Incirlik / Archives

Une association pro-Erdogan demande l’arrestation d’officiers américains, accusés d’avoir des liens avec le mouvement Gülen

Les relations entre les États-Unis et la Turquie traversent une zone orageuse. Le soutien américain aux milices kurdes syriennes dans le cadre des opérations menées contre l’État islamique [EI ou Daesh] au Levant était déjà un motif de fâcherie entre Ankara et Washington. Mais il n’est pas le seul. Le rapprochement – spectaculaire – de

Coalition anti-EI : L’aviation allemande est sur le point de quitter la base turque d’Incirlik pour la Jordanie

Parce que Berlin a donné l’asile politique à des militaires turcs soupçonnés d’être liés au coup d’État manqué du 15 juillet 2016, Ankara interdit aux parlementaires allemands de se rendre sur la base d’Incirlik où sont actuellement déployés 6 avions de reconnaissance Tornado ECR et un ravitailler A-310 MRTT de la Luftwaffe, dans le cadre

L’Allemagne envisage de redéployer ses 6 avions de reconnaissance Tornado ECR en Jordanie

Les relations entre l’Allemagne et la Turquie ne vont pas en s’arrangeant. Comme en 2016, Ankara a décidé d’interdire la visite de députés du Bundestag au détachement allemand affecté à la base turque d’Incirlik, dans le cadre de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis. Pour rappel, fin 2015, Berlin avait envoyé en Turquie 6

Coalition anti-EI : Les Tornado allemands basés en Turquie cloués au sol pour un problème technique

Déployés pour mener des missions de reconnaissance pour le compte de la coalition anti-État islamique (EI ou Daesh) dirigée par les États-Unis, les 6 Tornado ECR allemands déployés sur la base aérienne d’Incirlik (Turquie) sont actuellement interdits de vol jusqu’à nouvel ordre. Ces appareils font partie des 39 Tornado de l’aviation allemande qui ont récemment

Coalition anti-Daesh : Berlin envisage de retirer ses avions Tornado ECR de Turquie

Fin juin, des parlementaires allemands voulant se rendre sur la base aérienne d’Incirlik, en Turquie, où la Luftwaffe a déployé 6 Tornado ECR ainsi qu’un avion ravitailleur A310 MRTT dans le cadre de la coalition ani-EI, ont dû renoncer à leur projet en raison d’une opposition des autorités turques à leur voyage. Il faut dire

Otan : La Roumanie dément avoir reçu des bombes nucléaires américaines en provenance de Turquie

Depuis le coup d’État manqué en Turquie et la purge de l’administration turque qui a suivi, des craintes ont été exprimées outre-Atlantique au sujet des bombes nucléaires tactiques B-61 stockées par l’armée américaine sur la base aérienne d’Incirlik pour le compte de l’Otan. La question de cet arsenal nucléaire en Turquie aurait pu être posée

Un rapport s’inquiète pour la sécurité des bombes nucléaires américaines stockées en Turquie

La dissuasion nucléaire de l’Otan repose essentiellement sur environ 180 bombes tactiques américaines de type B-61, réparties dans cinq pays membres, à savoir l’Allemagne, la Belgique, l’Italie, les Pays-Bas et la Turquie. Ces armes sont stockées selon le principe dit de la « double clé ». En clair, si les chasseurs-bombardiers des pays hôtes ont la capacité

La Turquie se propose de coopérer avec Moscou pour lutter contre l’État islamique

Une semaine après les excuses adressées par le président turc, Recep Tayyip Erdogan, à son homologue russe pour l’affaire du Su-24 Fencer abattu en novembre par l’aviation turque, Ankara a proposé à Moscou une coopération dans la lutte contre l’État islamique (EI ou Daesh). « Nous coopérons avec tous ceux qui combattent Daesh. C’est ce que

Des avions de guerre électronique EA-6B Prowler déployés en Turquie pour combattre Daesh

Après l’OV-10 Bronco, déployé en Irak à des fins d’essais, et le B-52 Stratofortress (et l’on ne parle pas des KC-135), un autre appareil entré en service il y a près de 50 ans vient d’être envoyé sur la base aérienne turque d’Incirlik dans le cadre des opérations menées contre l’État islamique (EI ou Daesh). En

Washington prie les familles de ses militaires de quitter le sud de la Turquie

C’est le genre de décision que l’on ne prend pas à la légère : les familles des militaires américains affectés à des bases situées dans les régions d’Izmir, de Mugla et d’Adana ont en effet été priées par Washington de faire leurs valises à cause de la « persistance de problèmes de sécurité ». Les proches du