Iran / Archives

Les États-Unis maintiendront une présence militaire en Syrie jusqu’au départ des forces iraniennes

« On va quitter la Syrie très vite » et « laisser les autres s’en occuper », avait lancé le président américain, Donald Trump, en mars dernier, prenant de court le département d’État et le Pentagone. Puis il avait réaffirmé cette position début avril, estimant que l’objectif de se « débarrasser » de l’État islamique [EI ou Daesh] était presque atteint.

Un attentat revendiqué par l’EI fait au moins 24 tués en Iran, lors d’une parade militaire

Ce 22 septembre, une parade militaire organisée à Ahvaz, dans le sud-ouest de l’Iran, à l’occasion de la « Journée nationale des forces armées », a été la cible d’un attentat qui a fait au moins 24 tués et plus d’une cinquantaine de blessés. Selon les éléments disponibles, quatre hommes en treillis ont ouvert le feu sur

Syrie : Israël et la Russie vont renforcer leur coordination militaire

Après avoir pointé la responsabilité de chasseurs-bombardiers F-16 israéliens pour la perte, en Méditerranée orientale, de l’un de ses avions de renseignement Il-20 « Coot », apparemment abattu par un missile tiré par un système S-200 de la défense aérienne syrienne lors d’un raid contre un site militaire à Lattaquié, le ministère russe de la Défense avait

Les États-Unis mettent en garde l’Iran contre ses activités en Irak

La semaine passée, des heurts ont éclaté dans la province pétrolière de Bassorah [sud-est de l’Irak], sur fond de tensions sociales. Estimant ne pas profiter de juteuses recettes tirées de l’exploitation de pétrole, plusieurs centaines de manifestants ont exigé de meilleurs services publics (au moins 20.000 personnes ont été hospitalisées, en août, après avoir bu

Malgré des désaccords, les États-Unis et l’Inde ont convenu de renforcer leur coopération militaire

La politique américaine à l’égard de New Delhi relève d’un numéro d’équilibriste… Ayant besoin de l’Inde face à la Chine, les États-Unis doivent composer avec certaines décisions indiennes, qui vont à l’encontre de leurs positions à l’égard de la Russie et de l’Iran. Ainsi, avec l’intention d’acquérir des systèmes de défense aérienne S-400 Triumph auprès

Israël aurait effectué au moins 202 frappes en Syrie au cours des 18 derniers mois

Généralement, après que des frappes aériennes ont été signalées en Syrie, le ministère israélien de la Défense répond, quand il est interrogé sur son éventuelle responsabilité, par un laconique « pas de commentaires ». Aussi, rares sont les fois où Israël assume les actions militaires qu’il a mené chez son voisin syrien, avec lequel il est toujours

Israël n’exclut pas de mener des frappes contre des positions iraniennes en Irak

La semaine passée, l’agence Reuters a révélé que la force al-Qods, l’unité d’élite chargée des opérations extérieures des Gardiens de la révolution iraniens, aurait livré des missiles Zalzal, Fateh-110 et Zolfaghar à la milice chiite irakienne « Kataëb Hezbollah », par ailleurs membre du Hachd al-Chaabi [Unités de mobilisation populaire]. Ainsi, plusieurs bases de lancement, placées sous

L’Iran aurait fourni des missiles balistiques à au moins une milice chiite irakienne

Pour le groupe d’experts des Nations unies chargés de contrôler l’embargo sur les armes imposé depuis 2015 au Yémen, tout laisse à penser que les missiles tirés en direction de l’Arabie Saoudite ont été livrés aux rebelles Houthis par l’Iran. Ce que les autorités iraniennes nient jusqu’à présent. Qu’en sera-t-il après les informations révélées ce

L’Iran entend maintenir sa présence militaire en Syrie

Ces derniers mois l’aviation israélienne a effectué plusieurs raids contre des bases syriennes soupçonnées d’abriter des éléments d’al-Qods, l’unité d’élite des Gardiens de la révolution iranien. Ainsi, celle de Tiyas a été visée à au moins deux reprises. Et, peu après l’annonce du retrait des États-Unis de l’accord relative au programme nucléaire iranien, en mai,

Le général Kenneth McKenzie supervisera les opérations américaines au Moyen-Orient et Asie centrale

Le général Kenneth McKenzie sera-t-il plus « souple » que le général Joseph Votel, auquel il devrait succéder à la tête de l’US CENTCOM, c’est à dire le commandement militaire américain pour l’Asie centrale et le Moyen-Orient? Actuellement directeur de l’état-major interarmées au Pentagone, le général McKenzie, 61 ans, est issu du corps des Marines [USMC], au