Iran / Archives

Un rapport américain fait état d’une « hausse vertigineuse » du nombre de victimes d’attentats

Montée en puissance de l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie, folie meurtrière de Boko Haram au Nigéria, regain d’activité des mouvements insurgés liés à al-Qaïda en Afghanistan, persistance du mouvement taleb pakistanais ainsi que des shebabs somaliens… Tous ces éléments font que le nombre de victimes d’attaques terroristes a subi une

Vers une implication militaire plus importante de l’Iran en Syrie

Ces derniers mois, les forces loyalistes syriennes ont enchaîné les revers face à l’État islamique (EI ou Daesh), comme récemment à Palmyre, et au Front al-Nosra, qui, appuyé par des groupes islamistes, s’est emparé de la quasi totalité de la province d’Idleb. Après ces défaites, la capitale syrienne, Damas, est d’autant plus sous la menace

Paris s’opposera à tout accord sur le nucléaire iranien si Téhéran refuse l’inspection de ses sites militaires

Les discussions visant à obtenir un accord définitif sur le programme nucléaire iranien, soupçonné d’avoir une finalité militaire, ont repris, ce 27 mai, à Vienne, entre le groupe 5+1 (les 5 membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies et l’Allemagne) et l’Iran. Récemment, ces négociations ont provoqué quelques remous à Téhéran, où les

Moscou et Téhéran auraient terminé les discussions sur la livraison du système de défense aérienne russe S-300

En 2010, le président russe d’alors, Dmitri Medvedev, avait décidé de surseoir à la livraison de systèmes de défense aérienne S-300 que l’Iran avait commandés trois ans plus tôt, en mettant en avant la résolution 1929 du Conseil de sécurité des Nations unies, laquelle interdisait la vente de matériels militaires, dont « les missiles et les

Le chef des forces terrestres iraniennes demande plus de moyens pour combattre l’État islamique

Commandant de la force al-Qods, l’unité des Gardiens de la révolution iranien chargée des opérations à l’étranger, le général Ghassem Souleimani n’a pas ménagé ses critiques à l’endroit des États-Unis, après les propos tenus par Ashton Carter, le secrétaire américain à la Défense, sur la volonté des militaires irakiens à se battre contre les jihadistes

Golfe arabo-persique : Nouvel incident entre des patrouilleurs iraniens et un navire commercial

Le mois dernier, la composante navale des gardiens iraniens de la révolution s’en est pris à deux navires commerciaux qui naviguaient près du détroit d’Ormuz. Ainsi, le 24 avril, 4 patrouilleurs ont suivi pendant près de 20 minutes le Maersk Kensington, « dans une action interprétée comme agressive » par le commandant de ce porte-conteneur. Ce dernier

Le patrouilleur « l’Adroit » a porté assistance à un boutre iranien

Le patrouilleur hauturier L’Adroit, mis à la disposition de la Marine nationale par son constructeur, DCNS, a terminé sa mission pour le compte de l’opération anti-piraterie Atalante, conduite par l’Union européenne dans le golfe d’Aden, le 28 avril dernier. L’activité des pirates somaliens étant désormais quasiment nulle (d’après les chiffres du Bureau Maritime International), le

La marine iranienne affiche sa présence dans les détroits d’Ormuz et de Bab el-Mandeb

Le 28 avril, le porte-conteneur Maersk Tigris, battant pavillon des îles Marshall, a été intercepté puis forcé de faire mouvement vers le port de Shahid-Bahonar par 5 patrouilleurs de la marine iranienne alors qu’il naviguait dans les eaux internationales, à proximité du détroit d’Ormuz. Cet arraisonnement serait lié à un litige financier entre le groupe

La marine iranienne a détourné un navire marchand au niveau du détroit d’Ormuz

Le porte-conteneurs Maersk Tigris, battant pavillon des îles Marshall, a été contraint, ce 28 avril, par la marine iranienne de se diriger vers l’île de Larak, alors qu’il naviguait au niveau du détroit d’Ormuz, apparemment pour rejoindre le port de Jebel Ali, aux Émirats arabes unis. Le Maersk Tigris a été escorté par 5 navires

La coalition arabe annonce l’arrêt de ses opérations aériennes au Yémen

Le 26 mars, à la demande du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, actuellement réfugié à Riyad, une coalition emmenée par l’Arabie Saoudite lançait l’opération « Tempête décisive » contre les rebelles Houthis (chiites) et leurs alliés au Yémen. Après un mois de frappes aériennes, la coalition a annoncé, le 21 avril, la fin de cette opération