Défense

Comment améliorer le dialogue entre le ministère de la Défense et celui du Budget? La méthode indienne est simple : confier ces deux portefeuilles à un même ministre. C’est ce que vient de décider Pranab Mukherjee, le président de l’Inde, pour remplacer Manohar Parrikar, qui vient d’être nommé ministre de l’État de Goa, après les