junte / Archives

Alain Juppé exclut l’idée d’une intervention militaire française au Mali

Le 22 mars dernier, un coup d’Etat militaire déposait le président malien en exercice, Amadou Toumani Touré, à quelques semaines d’une élection présidentielle. Le motif avancé par les putschistes, avec à leur tête le capitaine Amadou Sanogo, était que le pouvoir en place était incapable de lutter efficacement contre les rebelles touaregs du MNLA (Mouvement

Coup d’Etat militaire au Mali

Considérant qu’ils n’ont les moyens de leurs missions, des militaires maliens, rassemblés au sein du Comité national pour le redressement de la démocratie et la restauration de l’Etat (CNRDRE) ont renversé le président Amadou Toumani Touré (ATT), à l’issue d’un échange de coups de feu avec la garde présidentielle, le 21 mars, au palais de

La junte guinéenne accuse la France

Victime d’une tentative d’assassinat le 3 décembre dernier, le chef de la junte guinéenne, le capitaine Moussa Dadis Camara, se remet peu à peu d’une opération subit à Rabat pour un « traumatisme crânien ». « Il est conscient et parle lentement à ses visiteurs. Son attitude est normale », a ainsi confié une source anonyme à l’Agence France

Le chef de la junte guinéenne victime d’une tentative d’assassinat

On n’est jamais mieux trahi que par les siens.. Ou par ses proches, seront-on tenté de dire dans le cas du capitaine Moussa Dadis Camara. Porté à la tête de la Guinée par un groupe de militaires après le décès du président Lansana Conté, l’officier a été victime, le 3 décembre, d’une tentative d’assassinat commise

La junte guinéenne se joue des sanctions

Arrivée au pouvoir à la faveur du décés du président guinéen Lansana Conté, en décembre 2008, la junte emmenée par le capitaine Moussa Dadis Camara n’a pas fait de détails pour réprimer la réunion politique organisée le 28 septembre dernier par le Forum des forces vives de Guinée, un mouvement d’opposition. Ainsi, selon l’organisation non