industrie / Archives

Les ventes des 100 premiers industriels mondiaux de l’armement ont progressé de 1,9% en 2016

Le rapport annuel de l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (Sipri) sur les ventes d’armes des 100 plus importants groupes mondiaux d’armement et de services à caractère militaire est à relativiser dans la mesure où les industriels chinois n’y figurent pas. Ce qui ne permet pas d’avoir une idée complète et précise

Pour plus d’efficacité, Mme Parly remet de l’ordre dans le Maintien en condition opérationnelle des aéronefs

En opération extérieure, la disponibilité des aéronefs est excellente, notamment grâce à l’abnégation du personnel technique « projeté », lequel ne compte pas ses heures pour que la mission puisse être assurée. Dans ce contexte, l’utilisation intensive de ces appareils « consomme » leur potentiel. Résultat : de retour en France, ils doivent subir de lourdes opérations de maintenance,

Industrie/Défense : Nouveau sursis pour Manurhin, qui cherche une alliance européenne

Spécialiste français des machines servant à produire des munitions, Manurhin avait son carnet de commandes bien rempli quand il se trouva pourtant dans une position financière délicate en 2011. Sollicité, l’État trouva alors une solution en faisant entrer de nouveaux actionnaires au capital de l’industriel, dont la Sofired [structure du ministère des Armées], Giat Industries

Les États-Unis ont vendu pour près de 42 milliards d’armements en 2017

L’industrie américaine de l’armement n’est sans doute pas près d’être détrônée pour ce qui concerne les exportations de matériels militaires. En effet, pour l’exercice 2017, elle a vendu pour 41,93 milliards de dollars d’armes et d’équipements à des pays « partenaires et alliés », ce qui représente une hausse d’environ 20% par rapport à l’année précédente. Dans

Avions de combat : Le directeur d’Airbus DS plaide en faveur d’une « collaboration intense » avec Dassault

L’avenir de l’aviation de combat en Allemagne et en France s’annonce confus car plusieurs priorités se chevauchent. Côté allemand, l’on cherche un successeur au Panavia Tornado, dont le début du retrait du service actif est prévu en 2025. Et, pour le moment, la préférence du chef d’état-major de la Luftwaffe, général Karl Müllner, va à

Socle Défense, un financement vraiment innovant susceptible de doper le budget des Armées

Quand il s’agit d’évoquer les « financements innovants » qui doivent permettre aux Armées de trouver les ressources nécessaires pour ses équipements, les responsables civils et militaires du ministère ainsi que les parlementaires n’avancent pas de solutions radicalement nouvelles. Il est question des incontournables partenariat public-privé (PPP), de ressortir les sociétés de projet ou de regarder ce

L’Allemagne en pince de plus en plus pour l’avion de combat américain F-35A

Il n’y a pas de fumée sans feu, dit-on. Aussi, quand, la semaine passée, Dirk Hoke, le Pdg d’Airbus Defence & Space, a pris sa plume pour faire valoir qu’acquérir des avions de combat auprès des États-Unis [sous-entendu, des F-35] « pourrait affaiblir l’industrie européenne de la défense et la rendre de plus en plus tributaire

La Suède choisit le système de défense aérienne américain Patriot aux dépens du SAMP/T

L’envoi de deux sections Mamba (ou SAMP-T pour Système air-sol moyenne portée – Terrestre) de l’Escadron de défense sol-air (EDSA) 1/950 « Crau » en Suède pour participer à l’exercice Aurora 17, organisé en septembre dernier, n’aura pas joué dans le choix de Stockholm pour moderniser les capacités de ses forces armées en matière de défense aérienne.

La construction du prochain porte-avions de la Marine nationale sera pleine de défis

À en croire la Revue stratégique, publiée en octobre dernier, la France devrait conserver une « supériorité aéromaritime », ce qui « implique de préparer le renouvellement du groupe aéronaval », c’est à dire de lancer les études pour la construction du successeur du porte-avions Charles de Gaulle. Cependant, l’utilité du porte-avions fait débat. En 2013, un officier de

Airbus veut diriger le programme d’avion de combat franco-allemand

En juillet, le président Emmanuel Macron et la chancelière allemande, Angela Merkel, ont créé la surprise en annonçant pour 2018 une « feuille de route » visant à développer un « système de combat aérien » franco-allemand afin de remplacer les flottes d’avions de combat à long terme. Pour l’Allemagne, il s’agit de trouver un successeur aux Panavia Tornado,