Manurhin / Archives

Industrie/Défense : Manurhin est de nouveau en grande difficulté à cause de son actionnaire slovaque

Malgré un carnet de commandes bien rempli, Manhurin, spécialiste des machines servant à fabriquer des munitions, s’était trouvé dans une position très délicate en 2011 étant donné qu’il lui manquait des fonds pour continuer son activité. L’État, qui n’hésita pas à débourser 1,2 millions d’euros auprès d’une dizaine de sociétés de conseil (*), trouva cependant

La France va de nouveau produire des munitions de petit calibre

Au tournant des années 2000, la France perdit deux capacités industrielles, avec la fermeture du site de la Manufacture d’armes de Saint-Étienne, qui fabriquait le fusil d’assaut « FAMAS », et celle de l’établissement de Giat Industries implanté au Mans qui produisait des munitions de petit calibre. Du coup, pour s’approvisionner en cartouches 5,56 mm OTAN, les

M. Montebourg s’étonne que le successeur du FAMAS ne soit pas fabriqué en France

Depuis la fermeture de la Manufacture d’armes de Saint-Étienne, il n’y a plus d’industriel français capable de produire des fusils d’assaut. Du coup, le successeur du FAMAS, actuellement en dotation au sein des forces armées françaises, ne pourra qu’être fabriqué à l’étranger. Un appel d’offres au niveau européen a donc été lancé par la Direction

Deux députés plaident pour une filière française de munitions de petit calibre

En 1999, la fermeture, par Giat Industries, de l’établissement implanté au Mans sonna le glas de la production française de munitions de petit calibre. Pour approvisionner les forces armées en cartouches F-5 stantard Otan, un marché fut attribué à BAE Systems et le groupe israélien IMI. Seulement, il apparut vite que les munitions founies ne

Le groupe d’armement français Manurhin contraint de se financer au Moyen-Orient

Spécialiste des machines destinées à la fabrication de munitions et connu pour son revolver MR73 utilisé notamment par les gendarmes, le groupe Manurhin s’était retrouvé dans une situation délicate en octobre 2011. Malgré un carnet de commandes bien rempli, il lui manquait en effet des fonds propres pour continuer son activité. En liaison avec les

Quel avenir pour le fabricant de machines de munitions Manurhin?

Après l’arrêt de la fabrication des corps de bombes Mk82 par la Société des Ateliers Mécanique de Pont-sur-Sambre, des questions se posent au sujet de l’avenir de Manurhin, la société française numéro un au niveau mondial dans le secteur des machines de munitions pour armes légères, rendue célèbre avec son robuste pistolet MR73, utilisé notamment