Mali / Archives

La force Barkhane fait face à la duplicité de certains groupes armés maliens

Le 23 décembre dernier, le ministère de la Défense indiquait que les forces spéciales françaises venaient de neutraliser, trois jours plus tôt, une dizaine de terroristes affiliés au groupe jihadiste al-Mourabitoune, à l’issue de « violents combats » dans le cercle de Ménaka, au Mali, près de la frontière nigérienne. Seulement, plus tard, Mohamed Ould Mataly, député

La Belgique va renforcer sa présence militaire au Mali

Fin septembre 2015, une éventuelle participation d’une compagnie de combat l’armée belge à l’opération française Barkhane, avec un déploiement au Niger, avait été envisagée à Bruxelles. Rien n’était alors formellement décidé. Finalement, le gouvernement belge a choisi une autre option : renforcer significativement son contingent au sein de la mission de formation des forces armées

Mali : Un camp de la Mission des Nations unies attaqué à Tombouctou

Au lendemain de la cérémonie de « sacralisation » de ses mausolées détruits par les jihadistes en 2012 et reconstruits grâce au concours de l’Unesco, Tombouctou a été le théâtre d’une nouvelle attaque contre la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), ce 5 février. Ainsi, aux environs de 6h30, une voiture

Sahel : Deux ressortissants australiens enlevés par des jihadistes

L’attaque, revendiquée par al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) et menée par al-Mourabitoune, contre le Spendid Hotel et le café-restaurant Cappuccino (29 morts, dont au moins 2 Français) a occulté le rapt, commis le même jour, de deux ressortissants australiens (un médecin et son épouse), installés depuis 1972 à Djibo, ville située dans le nord du

Mali : Le groupe jihadiste Ansar Dine revendique une attaque meurtrière à Kidal

L’accord d’Alger, signé en juin dernier par les autorités maliennes et les indépendantistes Touareg de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA), est une étape nécessaire – mais probablement pas suffisante – pour régler la crise malienne, laquelle a favorisé, dans le nord du pays, l’expansion de plusieurs groupes jihadistes, finalement chassés de leurs sanctuaires

Les forces françaises ont « neutralisé » une dizaine de jihadistes dans le nord du Mali

Après l’opération Vignemale, menée en novembre et au cours de laquelle une vingtaine de caches d’armes ont été découvertes, la force Barkhane ne relâche pas la pression sur les groupes jihadistes qui sévissent dans la bande sahélo-saharienne, et en particulier au Mali. Ainsi, dans la nuit du 19 au 20 décembre, les forces françaises ont

Le Luxembourg va doubler ses effectifs militaires au Mali

Suite aux attentats de Paris et de Saint-Denis, la France avait invoqué l’article 42-7 du Traité de l’Union européenne pour demander une assistance militaire à ses partenaires européens. Pour rappel, ce texte indique que, « au cas où un État membre serait l’objet d’une agression armée sur son territoire, les autres États membres lui doivent aide

Les groupes jihadistes se réorganisent dans la bande sahélo-saharienne

En 2012, l’on comptait au moins quatre groupes importants dans le nord du Mali, à savoir al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), dirigé par l’Algérien Abdelmalek Droukdel, les Signataires par le sang, de Mokhtar Belmokhtar, en délicatesse avec les responsables du premier, le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) et Ansar

Mali : Le groupe jihadiste Ansar Dine revendique une attaque contre le camp de l’ONU à Kidal

Deux Casques bleus guinéens et un contractuel de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) ont perdu la vie, le 28 novembre, lors d’une attaque à la roquette à Kidal (nord du Mali). Le bilan fait état d’une vingtaine de blessés. En fin de journée, cette attaque a été

Sergent-chef Alexis Guarato, mort pour la France

Gravement blessé le 13 octobre dernier avec deux de ses camarades lors d’un mission de reconnaissance motorisée à 50 kilomètres à l’est de Tessalit, dans le nord du Mali, et soigné depuis par le personnel de l’hôpital d’instruction des armées (HIA) de Percy, le sergent-chef Guarato, 35 ans, n’a malheureusement pas survécu à ses blessures,