LPM 2019-25 / Archives

« Gilets Jaunes » – Mme Parly n’exclut pas une contribution du budget des Armées pour financer les mesures sociales et fiscales

Dans leur rapport pour avis sur l’Équipement des forces [programme 146], les sénateurs Cédric Perrin et Hélène Conway-Mouret ont estimé que la trajectoire financière établie par la Loi de programmation militaire [LPM] 2019-25 est exposée à plusieurs « menaces ». Pour rappel, la LPM prévoit une augmentation du budget des Armées de 1,7 milliard d’euros par an

La solidarité interministérielle pour le financement des opérations extérieures a perdu une bataille à l’Assemblée

L’annonce, la semaine passée, dans le cadre du projet de loi de finances rectificative du budget 2018, de l’annulation de 404,2 millions d’euros de crédits dans le budget des Armées pour financer les opérations extérieures [OPEX] et les missions intérieures [MISSINT] au-delà des 650 millions initialement prévus, a visiblement suscité un malaise dans les rangs

Comme annoncé, le budget des armées augmentera de 1,7 milliard d’euros en 2019

Après une hausse de 1,8 milliard d’euros en 2018, le bugdet de la mission Défense augmentera de nouveau de 1,7 milliard l’an prochain, conformément à la Loi de programmation militaire 2019-25, elle-même subordonnée à la Loi de programmation des finances publiques [LPFP] 2018-22. Les armées pourront donc compter sur une enveloppe de 35,8 milliards d’euros

Marine nationale : La procédure pour acquérir 6 nouveaux patrouilleurs destinés à l’outre-Mer est lancée

La Loi de programmation militaire 2019-25, promulguée par le président Macron le 13 juillet, prévoit (enfin) le renouvellement des patrouilleurs de la Marine nationale, avec l’acquisition de 6 navires destinés à l’outre-Mer. Initialement, dans le cadre du programme BATSIMAR [Bâtiment de surveillance et d’intervention maritime], dont le lancement a été constamment retardé depuis plus de

Les programmes d’armement retardés ou annulés? « C’est fini », assure Mme Parly

L’on ne compte le nombre de programmes d’armement « décalés », « réduits », voire « annulés » au cours de ces dix ou vingt dernières années. Tel a été le cas, par exemple, du programme BATSIMAR [Bâtiments de surveillance et d’intervention hauturiers] qui, bien qu’étant très importants pour le renouvellement des patrouilleurs et avisos de la Marine nationale, devrait finalement