Les frappes contre le programme chimique syrien auraient eu quelques « couacs »