Iran / Archives

Les forces iraniennes ont officiellement mis en service le système de défense aérienne russe S-300

Depuis l’accord de Vienne, qui, signé le 14 juillet 2015, vise à empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire, les forces iraniennes ont procédé à plusieurs essais de missiles balistiques. Ces derniers ont tous été condamnés par les États-Unis, la France, le Royaume-Uni et l’Allemagne, ces pays estimant que ce type d’activité contrevient à

Nouvelle saisie importante d’armes en mer d’Oman

Pour la troisième fois en un mois, une importante cargaison d’armes a été interceptée en mer d’Oman (ou mer d’Arabie). L’annonce en a été faite par la 5e Flotte de l’US Navy, le 4 avril au soir. Ainsi, le patrouilleur américain USS Sirocco a arraisonné, le 28 mars, un boutre n’aborant aucun pavillon. À son

Des avions de combat Su-30 SM pour l’Iran?

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, a fait, le 21 février, une visite surprise à Téhéran, où il a rencontré le président iranien, Hassan Rohani, afin de lui remettre un message « spécial » de Vladimir Poutine, le chef du Kremlin. A priori, d’après l’agence officielle Irna, la discussion entre les deux hommes a surtout

Les États-Unis avaient planifié une vaste cyber-offensive en cas d’échec des discussions sur le programme nucléaire iranien

En 2010, la découverte du virus « Stuxnet » avait mis la communauté de la sécurité informatique en émoi. Ce programme malicieux, sans doute la première « cyberarme » de l’histoire, s’en prenait aux systèmes de contrôle industriels SCADA, notamment ceux des sites du programme nucléaire iranien. Deux ans plus tard, l’on apprenait que Stuxnet avait été développé conjointement

Les temps changent : il n’y a plus de crise diplomatique quand des marins occidentaux se font interpeller par la marine iranienne

En 2007, les relations entre Londres et Téhéran furent houleuses pendant quelques jours après la capture de 15 marins britanniques du HMS Cornwall par les forces navales iraniennes, alors que, officiellement, ils inspectaient un navire marchand dans le Golfe arabo-persique (GAP). Une version bien évidemment contestée par l’Iran, selon qui les marins de la Royal

L’Iran accuse l’armée saoudienne d’avoir bombardé son ambassade au Yémen

Près d’une semaine après l’exécution du dignitaire religieux chiite Nimr al-Nimr, condamné à mort par la justice saoudienne « terrorisme, port d’armes, sédition, désobéissance au souverain, insulte aux savants en loi islamique », suite à son rôle joué dans un mouvement contestaire dans la très stratégique province du Hasa, la tension n’est toujours pas retombée entre Riyad

Vives tensions entre Riyad et Téhéran après l’exécution d’un dignitaire chiite par les autorités saoudiennes

Condamné à mort en octobre 2014 par la justice saoudienne pour « terrorisme, port d’armes, sédition, désobéissance au souverain, insulte aux savants en loi islamique », le dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr a été exécuté, le 2 janvier,  avec 46 autres détenus, dont certains appartenaient à al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). En 2011, Nimr Baqer al-Nimr

La marine iranienne a effectué des tirs près de navires américains et d’une frégate française

Le 26 décembre, alors que la marine iranienne effectuait des manoeuvres avec son homologue omanaise, la frégate multimissions (FREMM) Provence a franchi le détroit d’Ormuz pour rejoindre le golfe arabo-persique (GAP), en compagnie de navires américains escortant le porte-avions USS Harry S. Truman (Task Force 58). Seulement, d’après le commandant Kyle Raines, de l’US CENTCOM,

Nucléaire iranien : L’Agence internationale de l’énergie atomique ouvre la voie à l’application de l’accord de Vienne

Une semaine après avoir rendu public son rapport sur la dimension militaire du programme nucléaire iranien, l’Agence internationale internationale de l’énergie atomique (AIEA) a adopté, à la majorité des 35 pays membres de son exécutif, une résolution dans laquelle elle a pris acte qu’elle a pu mener à bien ses investigations « selon le calendrier convenu »

Implication de plus en plus importante des milices soutenues par l’Iran en Syrie et en Irak

Officiellement, l’Iran ne compte pas de combattants « réguliers » en Syrie mais seulement des conseillers militaires, issus des rangs des « Gardiens de la Révolution » (Pasdarans), et plus précisément de l’unité al-Qods. Mais, la réalité est un peu plus compliquée, comme souvent. Ainsi, en novembre, il a été rapporté que le général iranien Qassem Souleimani, le chef