Libye / Archives

Le groupe jihadiste libyen Ansar Asharia rend les armes

Classé parmi les organisation terroristes par les Nations unies et les États-Unis, le groupe jihadiste libyen, proche d’al-Qaïda, a annoncé sa « dissolution », via un communiqué diffusé le soir du 27 mai. Créé en 2011 à la suite de la chute du régime du colonel Kadhafi et de la fusion de plusieurs milices, dont la Brigade

L’Égypte frappe des positions jihadistes en Libye après un nouvel attentat contre les chrétiens coptes

Depuis décembre, l’État islamique a revendiqué trois attentats suicide ayant visé trois églises coptes en Égypte, dont un décembre (29 tués) et deux en avril (45 tués). En outre, la branche égyptienne de l’organisation jihadiste lance régulièrement des attaques contre les chrétiens dans le Sinaï, où elle est implantée. Le 26 mai au matin, une

Libye : L’attaque d’une base des forces du maréchal Haftar a fait au moins 141 tués

Depuis le mois d’avril, l’armée nationale libyenne (ANL), qui, commandé par le maréchal Khalifa Haftar, dépend du gouvernement d’al-Baïda, non reconnu par la communauté internationale mais issu du Parlement élu en juin 2014, a lancé une offensive afin de prendre le contrôle de la base stratégique de Tamenhant, qui, située près de la ville de

La France envisage de « renforcer » son action en Libye

Jusqu’à présent, et officiellement, l’action de la France en Libye comporte trois axes : participation à l’opération européenne EUNAVFOR Sophia, dans le but – non atteint – et de lutter contre les réseaux de passeurs de migrants et de faire respecter l’embargo sur les armes, missions de recueil de renseignements sur les groupes jihadistes présents

L’opération européenne Sophia effectue sa première saisie d’armes au large de la Libye

N’ayant pas toute la latitude nécessaire pour atteindre l’objectif qui lui avait été lancé au moment de son lancement, c’est à dire « casser » le modèle économique des passeurs libyens de migrants, l’opération navale européenne Sophia a vu son mandat être élargi au contrôle de l’embargo sur les armes imposé à la Libye. Selon la résolution

L’Union européenne va évaluer les besoins en équipement des garde-côtes libyens

Le 11 avril, Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale qui ne contrôle pas grand chose en Libye, s’en était pris à l’Union européenne (UE) en l’accusant de ne pas tenir ses engagements en matière de lutte contre les trafics de migrants. « Nos demandes n’ont pas reçu de réponses pour l’instant. Si cela ne

Libye : L’État islamique reste encore actif dans l’arrière-pays de Syrte

Le 6 décembre, au terme de l’opération « Bouniyan Marsous » menée pendant 7 mois par des milices de Misrata favorables au gouvernement d’union nationale libyen (GNA) et appuyée par des frappes aériennes américaines, les jihadistes de l’État islamique (EI) étaient chassés de Syrte, ville qu’ils avaient conquise en 2015. Selon un bilan donné par le dernier

Migrants : Tripoli ne ménage pas ses critiques à l’égard de l’Union européenne

Lancée en juin 2015 par l’Union européenne, l’opération navale Sophia n’a pas réussi, jusqu’à présent, à réduire le flux de migrants qui, depuis la Libye, traversent la Méditerranée centrale pour rejoindre le sud de l’Europe. Et pour cause : les passeurs envoient les migrants sur des embarcations sommaires avec suffisamment d’essence pour atteindre les eaux

L’armée nationale libyenne tente de s’emparer d’une base stratégique dans le sud

En décembre 2016, l’armée nationale libyenne (ANL), commandée par le maréchal Khalifa Haftar et relevant du gouvernement d’al-Baïda, non reconnu par la communauté internationale, lança une opération dans le sud de la Libye afin d’en chasser les milices islamistes et les groupes jihadistes. Et cela donna lieu à de vives tensions avec certaines milices, dont

Selon un général américain, les Russes sont « sur le terrain » en Libye

Depuis l’installation à Tripoli, sous l’égide des Nations unies, d’un gouvernement d’union nationale (GNA) conduit par Fayez al-Sarraj, celui qui, issu du Parlement élu en juin 2014, s’était replié à al-Baïda, dans l’est de la Libye, a perdu la reconnaissance de la communauté internationale dont il pouvait se prévaloir jusqu’alors. Soutenu par une partie des