Iran / Archives

Le chef du Pentagone pointe l’activité « néfaste » de l’Iran au Moyen-Orient

Pendant que le président Obama et John Kerry, le chef de la diplomatie américaine, tentent de convraincre le Congrès de la pertinence de l’accord signé à Vienne le 14 juillet portant sur le programme nucléaire iranien, les responsables du Pentagone se montrent beaucoup plus prudents. Pour rappel, l’accord en question prévoit une limitation drastique des

Nouvelles tensions entre Bahreïn et l’Iran

Ces dernières années, les forces de police de Bahreïn ont été visées à plusieurs reprises par des attentats. Le dernier en date a été commis le 28 juillet près d’une école pour fille dans le quartier à majorité chiite de Sitra, près de la capitale Manama. Selon le ministère de l’Intérieur, deux policiers y ont

Les États-Unis prêts à renforcer leur coopération militaire avec Israël

Les propos tenus par l’ayatollah Khamenei, le guide suprême de la Révolution islamique d’Iran, après la signature de l’accord de Vienne, censé empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire en échange d’une levée des sanction internationales qui ciblent son économie, ont douché l’enthousiasme de certains responsables occidentaux, à commencer par celui de John Kerry,

Le Pentagone conservera l’option militaire contre le programme nucléaire iranien

Le président américain, Barack Obama, l’a encore assuré le 19 juillet : l’accord conclu à Vienne la semaine dernière met « la bombe encore plus hors de portée de l’Iran. Et il lui impose une interdiction pour toujours de posséder l’arme nucléaire ». Pour rappel, cet accord comporte des mesures visant effectivement à empêcher Téhéran de se

Un ancien conseiller du président Obama propose de founir des bombardiers B-52 à Israël

L’accord de Vienne, signé le 14 juillet par le groupe 5+1 (les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l’Allemagne) et l’Iran doit donc, en théorie, empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire pendant 10, voire 15 ans. Que se passera-t-il après? Le diplomate Dennis Ross, ancien conseiller spécial du président

L’Iran aura un délai de 24 jours avant l’inspection d’un site suspecté d’abriter des activités nucléaires

L’avenir dira si l’accord de Vienne conclu à Vienne le 14 juillet aura été assez « robuste » pour empêcher l’Iran de se doter de l’arme nucléaire tout en lui permettant de poursuivre son programme civil. En tout cas, le groupe 5+1 (les membres permanents du Conseil de sécurité et l’Allemagne) a fait le pari les dirigeants

Ce qu’il faut retenir de l’accord sur le programme nucléaire iranien

Au terme de 12 ans de sanctions, de menaces et de discussions, le groupe 5+1 (les membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies + l’Allemagne) et l’Iran sont arrivés, le 14 juillet, à Vienne, à un accord visant à empêcher Téhéran de se doter de l’arme nucléaire tout en lui permettant de poursuive

Un rapport américain fait état d’une « hausse vertigineuse » du nombre de victimes d’attentats

Montée en puissance de l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie, folie meurtrière de Boko Haram au Nigéria, regain d’activité des mouvements insurgés liés à al-Qaïda en Afghanistan, persistance du mouvement taleb pakistanais ainsi que des shebabs somaliens… Tous ces éléments font que le nombre de victimes d’attaques terroristes a subi une

Vers une implication militaire plus importante de l’Iran en Syrie

Ces derniers mois, les forces loyalistes syriennes ont enchaîné les revers face à l’État islamique (EI ou Daesh), comme récemment à Palmyre, et au Front al-Nosra, qui, appuyé par des groupes islamistes, s’est emparé de la quasi totalité de la province d’Idleb. Après ces défaites, la capitale syrienne, Damas, est d’autant plus sous la menace

Paris s’opposera à tout accord sur le nucléaire iranien si Téhéran refuse l’inspection de ses sites militaires

Les discussions visant à obtenir un accord définitif sur le programme nucléaire iranien, soupçonné d’avoir une finalité militaire, ont repris, ce 27 mai, à Vienne, entre le groupe 5+1 (les 5 membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l’Allemagne) et l’Iran. Récemment, ces négociations ont provoqué quelques remous à Téhéran, où les