Libye / Archives

Libye : Un MiG-23 des forces aériennes loyalistes s’est écrasé près de Derna

Pour enfin s’occuper de la branche libyenne de Daesh (EI ou État islamique), qui profite des rivalités internes pour étendre son influence dans le pays, les capitales occidentales misent sur la formation d’un gouvernement d’union nationale qui, par la suite, leur demanderait une assistance militaire. Or, ce scénario idéal tarde à se concrétiser. Et même

Selon un amiral britannique, la branche libyenne de Daesh pourrait s’attaquer à des navires de croisière

7 octobre 1985. Ce jour-là, des terroristes du Front de libération de la Palestine embarquent à bord du paquebot Achille Lauro, en prennent le contrôle et menacent d’assassiner des passagers si leurs revendications – notamment la libération de 50 activistes palestiniens – ne sont pas satisfaites. Au final, un seul otage – Leon Klinghoffer, un

Les responsables français et américains ne font pas le même constat sur l’évolution des effectifs de Daesh

Plus un gouvernement d’union nationale tardera à se mettre en place en Libye, plus il deviendra compliqué de chasser l’État islamique, lequel profite de la rivalité entre les deux factions libyennes qui se disputent le pouvoir pour prendre racine dans ce pays. Déjà, la branche libyenne a pris le contrôle de Syrte et lorgne sur

M. Fabius a démenti tout projet d’intervention militaire en Libye

« Pourquoi faut-il toujours avoir sur soi un billet de train? », demande Jean-Paul Belmondo à Jean Gabin, dans le film « Un singe en hiver ». Et ce dernier de répondre sentencieusement, l’index leve : « Au cas! Au cas! » On peut avancer la même réponse quand quelqu’un demande pourquoi un état-major planifie des opérations militaires. « Au cas! Au

Au moins trois cadres de la branche libyenne de Daesh tués par un tireur d’élite

Le 10 janvier dernier, des frappes aériennes effectuées dans le secteur de la ville de Syrte, contrôlée par la branche libyenne de Daesh (État islamique ou EI) ont été signalées par plusieurs médias locaux. Un convoi allant en direction de Ben Jawad aurait ainsi été ciblé. Qui est derrière ces raids? Mystère… Aucune des deux

Pour M. Le Drian, l’infiltration de jihadistes parmi les migrants est un « risque majeur »

Quand, il y a quelques mois à peine, le risque d’une possible infiltration des flux de migrants par les jihadistes de Daesh (État islamique ou Daesh) fut avancé, il avait été minimisé par certains experts du contre-terrorisme, voire jugé improbable. « Mettre un jihadiste confirmé, qui a combattu et s’est entraîné avec l’EI pendant des mois,

Pour le général Pierre de Villiers, les forces françaises sont « au taquet »

À mesure qu’une solution politique s’éloigne, la perspective d’une éventuelle – et nouvelle – opération militaire se rapproche en Libye. En tout cas, il en est de plus en plus question. En effet, les rivalités libyennes, avec deux gouvernements – dont l’un est reconnu par la communauté internationale – qui s’affrontent, profitent à la branche

Les États-Unis prêts à traquer l’État islamique en Libye

Les efforts des Nations unies pour doter la Libye d’un gouvernement d’union nationale dirigé par l’homme d’affaires Fayez al-Sarraj se heurtent pour le moment à l’hostilité des deux factions qui se disputent le pouvoir. Ainsi, cette semaine, le Parlement de Tobrouk, qui soutient le gouverment reconnu par la communauté internationale et installé dans l’est du

Libye : Le sort du général Haftar complique l’entrée en fonction du gouvernement d’union nationale

Depuis 2014, la Libye compte deux gouvernements rivaux et autant de Parlements. L’un, reconnu par la communauté internationale et issu de la Chambre des représentants installée à Tobrouk, contrôle partiellement l’est du pays tandis que l’autre, est établi à Tripoli, avec le soutien du Congrès général national (dont le mandat a expiré depuis près de

Depuis le lancement de la phase 2 de l’opération Sophia, les passeurs de migrants restent dans les eaux libyennes

Lancée en juin 2015 par l’Union européenne, l’opération navale EUNAVFOR MED, baptisée depuis Sophia, vise à casser le modèle économique des passeurs de migrants établis sur les côtes libyennes. Cette opération compte trois phases. La première, désormais terminée, a consisté à collecter des renseignements afin d’identifier les réseaux de trafiquants. Autorisée par le Conseil de