migrants / Archives

L’UE peine à se mettre d’accord sur l’accueil des migrants sauvés par l’opération navale européenne Sophia

Lancée en 2015 pour « casser » le modèle économique des passeurs de migrants opérant en particulier depuis la Libye, l’opération européenne EUNAVFOR Sophia, commandée par un amiral italien, n’a pas eu l’effet escompté. Et cela pour une raison simple : elle n’a pas obtenu l’aval de Tripoli pour intervenir au plus près du littoral libyen. En

Le Brésil mobilise son armée à sa frontière avec le Venezuela tout en critiquant fermement Caracas

La situation économique et politique désastreuse que connaît actuellement le Venezuela du président Nicolas Maduro, avec un inflation incroyable de 1.000.000%, est en passe de déstabiliser l’Amérique latine avec l’afflux de migrants qu’elle provoque dans les pays frontaliers. La Colombie est en première ligne face à ce phénomène. Le 2 août, le président sortant, Juan

L’Italie demande à l’Otan de l’aider à réduire les flux migratoires

En 2016, alors que l’Union européenne (UE) venait de lancer, quelques mois plus tôt, l’opération EUNAVFOR Sophia, en Méditerranée centrale, pour « casser » le modèle économique des passeurs de migrants opérant depuis les côtes libyennes, Roberta Pinotti, qui était alors la ministre italienne de la Défense, avait demandé à l’Otan de patrouiller au large de la

Au moins 50 jihadistes tunisiens seraient arrivés en Europe, via la route des migrants

En février 2016, Jean-Yves Le Drian, alors ministre de la Défense, avait fait part du risque « majeur » de voir des jihadistes se mêler aux migrants arrivant à Lampedusa (Italie). À l’époque, il pensait surtout aux combattants de l’État islamique (EI) présents en Libye. Trois plus tard, Interpol et Europol firent part de leur « préoccupation croissante »

Libye : Le maréchal Haftar demande 17 milliards d’euros à l’UE pour bloquer les flux migratoires

Commandant en chef de l’armée nationale libyenne (ANL) et rival de Fayez al-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d’union nationale (GAN), reconnu par la communauté internationale, le maréchal Khalifa Haftar s’oppose à la présence de tout navire étranger dans les eaux territoriales libyennes, même si leur mission est de lutter contre les trafiquants de migrants,

Le maréchal Haftar menace les navires italiens qui seront déployés dans les eaux territoriales libyennes

Le 2 août, le Parlement italien a autorisé une mission de la Marina Militara dans les eaux territoriales libyennes afin de répondre à une sollication du gouvernement d’union nationale (GNA) qui, conduit par Fayez al-Sarraj, est reconnu par la communauté internationale. Et, dans la foulée, le patrouilleur Comandante Borsini a mis le cap vers Tripoli.

Le Parlement italien a donné son feu vert à une mission navale en Libye

Annoncée par le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, la semaine passée, la mission navale que doit mener la Marina Militare dans les eaux territoriales libyennes a été approuvée par le Parlement transalpin le 2 août. À cette occasion, les modalités de cette mission, demandée par Tripoli, ont été précisées. Ce qui était attendu étant

Confusion autour du déploiement de navires militaires italiens dans les eaux territoriales libyennes

L’une des faiblesses majeures de l’opération navale européenne EUNAVFOR MED « Sophia » est qu’il lui est impossible d’agir dans les eaux territoriales libyennes pour lutter contre le trafic de migrants. Tout simplement parce qu’elle n’en a pas reçu l’autorisation des autorités du pays (reconnues ou non). Le 27 juillet, l’Italie, qui est en première ligne face

Le chef de l’opération Sophia estime que le trafic de migrants est un « crime contre l’humanité »

Lancée en juin 2015, l’opération navale européenne EUNAVFOR Sophia avait pour objectif de « casser » le modèle économique du trafic de migrants depuis la Libye. Seulement, faute de pouvoir opérer dans les eaux territoriales libyennes, l’effet inverse s’est produit. Loin de se tarir, le flux de migrants tend même à s’accentuer entre les deux rives de

Un réseau de passeurs de migrants, avec de possibles liens avec des jihadistes, a été démantelé en Italie

En Italie, l’on s’interroge sur les liens qu’auraient certaines organisations non gouvernementales (ONG) avec les passeurs de migrants actifs sur le littoral libyen. Mais l’opération « Poisson Scorpion » a mis en lumière un autre aspect de ces trafics. En effet, la police italienne a annoncé, ce 6 juin, le démantèlement d’un réseau de contrebandiers qui organisait