Mali / Archives

Mali : Dix Casques bleus tchadiens tués lors d’une attaque jihadiste à Aguelhok

Une nouvelle fois, le 20 janvier, des positions tenues par les Casques bleus de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA] ont été la cible d’une attaque jihadiste qualifiée de « complexe », à Aguelhok, dans la région de Kidal, à 200 kilomètres de la frontière algérienne. Il était environs 6h15

Des frappes aériennes françaises éliminent une quinzaine de jihadistes dans le centre du Mali

Lors d’une opération menée conjointement avec les Forces armées maliennes [FAMa] à partir du 4 janvier, la force française Barkhane a démantelé le camp d’entraînement d’un groupe armé terroriste [la katiba de Serma], près de la frontière avec le Burkina Faso, précisément dans la forêt de Serma. Le bilan provisoire de cette opération, conduite, selon

Barkhane – Déployé pour la première fois au Sahel, le Missile Moyenne Portée donne satisfaction

Comme annoncé au printemps 2018, la force Barkhane peut désormais compter sur une nouvelle arme : le Missile Moyenne Portée [MMP]. L’État-major des armées [EMA] en a fait l’annonce le 14 janvier. Ainsi, en décembre, le MMP a été déployé pour la première fois lors d’une opération menée par le Groupement tactique Désert [GT-D] « Picardie »,

En 2018, la force Barkhane a mené plus de 120 opérations de combat et 70 projets civilo-militaires

L’année 2018 aura été intense pour la force Barkhane, les « points de situation » publiés chaque semaine par l’État-major des armées [EMA] en témoignent. Cependant, comme le général Francois Lecointre, le chef d’état-major des armées [CEMA] a eu l’occasion de le souligner, les succès obtenus lors des différentes opérations menées ne se mesurent pas forcément par

Mali : La force Barkhane vise un camp d’entraînement terroriste et neutralise une vingtaine de jihadistes

Pour la force française Barkhane, l’année 2018 s’était terminée par une « opération d’opportunité » menée dans la nuit du 27 au 28 décembre dans les environs de Tongo Tongo, au Niger. Commencée par des frappes aériennes réalisées par des Mirage 2000 et des hélicoptères d’attaque Tigre, elle s’était terminée avec l’intervention des commandos des GCP [Groupement

De nouvelles violences intercommunautaires ont fait une trentaine de tués dans le centre du Mali

En décembre 2018, la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali [MINUSMA] avait demandé au gouvernement malien de prendre rapidement des mesures pour tenter de mettre un terme aux violences intercommunautaires, en particulier dans le centre du pays, où, au cours de l’année, pas moins de 60 attaques, « menées par des

Le Qatar a livré 24 véhicules blindés aux forces armées maliennes

Dans le conflit qui oppose le Qatar à l’Arabie Saoudites [et, plus largement, aux autres monarchies sunnites du golfe arabo-persique], les pays du G5 Sahel sont divisés sur l’attitude à adopter à l’égard de Doha. La Mauritanie, le Niger et le Tchad ont ainsi pris parti pour Riyad tandis que le Mali et le Burkina

Mali : Une frappe aérienne française a éliminé au moins six jihadistes près de la frontière avec le Niger

Dans la nuit du 19 au 20 décembre, des éléments d’un groupe armé terroriste [GAT] ont été neutralisés au Mali, près de la frontière avec le Niger, par une frappe aérienne effectuée par un Mirage 2000 de la force française Barkhane. Selon le porte-parole de l’État-major des armées [EMA], le colonel Patrik Steiger, « au moins

La MINUSMA demande à Bamako de prendre des mesures face aux tensions intercommunautaires

Depuis l’émergence, en 2015, du groupe jihadiste appelé « Front de libération du Macina » [ou Katiba Macina], les tensions communautaires ont pris de l’ampleur dans le centre du Mali, notamment dans la région de Mopti. Ainsi, des violences opposent désormais les Peuls, traditionnellement éleveurs, aux Dozos, des chasseurs traditionnels, et aux Dogons, qui sont généralement des

Le gouvernement malien annonce l’envoi de renforts dans les régions de Tombouctou et de Taoudéni

Le 15 décembre, après une visite de deux jours effectuées à Tombouctou, le Premier ministre malien, Soumeylou Boubeye Maïga, a annoncé une série de mesure pour renforcer la sécurité dans cette région ainsi que dans celle de Taoudéni, récemment créée. Il s’agit ainsi de répondre aux inquiétudes exprimées par la population, laquelle fait face à