Inherent Resolve / Archives

La coalition anti-EI cherche à identifier l’agent chimique utilisé à Mossoul par les jihadistes

Le commandant de la composante de la coalition anti-État islamique (opération Inherent Resolve), le général Joseph Martin, a confirmé, le 19 avril, le recours à des substances toxiques par les jihadistes à Mossoul. Comme l’avait déjà indiqué le commandement conjoint des opérations, qui coordonne les différentes unités irakiennes engagées dans reconquête de la ville, les

L’ONU demande aux forces irakiennes et à la coalition de faire preuve de « retenue » à Mossoul

Étant donné qu’au moins 600.000 civils n’ont pas fuir la vieille ville de Mossoul, où se concentrent actuellement les combats pour en chasser l’État islamique, il fallait s’attendre à voir les jihadistes s’en servir comme boucliers humains. Et cela rend compliqué les opérations en cours. Reconquérir Mossoul est une chose. Gagner la « paix », c’est à

Mossoul : L’offensive contre les jihadistes retranchés dans la vieille ville a repris

Les combats pour déloger les jihadistes de l’État islamique retranchés dans la partie historique de la ville de Mossoul s’annonçaient difficiles et délicats, étant donné la nature du terrain, qui avantage la posture défensive, et la présence de nombreux civils susceptibles de servir de boucliers humains. Ainsi, le 17 mars, de nombreuses victimes civiles –

Des militaires américains ont riposté après avoir été attaqués à Mossoul

Actuellement, environ 450 militaires américains, appartenant principalement aux forces spéciales, conseillent les troupes irakiennes engagées dans la reconquête de Mossoul. Normalement, ils ne sont pas censés combattre. Cependant, ils ont été pris pour cible à plusieurs reprises par les jihadistes de l’État islamique, ce qui les a obligés à riposter. Ces militaires « se sont suffisamment

Le Pentagone admet avoir utilisé des munitions à uranium appauvri contre Daesh

Sous-produit du processus d’enrichissement de l’uranium naturel en isotopes 235U destiné aux centrales nucléaires, l’uranium appauvri est un matériau très dense pouvant être utilisé pour fabriquer des munitions anti-char et des blindages. Débarrassé des isotopes 235U et 234U, l’uranium appauvri est 40% moins radioactif que l’uranium naturel. Outre sa grande capacité de pénétration, ce matériau

Le chef de l’US Air Force se dit prudent sur une intensification des raids contre l’EI

Le président américain, Donald Trump, a donné 30 jours au Pentagone pour établir un plan qui permettrait d’accélérer la campagne actuellement menée contre l’État islamique (EI ou Daesh) en Irak et en Syrie. Et, si l’on en juge par ses propos tenus quand il était en campagne électorale, cela sous-entend une intensification des raids aériens.

Le président Trump veut créer des « zones de sécurité » en Syrie

Quand il était à la Maison Blanche, Barack Obama avait repoussé l’idée d’instaurer des « zones de sécurité » en Syrie, afin d’aider les civils à échapper aux combats qui ravagent le pays depuis bientôt six ans. Mais son successeur, Donald Trump, comme il avait d’ailleurs répété lors de la période de transition, y est favorable. Ainsi,

Syrie : Au moins 100 jihadistes d’al-Qaïda tués lors d’un bombardement effectué par un B-52 américain

Le groupe jihadiste Fateh al-Cham, qui est l’un des plus influents parmi ceux qui forment la rébellion syrienne, a affirmé avoir rompu ses liens avec al-Qaïda quand il a abandonné l’appellation « Front al-Nosra », en juillet 2016. Et il s’oppose à l’État islamique (EI ou Daesh) avec lequel il partage pourtant la même idéologie (mais pas

La coalition anti-jihadiste a mené une opération commando contre l’EI près de Deir ez-Zor

  Les forces spéciales de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis ont mené une opération commando près du village d’al-Koubar, situé dans dans la province de Deir ez-Zor (est de la Syrie), le 8 janvier. Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), au moins 25 membres de l’État islamique (EI ou Daesh) auraient

La coalition anti-jihadiste a doublé le nombre de ses conseillers militaires à Mossoul

Face à l’État islamique (EI ou Daesh) à Mossoul, le rapport de force est évidemment favorable aux forces de sécurité irakiennes (FSI), lesquelles peuvent compter sur l’appui aérien fourni par la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis. Seulement, leurs unités ne sont pas toutes au même niveau. Ainsi, celles de l’Iraqi Counter Terrorism Service (ICTS)