Irma / Archives

Avec l’opération Albatros, la France, les Pays-Bas et le Royaume-Uni coordonnent leur action militaire aux Antilles

Plus de 2.000 militaires français ont été mobilisés pour venir en aide aux sinistrés de la série d’ouragans qui viennent de frapper les Antilles au cours de ces derniers jours. Pour rappel, plusieurs régiments ont été sollicités pour envoyer des hommes et du matériel (17e RGP, 19e RG, 3e RPMa, 33e RIMa, 3e REI, etc).

Irma : Le BPC Tonnerre est parti vers les Antilles avec plus de 1.000 tonnes de matériels

Comme annoncé, et après avoir terminé son chargement, le Bâtiment de projection et de commandement Tonnerre a appareillé du port militaire de Toulon pour mettre le cap vers Saint-Martin, île dévastée, avec celle de Saint-Barthélemy, par l’ouragan Irma. Les moyens que ce navire va acheminer aux Antilles sont conséquents. Ainsi, plus de 1.000 tonnes de

Irma : Légionnaires et marsouins vont aider les gendarmes à maintenir l’ordre à Saint-Martin

Dans la chaos qui a suivi le passage de l’ouragan Irma, la semaine passée, des individus ont profité du désarroi des habitants de l’île de Saint-Martin pour se livrer à des pillages. Comme l’explique la gendarmerie, il y a deux sortes de pillards : ceux qui volent des denrées et ceux qui font main basse

Ouragan Irma : Le Premier ministre annonce l’envoi de nouveaux renforts militaires

Les Forces armées aux Antilles (FAA) ont déployé l’ensemble de leurs moyens pour porter secours aux victimes de l’ourage Irma, qui a dévasté les îles de Saint-Barthélemy et de Saint-Martin, où des bandes de pillards sont à malheureusement à l’oeuvre. À ce sujet, le Premier ministre, Édouard Philippe, a démenti l’information selon laquelle 250 détenus

Le BPC Tonnerre sera envoyé aux Antilles pour porter secours aux sinistrés de l’ouragan Irma

Le Bâtiment de transport léger (BATRAL) Dumont d’Urville aurait été certainement très utile aux opérations actuellement en cours pour porter assistance aux victimes de l’ouragan Irma, qui a ravagé les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy, où l’on attend l’arrivée d’un second qui, baptisé « José », s’annonce tout aussi violent. Seulement, en juin, le Dumont d’Urville a