marine russe / Archives

Syrie : Les navires de guerre russes ont presque tous quitté la base navale de Tartous

Après que le président Trump a annoncé des frappes imminentes contre le régime syrien en réponse à l’attaque chimique présumée de Douma, Washington a donné le sentiment de chercher à calmer le jeu, d’autant plus que Moscou a agité le spectre d’une possible guerre entre les États-Unis et la Russie (proche alliée de la Syrie).

Une frégate de la Royal Navy a escorté un navire de guerre russe près des eaux territoriales britanniques

Alors que, le chef du Foreign Office, Boris Johnson, revenait de Moscou où il s’était rendu pour tenter d’améliorer des relations passablement dégradées entre le Royaume-Uni et la Russie, la Royal Navy a sollicité sa seule frégate actuellement disponible, le HMS St. Albans pour surveiller un navire de guerre russe évoluant à proximité des eaux

Les députés russes approuvent l’accord sur la base navale de Tartous, en Syrie

Jusqu’à une date récente, le port militaire syrien de Tartous n’était officiellement qu’un « point d’appui matériel et technique » pour la marine russe, conformément à un accord conclu en 1971 entre Moscou et Damas. Puis, à partir de 2015, ce « point d’appui » a une pris de l’importance avec l’intervention militaire russe pour soutenir le régime syrien.

Un navire de renseignement russe coule en mer Noire après une collision

Un navire de renseignement russe, dont la conception remonte à l’époque soviétique, est entré en collision, ce 27 avril, avec un cargo battant pavillon togolais à environ 40 km au nord-ouest du détroit du Bosphore, en mer Noire. Selon le ministère russe de la Défense, ce navire de « reconnaissance » affecré à la flotte de mer

En 2016, les sous-marins russes ont passé plus de 3.000 jours en mer

En janvier, le chef d’état-major de la Royal Navy (First Sea Lord), l’amiral Sir Philip Jones, avait affirmé que « l’activité des forces navales russes dans le nord de l’Europe et la Baltique a(vait) atteint son plus haut niveau depuis la fin de la Guerre Froide. » À la même époque, une source militaire britannique confiait au

Amiral Prazuck : En envoyant des sous-marins près des côtes françaises, Moscou « affirme sa puissance »

Ce 5 décembre, le chef d’état-major de la Marine nationale (CEMM), l’amiral Christophe Prazuck, est revenu sur les propos récemment tenus par le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, selon qui les incursions de sous-marins russes dans le golfe de Gascogne défiaient « nos capacité de patrouille maritime ». Ainsi, pour l’amiral Prazuck, ces incursions sont

Un avion Su-33 russe s’abîme en mer après avoir raté son appontage

Un avion Su-33 Flanker-D de la marine russe s’est abîmé en mer, alors qu’il était en train d’apponter sur le porte-avions « Amiral Kouznetsov », actuellement déployé en Méditerranée orientale. « Après avoir mené une mission de combat en Syrie, l’avion de chasse Soukhoï-33 a dépassé la piste d’atterrissage en essayant d’apponter sur le porte-avions Amiral Kouznetsov », a

Trois sous-marins d’attaque russes pistés par la Royal Navy et l’Otan

Selon l’édition dominicale du quotidien britannique « The Times », trois sous-marins d’attaque russes, probablement dotés de missiles de croisière Kalibr, ont été repérés, ces derniers jours, par la Royal Navy et l’Otan, alors qu’ils naviguaient dans les eaux de l’Atlantique Nord. Le journal, qui s’appuie sur des sources de la Royal Navy, affirme qu’il s’agit de

Le groupe aéronaval russe est suivi de près par la Royal Navy

Signalé et suivi par le centre des opérations de l’armée norvégienne peu après avoir appareillé de Severomorsk, en mer de Barents, le groupe aéronaval russe, constitué d’au moins 8 navires, dont le porte-avions Amiral Kouznetsov et le croiseur à propulsion nucléaire Piotr Veliki, a, comme l’on pouvait s’y attendre, pris le cap de la mer

Syrie : Le port militaire de Tartous va changer de statut

Par commodité de langage, on qualifie le port militaire de Tartous, utilisé par la marine russe en vertu d’un accord conclu en 1971 entre Moscou et Damas, de « base navale » alors que, officiellement, il s’agit d’un « point d’appui matériel et technique ». Depuis 2015, des travaux y ont été effectués afin de lui permettre d’accueillir des