Jens Stoltenberg / Archives

Pour l’Union européenne, la défense commune relève de l’Otan

Avec les dernières décisions prises par l’Union européenne en matière de défense (mise en place d’une coopération structurée permanente – ou PESCO – conformément à une disposition du Traité de Lisbonne et d’un Fonds européens de défense), plusieurs pays de l’Otan ne faisant pas partie de l’UE, comme la Norvège, l’Islande, l’Albanie ou encore les

L’Otan s’inquiète des initiatives de l’Union européenne en matière de défense

En décembre dernier, 25 pays membres de l’Union européenne (UE) ont convenu d’établir une « coopération structurée permanente » (CSP ou PESCO) en matière de politique de sécurité et de défense, conformément à une disposition du Traité de Lisbonne. En clair, il s’agit de permettre aux participants de « développer conjointement des capacités de défense, d’investir dans des

M. Stoltenberg restera secrétaire général de l’Otan pour deux ans de plus

Dans les années 1970, Jens Stoltenberg, alors jeune militant de la gauche novégienne, n’était pas un chaud partisan de l’appartenance de son pays à l’Otan. Puis, avec le temps, ses opinions évoluèrent. Qui plus est, lors de sa carrière politique, il ne montra guère d’intérêt pour les questions militaires. Et pourtant, il fut choisi en

Pour le secrétaire général de l’Otan, l’option militaire contre la Corée du Nord serait « dévastatrice »

Depuis quelques jours, la Corée du Nord ne fait plus parler d’elle avec des essais nucléaires ou des tirs de missiles. Pour autant, les forces américaines ont assuré une nouvelle démonstration de force, le 11 octobre, avec l’envoi de deux bombardiers B-1B Lancer au-dessus de la péninsule coréenne. La veille, le président américain, Donald Trump,

L’Otan met en place une « présence avancée adaptée » dans la région de la mer Noire

En juillet 2016, lors d’un sommet organisé à Varsovie, l’Otan avait non seulement décidé de déployer quatre bataillons multinationaux dans la région de la Baltique mais aussi d’établir une « présence avancée adaptée » dans celle de la mer Noire, théâtre d’une importante activité des forces russes. Selon l’Otan, « cette présence requiert notamment un entraînement des forces

Face à la Corée du Nord, l’Otan veut garder une dissuasion nucléaire « sûre, sécurisée et efficace »

Pour la 350e patrouille assurée par un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) de type Vanguard appartenant à la Royal Navy, le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a accompagné le ministre britannique de la Défense, Michael Fallon, dans sa visite de la base navale de Clyde (Écosse), le 29 septembre. Une occasion pour les deux

Otan : Les dépenses militaires des pays européens et du Canada devraient augmenter de 4,3% en 2017

En 2016, les dépenses militaires des pays membres de l’Otan, exceptées celles des États-Unis, ont globalement progressé de 3,1%, ce qui a représenté une haussede 10 milliards de dollars en termes réels. Parmi les Alliés ayant assuré l’effort le plus important, l’Italie a augmenté les siennes d’un peu plus de 2,1 milliards d’euros pour porter

L’Otan envisage d’envoyer des renforts en Afghanistan

Actuellement, et à la demande de Kaboul, l’Otan dispose d’environ 13.000 militaires (dont plus de la moitié américains) en Afghanistan dans le cadre de la mission Resolute Support, laquelle a pris, en décembre 2014, le relais de la Force internationale d’assistance à la sécurité (ISAF). Cette mission consiste à former et à conseiller les forces

Le secrétaire général de l’Otan demande à la Turquie de « respecter pleinement l’État de droit »

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a réussi son pari en remportant de justesse, le 16 avril, le référendum constitutionnel visant à renforcer ses pouvoirs. Et, ayant constaté des irrégularités lors du scrutin, l’opposition, en particulier le Parti républicain du peuple (CHP), a vu le Conseil d’État refuser d’examiner les recours qu’elle avait déposés. En

Pour Donald Trump, l’Otan n’est maintenant plus « obsolète »

Si, comme le soupçonne le renseignement américain, la Russie a effectivement cherché à influencer la course à la Maison Blanche en faveur de Donald Trump, le candidat du Parti républicain, alors l’opération n’a pas donné les résultats escomptés. Ainsi, après la frappe de l’US Navy contre la base syrienne d’Al-Shayrat, en réponse à une attaque