Libye / Archives

Un aéroport de Tripoli visé par des raids aériens

La situation est plus que jamais confuse en Libye, qui compte deux gouvernements et autant de Parlements. Sans oublier le sud du pays, devenu un « hub » pour les terroristes de la bande sahélo-saharienne et l’est (Cyrénaïque), gangrené par les jihadistes, voire même par l’État islamique, auquel la ville de Derna a prêté allégeance. À Tripoli,

M. Valls insiste sur la menace jihadiste dans le sud de la Libye

En septembre, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, avait alerté sur la situation dans le sud de la Libye, qualifié de « hub » pour terroristes. « Nous devons agir en  Libye », avait-il dit, sans pour autant en préciser les modalités. Depuis la chute du régime du colonel Kadhafi, les nouvelles autorités libyennes n’ont jamais réussi

Les ambassades d’Égypte et des Émirats arabes unis visées par deux voitures piégées à Tripoli

L’été dernier, de mystérieux raids aériens furent menées à Tripoli contre les positions de la milice islamiste Fajr Libya (Aube Libyenne), laquelle cherchaient à chasser les brigades de Zenten, proches des milieux libéraux libyens. Le tout sur fond d’une crise politique profonde qui est encore loin d’être réglée. À l’époque, le général Khalifa Haftar, qui

La formation des militaires libyens au Royaume-Uni a tourné court

Afin d’aider le gouvernement libyen à imposer son autorité dans le pays, aux prises avec des milices qui refusent de rendre leurs armes et des affrontements entre libéraux et islamistes, le Royaume-Uni avait proposé de former 300 membres des forces armées libyennes à la caserne de Bassingbourn, dans le Cambridgeshire, dans l’est de l’Angleterre. Les

M. Le Drian : « Un jour ou l’autre se posera la question du sud-libyen »

À nouveau, lors d’un entretien accordé à RFI, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a évoqué la situation dans le sud de la Libye, devenu une base arrière de différents groupes jihadistes actifs dans la bande sahélo-saharienne. C’est en effet à partir de ce territoire que les mouvements terroristes régionaux se ravitaillent en

Une base avancée française sera bientôt opérationnelle à Madama, dans le nord du Niger

Le 10 octobre dernier, les forces françaises engagées dans l’opération Barkhane, qui couvre la bande sahélo-saharienne (BSS) ont détruit un important convoi jihadiste parti du sud de la Libye pour rejoindre le nord du Mali. Au cours de cette mission, 13 terroristes ont été « neutralisés » (comprendre « tués »), 2 autres faits prisonniers et 1 dernier aurait

La force Barkhane cherche à se rapprocher du sud de la Libye

Il y a deux semaines, le ministre français de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a tenté de mobiliser ses partenaires européens au sujet du sud de la Libye, devenu un « hub » pour les jihadistes actifs dans la bande sahélo-saharienne (BSS). Et si rien n’est fait, il est à craindre une « jonction entre les différents califats »

Un nouveau raid aérien dans l’ouest de la Libye a été revendiqué par le général Haftar

Difficile de s’y retrouver en Libye… Le Parlement et le gouvernement intérimaire reconnus par la communauté internationale ont été contraints de s’établir à Tobrouk, à 1.600 km à l’est de Tripoli, où siège le Congrès général national (CGN) dominé par les islamistes (en fait, le Parlement sortant), lequel soutient un gouvernement parallèle. Cette situation est

Pour la France, il y a aussi urgence à intervenir en Libye

Ce n’est pas la première fois, cette année, que les autorités françaises expriment leurs préoccupations au sujet de la Libye. Depuis la chute du régime incarné par le colonel Kadhafi, le pays peine – et c’est un euphémisme – à retrouver un semblant de normalité. Les milices révolutionnaires n’ont pas désarmé, malgré les injonctions des

Les mystérieux avions qui ont bombardé les islamistes libyens auraient été fournis par les Émirats arabes unis

La semaine passée, des positions tenues par les milices islamistes dans le secteur de Tripoli ont été bombardées à deux reprises par des avions non identifiés. Visiblement, ces raids aériens ont été menés en soutien des brigades de Zenten, qui, proches des milieux libéraux, livrent des combats acharnés depuis la mi-juillet pour conserver le contrôle