LPM / Archives

Pour le général Lecointre, les armées devront patienter au moins deux ans pour voir les effets de la hausse de leur budget

D’ici le 14-Juillet, le président Macron aura promulgué la Loi de programmation militaire 2019-25, qui prévoit d’allouer aux armées 295 milliards d’euros et de doter ces dernière d’un budget moyen de 39,6 milliards pour les cinq prochaines années (contre 34,2 milliards en 2018). Et il ne sera pas question de revenir sur cet effort. Dans

Mme Parly : « Chaque manquement » à la Loi de programmation militaire serait une « trahison »

Le 28 juin, le Parlement a définitivement adopté la Loi de programmation militaire 2019-25 qui, pour la première fois depuis fort longtemps, prévoit d’augmenter significativement le budget des armées, avec un effort de 198 milliards d’euros sur la période 2019-2023 [et de 295 milliards sur s’ensemble de la période 2019-25, ndlr]. Sur les cinq prochaines

Le Parlement aura à adopter une Loi de programmation militaire « bétonnée » par le Sénat

Certains s’interrogent parfois sur l’utilité du Sénat, allant même parfois à réclamer sa suppression parce qu’il coûterait trop cher. En 1998, Lionel Jospin, alors Premier ministre, voyait en lui une « anomalie démocratique ». Plus récemment, Marine Le Pen a dit « ne pas voir exactement à quoi il servait » tandis que Jean-Luc Mélenchon (qui y a siégé

Le projet du futur Véhicule blindé d’aide à l’engagement de l’armée de Terre lancé avant 2025?

D’ici la fin de la prochaine Loi de programmation militaire (LPM) 2019-25, l’armée de Terre devrait disposer de 730 Véhicules blindés légers [VBL] « régénérés » pour ses missions de reconnaissance et de liaison sous blindage. Et, en 2030, elle en comptera 70 de plus. Au 1e juillet 2017, 1.462 exemplaires étaient en service. Cette régénération des

La logistique de l’armée de Terre « mérite son programme Scorpion »

Le 29 mai, le Sénat a adopté, avec une large majorité (326 voix pour, 15 contre), le projet de Loi de programmation militaire (LPM), qu’il a modifié en votant plusieurs amendements censés corriger quelques « fragilités » décelées dans ce texte, comme par exemple celui visant à prendre enfin en compte l’usure accélérée des matériels dans le

Des sénateurs réservés sur la coopération franco-allemande dans le domaine de la défense

Alors qu’a été signée, fin avril, une fiche d’expression des besoins commune à la France et à l’Allemagne pour le Système de combat aérien du futur (SCAF), Christian Cambon, le président de la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, a exprimé quelques réserves au sujet de la coopération franco-allemande, lors de l’examen

Le Sénat a adopté un amendement pour (enfin!) intégrer l’usure accélérée des matériels dans le calcul des surcoûts OPEX

Le projet de Loi de programmation militaire 2019-2025, actuellement examiné par le Sénat, prévoit de porter la provision des surcoûts liés aux opérations extérieures, inscrite au budget des Armées, de 450 millions à 1,1 milliard d’euros d’ici 2021. Ce montant se rapproche de celui qui a régulièrement été constaté au cours de ces dernières années.

Le Sénat se félicite des intentions de la Loi de programmation militaire 2019-2025 mais souligne ses fragilités

Le projet de Loi de programmation militaire 2019-2025 se distingue des précédents par le fait qu’il porte l’ambition de moderniser les forces françaises en leur octroyant 295 milliards d’euros sur la période considérée tout en rompant avec les déflations d’effectifs, en promettant la création de 6.000 nouveaux postes, et les années de sous-investissements. En outre,

Selon son chef d’état-major, la Marine nationale doit faire face à quatre défis

Lors de son audition par la commission sénatoriale des Affaires étrangères et des Forces armées, dans le cadre de l’examen du projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2019-2025, l’amiral Christophe Prazuck a donné le détail des quatre défis qui attendent la Marine nationale, dont il est le chef d’état-major [CEMM]. Ainsi, le premier de

Le Sénat veut s’assurer que le financement du Service national universel n’affectera pas le budget des Armées

Lors de l’examen du projet de Loi de programmation militaire [LPM] 2019-2025, la commission des Finances, à l’Assemblée nationale, a rejeta un amendement du député François Cornut-Gentille (LR) visant à préciser que les ressources du ministère des Armées ne seraient pas ponctionnées pour financer le Service national universel (SNU) voulu par le président Macron. L’argument