ligne rouge / Archives

« L’Allemagne ne pourra pas fermer les yeux » en cas d’attaque chimique en Syrie, estime Mme Merkel

Quelques jours après l’attaque chimique ayant eu lieu à Douma, dans la Ghouta orientale, en Syrie, un chaîne de télévision Russia1 diffusa des images suggérant qu’il s’était en réalité agi d’une mise en scène, avec les « Casques blancs » comme figurants. Or, il s’avéra que les séquences avaient été filmées lors du tournage du long-métrage syrien

Général Lecointre : La France peut agir en autonomie s’il est prouvé que Damas a utilisé des armes chimiques

Depuis son élection, le président Macron a dit et répété que l’usage d’armes chimiques en Syrie est une « ligne rouge » et qu’il ferait en sorte qu’elle soit respectée. « Nous frapperons l’endroit d’où ces envois sont faits ou là où ils sont organisés », a-t-il encore assuré en février. Puis, le 2 mars, à l’issue d’un entretien

M. Macron le répète : la France « frappera » en cas de « preuves avérées » d’usage d’armes chimiques en Syrie

Alors qu’au moins six attaques chimiques commises avec du dichlore ont été signalées dans les zones tenues par les rebelles syriens depuis le début de cette année, le président Macron a réaffirmé, le 13 février, la ligne rouge qu’il avait tracée à deux reprises peu après son élection. Si la France « a des preuves avérées

Attaques chimiques : Que fera la France si Damas a franchi les lignes rouges fixées par le président Macron?

Au contact des voies respiratoire, le dichlore a la particularité de se combiner avec le dihydrogène, ce qui donne du chlorure d’hydrogène (c’est à dire de l’acide chlorhydrique). Ce qui provoque, chez la personne qui en inhalé, de vives irritations, de la toux et des difficultés repiratoires, voire la mort si la quantité absorbée est

La France et les États-Unis prêts à « travailler à une réponse commune en cas d’attaque chimique » en Syrie

Lors d’un récent entretien donné à la presse européenne, le président Macron a expliqué que le départ de Bachar el-Assad n’était plus une priorité pour la France. « Longtemps nous avons été bloqués sur la personne de Bachar el-Assad. Mais Bachar, ce n’est pas notre ennemi, c’est l’ennemi du peuple syrien », a-t-il dit. En revanche, l’usage

Washington accuse Damas de préparer une nouvelle attaque chimique

Le régime syrien est-il sur le point de lancer une nouvelle attaque chimiques, notamment après celles qui lui ont été attribuées à la Goutha (août 2013) et à Khan Cheikhoun (avril 2017), cette dernière ayant conduit au tir de 59 missiles de croisière Tomahawk américains contre la base aérienne d’Al-Shayrat? En tout cas, Washington le