industrie / Archives

L’Indonésie va acquérir 5 avions de transport A400M Atlas

Malgré les problèmes rencontrés lors de son développement (le dernier en date ayant été constaté au niveau des boîtes relais des réducteurs d’hélices des turbopropulseurs TP-400) qui mettent sont constructeur, Airbus, sous pression, l’avion de transport A400M « Atlas » ne manque pas d’atouts à faire valoir. Ainsi, après une première commande portant sur 4 exemplaires obtenue

Rheinmetall et Steyr Mannlicher ont mis au point un nouveau fusil d’assaut

L’allemand Rheinmetall et l’autrichien Steyr Mannlicher ont développé conjointement le RS556, un nouveau fusil d’assaut modulaire, chambré en calibre 5,56×45 mm OTAN, en vue de le proposer à la Bundeswehr, qui doit remplacer ses fusils HK G-36 à partir de 2019. Le RS556 reprend les grandes lignes du fusil STM 556 de Steyr Mannlicher, qui,

Riyad décide de reprendre les livraisons d’équipements militaires français destinés au Liban

La mise en oeuvre du contrat DONAS (Don Arabie Saoudite) est bien compliquée. Conclu en novembre 2014 entre Paris et Riyad pour un montant de 2,2 milliards d’euros, cet accord prévoit la livraison d’équipements militaires français au Forces armées libanaises (FAL) afin de renforcer les capacités de ces dernières dans un contexte marqué par la

Importante hausse annoncée des dépenses militaires iraniennes

Entre 2006 et 2015, les dépenses militaires iraniennes ont baissé de 30%, sous l’effet des sanctions imposées à Téhéran par la communauté internationale en raison de son programme nucléaire. L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) avait ainsi évalué, l’an passé, le budget militaire iranien à environ 10 milliards de dollars. Seulement,

La modernisation de la dissuasion nucléaire française devra faire face à au moins trois enjeux

Le renouvellement des composantes aéroportées et océaniques de la dissuasion nucléaire française exigera un effort financier conséquent, qui atteindra les 6 milliards d’euros par an à l’horizon 2025. Il s’agira de construire de nouveaux sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE 3G) ainsi que de développer l’ASN4G, c’est à dire le successeur du missile de croisière ASMP-A,

Canberra et Paris ont signé l’accord-cadre relatif aux futurs sous-marins australiens

Après la signature d’un premier contrat de conception et, plus tôt ce mois-ci, d’un accord de partage d’informations classifiées, Canberra et Paris ont définitivement scellé, ce 20 décembre, le « méga-contrat » visant à livrer à la marine australienne 12 sous-marins océaniques à propulsion classique de type Shortfin Barracuda. Pour rappel, en avril, et dans le cadre

Premier vol d’essai pour un E-2D Hawkeye pouvant être ravitaillé en vol

En 2003, Northrop Grumman reçut un contrat de 1,9 milliard de dollars pour développer un nouveau système de détection et de commandement aéroporté, basé sur l’avion de guet aérien E-2C Hawkeye. Connu sous la désignation de E-2D Avanced Hawkeye, ce nouvel appareil, commandé à 75 exemplaires, effectua son premier vol en 2007 et obtint sa

L’État « nationalise » Areva TA, spécialiste de la propulsion nucléaire navale

Alors que sa maison-mère, Areva, fait face à des difficultés qui l’obligent à se restructurer, le sort d’Areva TA pouvait donner lieu à quelques inquiétudes. Et pour cause : c’est cette entreprise qui a fourni les réacteurs nucléaires du porte-avions Charles de Gaulle et des 10 sous-marins de la Marine nationale (4 SNLE et 6

La modernisation de la dissuasion nucléaire va profiter à l’économie française

À partir de 2020, le bugdet dédié à la dissuasion nucléaire devra progressivement passer de 3,5 milliards à 6 millards d’euros d’ici 2025. Cet effort visera à moderniser les deux composantes de la force de frappe française, avec le développement d’un sous-marin nucléaire lanceur d’engins (SNLE) de troisième génération et du missile M51.3 ainsi que

Face à la concurrence, la consolidation du secteur européen de l’armement naval semble inéluctable

Le marché de l’armement naval a une particularité : hormis les systèmes de combat,  les industriels américains y sont relativement peu présents, notamment sur le segment des sous-marins, ce qui, jusqu’à présent, a laissé le champ libre à leurs homologues européens. « Si les Américains sont présents sur toutes les offres occidentales, en dehors des offres