logistique / Archives

Bientôt une base aérienne de l’Otan en Albanie?

Membre de l’Otan depuis 2009, l’Albanie aurait souhaité voir s’établir sur son territoire une base américaine. En tout cas, la ministre albanaise de la Défense, Olta Xhacka, fit une telle demande lors d’un déplacement à Washington, le 18 avril dernier. « Je pense qu’il faut envoyer un message fort : que les Balkans occidentaux sont une

Vers un changement d’approche pour le soutien des forces?

La réforme du ministère des Armées lancée en 2008 mit en place des « bases de défense », dont l’objectif était de mutualiser le soutien de plusieurs unités dans un périmètre géographique donné [1h à 1h30 de route] en concentrant sur un même site les services d’administration, de gestion, d’habillement, etc. Et cela, pour quelques économies loin

La logistique de l’armée de Terre « mérite son programme Scorpion »

Le 29 mai, le Sénat a adopté, avec une large majorité (326 voix pour, 15 contre), le projet de Loi de programmation militaire (LPM), qu’il a modifié en votant plusieurs amendements censés corriger quelques « fragilités » décelées dans ce texte, comme par exemple celui visant à prendre enfin en compte l’usure accélérée des matériels dans le

Le Commandement de la logistique des forces de l’armée de Terre cherche de nouveaux moyens de transport

Il n’est pas rare de voir un bataillon logistique parcourir plus de 500.000 km pour acheminer environ 3.000 tonnes de fret et près de 2.000 mètres cubes de carburant aux différentes emprises occupées par la force Barkhane au Sahel lors d’un mandat. Chaque convoi mobilise une soixantaine de véhicules (et 200 militaires), le tout dans

Le soutien de la communauté internationale à la Force conjointe du G5 Sahel tarde à se concrétiser

Fin avril, la France a remis à l’armée nationale tchadienne 10 mortiers de 81 mm, 50 jumelles de vision nocturne, 200 gilets pare-balles et 200 casques composites, au titre d’une aide de 9 millions d’euros pour l’ensemble de la Force conjointe du G5 Sahel, dont les effectifs – 5.000 hommes – doivent être fournis par

Une partie de la logistique de la Défense belge sera assurée par le secteur privé

Quand, pour trouver des marges de manoeuvre budgétaires afin de financer l’achat de nouveaux équipements, on réduit le format des forces armées tout en voulant en faire autant, si ce n’est plus, au niveau opérationnel, il arrive un moment où ça « coince ». D’où le recours aux externalisations. En clair, il s’agit de sous-traiter auprès du

La logistique des troupes américaines en Afghanistan sera-t-elle perturbée après la suspension de l’aide destinée au Pakistan?

L’Afghanistan étant un pays enclavé, le ravitaillement par voie terrestre des forces américains qui y sont déployées (tout comme celles de l’Otan, dans le cadre de la mission Resolute support) dépend exclusivement du bon vouloir du Pakistan. Certes, il est théoriquement possible d’emprunter d’autres voies, comme celle appelée « Réseau de Distribution Nord » (Northern Distribution Network),

Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte une résolution pour appuyer la Force conjointe du G5 Sahel

Il y a encore quelques semaines, et pour des raisons essentiellement financières, les États-Unis s’opposaient à une implication de l’ONU dans la mise en place de la Force conjointe du G5 Sahel (Mauritanie, Tchad, Mali, Niger et Burkina Faso), soutenue par la France afin de traquer les groupes jihadistes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). D’où

La France va demander une aide logistique de l’ONU en faveur de la Force conjointe du G5 Sahel

En juin dernier, à la demande de la France, le Conseil de sécurité des Nations unies adopta une résolution pour affirmer son soutien à la Force conjointe du G5 Sahel (Niger, Mali, Tchad, Mauritanie et Burkina Faso), appelée à conduire des opérations anti-terroristes dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Mais ce n’était qu’un minimum. En effet,

L’Otan crée deux commandements pour renforcer sa dissuasion à l’égard de la Russie

Selon un récent rapport, l’Otan ne serait pas en mesure de faire face à une éventuelle agression de la Russie sur son flanc oriental (pays baltes et Pologne) en raison d’infrastructures inadaptées chez certains Alliés, de lacunes dans le domaine du transport, d’un manque de plots logistiques et de problèmes bureaucratiques. Or, en cas d’incident