japon / Archives

Tokyo et Séoul ont signé un accord de partage de renseignements sur la Corée du Nord

Les relations entre le Tokyo et Séoul sont marquées par des contentieux historiques et territoriaux. Ainsi, la Corée du Sud n’a pas oublié l’annexion de la péninsule par le Japon impérial en 1910 et les exactions dont furent victimes les Coréens jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. À cela s’ajoute la question des

La Chine prévient le Japon de ne pas « jouer avec le feu »

En juillet, la Cour permanente d’arbitrage (CPA) de La Haye a estimé que les renvendications territoriales chinoises en mer de Chine méridionale n’avaient « aucun fondement juridique ». Pour autant, cette décision n’a en rien changé l’attitude de Pékin, qui prétend administrer la quasi-totalité de cette région stratégique à plus d’un titre. Depuis plusieurs mois, Pékin aménage

Plus de 40 avions militaires chinois ont volé près de l’espace aérien japonais

En novembre 2015, une formation comptant 11 avions militaires chinois – 8 bombardiers H-6K et 3 appareils de reconnaissance – fut repérée dans le détroit de Miyako, large de 250 km environ, à la limite de l’espace aérien japonais. À l’époque, Pékin avait expliqué que les avions de l’Armée populaire de libération (APL) participaient à

Trois missiles balistiques nord-coréens sont tombés dans la zone économique exclusive du Japon

Sanctions internationales renforcées, ferme condamnation du Conseil de sécurité des Nations unies, obtenue après de longs marchandages entre les États-Unis et la Chine… Rien n’y fait : la Corée du Nord continue de lancer régulièrement des missiles balistiques, notamment, depuis un mois, en direction du Japon. Ainsi, le 2 août, un missile de type Rodong

Un missile balistique mer-sol nord-coréen est tombé dans la zone d’identification aérienne japonaise

Début août, un missile balistique nord-coréen de type Rodong s’était abîmé à 250 km des côtes japonaises. Comme il fallait s’y attendre, ce tir suscita une vive réaction des autorités japonaises et le Conseil de sécurité des Nations unies fut saisi de l’affaire par Washington afin d’adopter une déclaration condamnant une nouvelle fois Pyongyang. Seulement,

Les dépenses militaires japonaises annoncées en hausse de 2,3%

Pour la prochaine année fiscale, qui commencera en avril 2017, le ministère japonais de la Défense devrait demander une hausse de 2,3% de son budget, ce qui portera ce dernier à 51,5 milliards de dollars (46 milliards d’euros). Jamais, depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale, les dépenses militaires nippones n’ont atteint un tel

La Chine aurait installé un radar près d’une zone disputée avec le Japon

L’archipel Senkaku, où les incursions chinoises sont de plus en plus fréquentes ne sont pas la seule pomme de discordre entre Tokyo et Pékin. Les deux capitales sont aussi en désaccord sur le tracé de leur frontière maritime en mer de Chine orientale. Le Japon considère en effet que sa zone économique exclusive (ZEE) doit

230 navires de pêche chinois repérés au large des îles Senkaku, revendiquées par Tokyo et Pékin

« Pékin se comporte de façon jugée dangereuse et cela pourrait avoir des conséquences imprévisibles », a dénoncé le dernier Livre blanc japonais sur la Défense, publié le 2 août, au sujet des revendications territoriales chinoises en mer de Chine méridionale. Pour rappel, en juillet, la Cour permanente d’arbitrage de La Haye, saisie par les Philippines, a

Un nouveau ministre de la Défense au Japon

Le Premier ministre japonais, Shinzo Abe, fort de la victoire de sa majorité lors des dernières élections sénatoriales, a remanié son équipe, ce 3 août. Le changement le plus notable concerne le ministère de la Défense, qui bénéficie d’une hausse constante de ses crédits depuis l’arrivée au pouvoir de M. Abe, en décembre 2012. Ainsi,

Un missile balistique nord-coréen est tombé à 250 km des côtes japonaises

En août 1998, un missile balistique nord-coréen de type Taepodong-1, d’une portée théorique de 2.000 km, survola le Japon avant de s’abîmer en mer. Et comme il fallait s’y attendre, cela provoqua un incident diplomatique qui prit fin avec l’annonce, par Pyongyang, d’un « moratoire » sur ses essais de missile. Dix-huit ans plus tard, au lendemain