Libye / Archives

Une base avancée française sera bientôt opérationnelle à Madama, dans le nord du Niger

Le 10 octobre dernier, les forces françaises engagées dans l’opération Barkhane, qui couvre la bande sahélo-saharienne (BSS) ont détruit un important convoi jihadiste parti du sud de la Libye pour rejoindre le nord du Mali. Au cours de cette mission, 13 terroristes ont été « neutralisés » (comprendre « tués »), 2 autres faits prisonniers et 1 dernier aurait

La force Barkhane cherche à se rapprocher du sud de la Libye

Il y a deux semaines, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a tenté de mobiliser ses partenaires européens au sujet du sud de la Libye, devenu un « hub » pour les jihadistes actifs dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Et si rien n’est fait, il est à craindre une « jonction entre les différents califats »

Un nouveau raid aérien dans l’ouest de la Libye a été revendiqué par le général Haftar

Difficile de s’y retrouver en Libye… Le Parlement et le gouvernement intérimaire reconnus par la communauté internationale ont été contraints de s’établir à Tobrouk, à 1.600 km à l’est de Tripoli, où siège le Congrès général national (CGN) dominé par les islamistes (en fait, le Parlement sortant), lequel soutient un gouvernement parallèle. Cette situation est

Pour la France, il y a aussi urgence à intervenir en Libye

Ce n’est pas la première fois, cette année, que les autorités françaises expriment leurs préoccupations au sujet de la Libye. Depuis la chute du régime incarné par le colonel Kadhafi, le pays peine – et c’est un euphémisme – à retrouver un semblant de normalité. Les milices révolutionnaires n’ont pas désarmé, malgré les injonctions des

Les mystérieux avions qui ont bombardé les islamistes libyens auraient été fournis par les Émirats arabes unis

La semaine passée, des positions tenues par les milices islamistes dans le secteur de Tripoli ont été bombardées à deux reprises par des avions non identifiés. Visiblement, ces raids aériens ont été menés en soutien des brigades de Zenten, qui, proches des milieux libéraux, livrent des combats acharnés depuis la mi-juillet pour conserver le contrôle

Libye : Les milices islamistes à nouveau visées par des avions non identifiés à Tripoli

Au moins 10 combattants de la milice islamiste Fajr Libya (Aube Libyenne) ont été tués, dans la nuit du 22 au 23 août lors du bombardement d’un quartier général et d’un dépôt de l’armée, récemment pris aux brigades de Zenten, proches des milieux libéraux libyens, au sud de Tripoli. Ce nouveau raid a été mené

La France assignée en justice pour son intervention en Libye en 2011

L’avocat Marcel Ceccaldi a de la suite dans les idées. Conseil de Laurent Gbago, l’ancien président ivoirien qui ne voulait pas reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouatarra, il vient d’assigner l’État français devant le tribunal de grande instance de Paris pour l’aide apportée aux rebelles libyens qui renversèrent le régime du colonel Kadhafi,

Libye : Un proche du général Haftar revendique les raids aériens sur Tripoli

La question de savoir qui a envoyé au moins deux avions au-dessus de Tripoli pour aller bombarder des positions tenues par les milices islamistes de Misrata, dans la nuit du 17 au 18 août, reste pour le moment sans réponse… satisfaisante. A priori, la base de Mitiga, près de Tripoli, a été la cible de

Libye : Des explosions entendues après le survol de Tripoli par des avions non identifiés

À qui appartiennent les avions inconnus qui ont survolé Tripoli, dans la nuit du 17 au 18 août? Pour le moment, l’on ne peut pas avoir de certitudes… En tout cas, selon le témoignage d’habitants de la capitale libyenne, des appareils non identifiés ont survolé la ville à partir de 2 heures du matin. Et

Le Parlement libyen demande une intervention internationale pour protéger les civils

Affrontements à Benghazi entre les forces de l’ex-général Haftar, soutenues par des unités de l’armée régulière, contre des groupes islamistes et jihadistes. Combats également à Tripoli entre les brigades de Zenten, proches des milieux libéraux, et les milices islamistes de Misrata, pour le contrôle de l’aéroport de la capitale libyenne, ce qui a motivé les