Iran / Archives

Les temps changent : il n’y a plus de crise diplomatique quand des marins occidentaux se font interpeller par la marine iranienne

En 2007, les relations entre Londres et Téhéran furent houleuses pendant quelques jours après la capture de 15 marins britanniques du HMS Cornwall par les forces navales iraniennes, alors que, officiellement, ils inspectaient un navire marchand dans le Golfe arabo-persique (GAP). Une version bien évidemment contestée par l’Iran, selon qui les marins de la Royal

L’Iran accuse l’armée saoudienne d’avoir bombardé son ambassade au Yémen

Près d’une semaine après l’exécution du dignitaire religieux chiite Nimr al-Nimr, condamné à mort par la justice saoudienne « terrorisme, port d’armes, sédition, désobéissance au souverain, insulte aux savants en loi islamique », suite à son rôle joué dans un mouvement contestaire dans la très stratégique province du Hasa, la tension n’est toujours pas retombée entre Riyad

Vives tensions entre Riyad et Téhéran après l’exécution d’un dignitaire chiite par les autorités saoudiennes

Condamné à mort en octobre 2014 par la justice saoudienne pour « terrorisme, port d’armes, sédition, désobéissance au souverain, insulte aux savants en loi islamique », le dignitaire chiite Nimr Baqer al-Nimr a été exécuté, le 2 janvier,  avec 46 autres détenus, dont certains appartenaient à al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). En 2011, Nimr Baqer al-Nimr

La marine iranienne a effectué des tirs près de navires américains et d’une frégate française

Le 26 décembre, alors que la marine iranienne effectuait des manoeuvres avec son homologue omanaise, la frégate multimissions (FREMM) Provence a franchi le détroit d’Ormuz pour rejoindre le golfe arabo-persique (GAP), en compagnie de navires américains escortant le porte-avions USS Harry S. Truman (Task Force 58). Seulement, d’après le commandant Kyle Raines, de l’US CENTCOM,

Nucléaire iranien : L’Agence internationale de l’énergie atomique ouvre la voie à l’application de l’accord de Vienne

Une semaine après avoir rendu public son rapport sur la dimension militaire du programme nucléaire iranien, l’Agence internationale internationale de l’énergie atomique (AIEA) a adopté, à la majorité des 35 pays membres de son exécutif, une résolution dans laquelle elle a pris acte qu’elle a pu mener à bien ses investigations « selon le calendrier convenu »

Implication de plus en plus importante des milices soutenues par l’Iran en Syrie et en Irak

Officiellement, l’Iran ne compte pas de combattants « réguliers » en Syrie mais seulement des conseillers militaires, issus des rangs des « Gardiens de la Révolution » (Pasdarans), et plus précisément de l’unité al-Qods. Mais, la réalité est un peu plus compliquée, comme souvent. Ainsi, en novembre, il a été rapporté que le général iranien Qassem Souleimani, le chef

Pour Paris, l’essai du missile iranien Emad est une violation d’une résolution des Nations unies

Le 11 octobre, l’Iran a annoncé avoir testé avec succès un nouveau missile balistique, a priori de portée moyenne (Medium Range Ballistic Missile) et ayant la capacité d’être « guidé à distance ». « Nous ne demandons l’autorisation de personne pour augmenter notre capacité défensive et balistique et nous poursuivons notre programme (…) balistique avec détermination », a même

L’Iran a testé avec succès un nouveau missile balistique

Alors qu’un accord au sujet de ses activités nucléaires, soupçonnées d’avoir une dimension militaire, a été obtenu avec le groupe 5+1 (les 5 membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l’Allemagne), l’Iran poursuit son programme de missiles balistiques. Ainsi, le ministre iranien de la Défense, le général Hossein Dehghan, a annoncé, le

Les chefs militaires israéliens et russes tentent de se mettre d’accord pour éviter tout malentendu en Syrie

*Si l’on en croit l’agence Reuters, l’intervention militaire russe en Syrie était dans les tuyaux depuis plusieurs mois alors même que les Occidentaux croyaient que Moscou allait lâcher du lest au sujet de l’avenir de Bachar el-Assad, le président syrien. Et le général Qassem Soleimani, le chef de l’unité al-Qods, l’unité chargée des opérations extérieures

Le Premier ministre israélien et le président russe ont parlé de la situation en Syrie

La position est claire : « Israël ne permettra à personne, qu’il s’agisse d’un État ou d’une organisation terroriste, de menacer sa sécurité et de violer sa souveraineté ». D’où les ripostes de Tsahal contre l’armée syrienne quand cette dernière effectue des tirs en direction du plateau du Golan. En clair, il n’y a pas de distinction