industrie / Archives

L’étalement du programme de sous-marins Barracuda fait une première victime

Lors d’une audition devant la commission « Défense » de l’Assemblée nationale, en septembre 2013, l’ancien Pdg de DCNS, Patrick Boissier, avait prévenu : si la Loi de programmation militaire 2014-2019, alors en débat, prévoyait un étalement des livraisons des sous-marins nucléaires d’attaque (SNA) de type Barracuda, censés remplacer ceux de la classe Rubis actuellement en service,

L’Irak aurait renoncé à acquérir 24 hélicoptères d’attaque AH-64 Apache

En janvier, et alors que les jihadistes de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL, devenu depuis État islamique, ou Daesh) venaient de s’emparer de Falloujah, Bagdad avait fait part de son intention d’acquérir 24 exemplaires de l’hélicoptère d’attaque américain AH-64E Apache pour 4,8 milliards de dollars (en comptant les équipements annexes et les

Airbus Group fait le ménage dans son activité « Défense »

Après l’échec de sa fusion avec le britannique BAE Systems, le groupe européen Airbus Group s’est réorganisé en s’appuyant sur trois pôles de compétence : l’aviation commerciale (Airbus),  les hélicoptères (avec Airbus Helicopter), la défense et l’espace, avec le regroupement au sein d’Airbus Defense & Space (ADS), de Cassidian, Astrium et Airbus Military. Cette branche

À nouveau, Berlin bloque l’exportation de matériels militaires français

La possible annulation de la livraison des deux BPC (Bâtiments de projection et de commandement) de type Mistral à la Russie fait craindre à certains une perte de crédibilité de la France en matière d’exportations de matériels militaires. Certes, l’on pourrait se passer d’en venir là… Mais d’une manière générale, les contrats d’armements sont signés

Des sous-marins japonais pour la marine australienne?

L’assouplissement des règles pour les industriels japonais de l’armement va changer la donne en matière de d’exportation d’équipements militaires. Du moins dans certains secteurs, comme par exemple la construction navale. Ainsi, en juin, l’on apprenait que Canberra et Tokyo avaient convenus de renforcer leurs relations militaires, avec à la clé un possible transfert de technologie

Que pèsent les exportations d’armement dans l’économie française?

Comme attendu, l’année 2013 aura été un bon cru pour les exportations françaises d’armement. Selon les chiffres officiels rendu publics ce 9 septembre, ces dernières ont progressé de 43% pour s’établir à 6,87 milliards d’euros. « Ces résultats, qui sont exceptionnels au regard de ces derniers années, mais surtout prometteurs, permettent à la France de figurer

Berlin autorise Rheinmetall à ouvrir une usine en Algérie pour fabriquer des véhicules blindés

Le ministre allemand de l’Économie, le social-démocrate Sigmar Gabriel, a affiché, à plusieurs reprises, son intention de limiter les exportations de matériels militaires des industriels de l’armement d’outre-Rhin en revenant aux règles très strictes adoptées en la matière par Berlin en 2000. La semaine passée, encore, il avait appelé l’industrie allemande de la défense à

Pour le ministre allemand de l’Économie, les exportations d’armes ne sont pas une priorité

Vice-chancelier et ministre de l’Économie, Sigmar Gabriel, qui est aussi le chef de file des sociaux-démocrates, n’est pas à l’aise avec les ventes d’équipements militaires à l’étranger. Or, il joue un rôle déterminant pour délivrer les licences d’exportation, ce qui n’est pas sans inquiéter les dirigeants de l’industrie de défense outre-Rhin. Lors d’un rencontre, le

Airbus Group envisage de se retirer du capital de Dassault Aviation

À l’occasion de la publication de ses résultats semestriels, ce 30 juillet, Airbus Group a indiqué qu’il envisageait de céder les 46,32% de parts qu’il détient actuellement au capital de Dassault Aviation, ce qui représente, selon le cours en Bourse du constructeur du Rafale, environ 5 milliards d’euros. « Nous avons très clairement communiqué sur le

Le président russe veut limiter les importations de matériels militaires

Si l’on en croit la porte-parole du service diplomatique de l’Union européenne, les ambassadeurs des 28 États membres ont adopté une série de sanctions économiques contre la Russie, afin de contraindre ses dirigeants à cesser d’apporter leur soutien aux séparatistes pro-russes actifs dans l’est de l’Ukraine. « Un accord politique a été trouvé sur le paquet