Libye / Archives

Libye : Le maréchal Haftar demande 17 milliards d’euros à l’UE pour bloquer les flux migratoires

Commandant en chef de l’armée nationale libyenne (ANL) et rival de Fayez al-Sarraj, le Premier ministre du gouvernement d’union nationale (GAN), reconnu par la communauté internationale, le maréchal Khalifa Haftar s’oppose à la présence de tout navire étranger dans les eaux territoriales libyennes, même si leur mission est de lutter contre les trafiquants de migrants,

Le maréchal Haftar menace les navires italiens qui seront déployés dans les eaux territoriales libyennes

Le 2 août, le Parlement italien a autorisé une mission de la Marina Militara dans les eaux territoriales libyennes afin de répondre à une sollication du gouvernement d’union nationale (GNA) qui, conduit par Fayez al-Sarraj, est reconnu par la communauté internationale. Et, dans la foulée, le patrouilleur Comandante Borsini a mis le cap vers Tripoli.

Le Parlement italien a donné son feu vert à une mission navale en Libye

Annoncée par le président du Conseil italien, Paolo Gentiloni, la semaine passée, la mission navale que doit mener la Marina Militare dans les eaux territoriales libyennes a été approuvée par le Parlement transalpin le 2 août. À cette occasion, les modalités de cette mission, demandée par Tripoli, ont été précisées. Ce qui était attendu étant

Confusion autour du déploiement de navires militaires italiens dans les eaux territoriales libyennes

L’une des faiblesses majeures de l’opération navale européenne EUNAVFOR MED « Sophia » est qu’il lui est impossible d’agir dans les eaux territoriales libyennes pour lutter contre le trafic de migrants. Tout simplement parce qu’elle n’en a pas reçu l’autorisation des autorités du pays (reconnues ou non). Le 27 juillet, l’Italie, qui est en première ligne face

La feuille de route pour la « réconciliation nationale » libyenne a déjà du plomb dans l’aile

La feuille de route pour une « réconciliation nationale » agréée par Fayez al-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale libyen (GNA), et le maréchal Khalifa Haftar, l’homme fort des autorités rivales repliées dans l’est de la Libye, a souvent été présentée comme étant un succès diplomatique – ou du moins un « bon coup » – du président

Des milices libyennes disent craindre une résurgence de l’État islamique à Syrte

En décembre dernier, après plus de 6 mois de combats acharnés auxquels l’US Marine Corps participa avec des avions d’attaque AV-8 Harrier II et des hélicoptères AH-1W SuperCobra, la ville de Syrte était officiellement libérée de l’emprise de la branche libyenne de l’État islamique (EI). Cette offensive contre les jihadistes avait été menée par des

Libye : La feuille de route pour une « réconciliation nationale » parrainée par M. Macron est pleine d’incertitudes

« C’est une feuille de route pour une réconciliation nationale », a commenté le président Macron, le 25 juillet, au sujet du plan de sortie de crise « agréé » (et donc non signé) par Fayez Al-Sarraj, le chef du gouvernement d’union nationale libyen (GAN), reconnu par la communauté internationale, et le maréchal Khalifa Haftar, chef de l’armée nationale

Libye : Le maréchal Haftar affirme que les groupes jihadistes ont été chassés de Benghazi

Un peu plus de trois ans. C’est le temps qu’il aura fallu à l’Armée nationale libyenne (ANL), commandée par le maréchal Khalifa Haftar, pour venir à bout des organisations jihadistes présentes dans la ville de Benghazi qui, située dans l’est de la Libye, fut bastion de l’opposition au régime du colonel Kadhafi, avant de devenir

L’aviation égyptienne a détruit un convoi transportant des armes depuis la Libye

L’Égypte est cernée par la menace jihadiste, avec la présence, dans le Sinaï et en Libye, de groupes se réclamant de l’État islamique. C’est pourquoi elle surveille de près la frontière libyenne, afin d’éviter toute infiltration. Ce qui, au regard de sa longueur, n’est pas une mince affaire. Déjà, l’aviation libyenne a effectué plusieurs frappes

L’aviso « Commandant Blaison » a saisi une petite cargaison d’armes au large de la Libye

Initialement lancée pour « casser » le modèle économique des passeurs libyens de migrants, l’opération navale européenne EUNAVFOR MED « Sophia » a été autorisée, par la résolution 2292 du Conseil de sécurité des Nations unies, à faire respecter l’embargo sur les armes imposé à la Libye. Ce texte, adopté en juin 2016, placé sous chapitre VII (qui autorise