Hezbollah / Archives

Le chef d’état-major israélien ouvert à l’idée de partager des renseignements avec les pays arabes

À plusieurs reprises, les autorités israéliennes ont mis en garde contre l’influence grandissante de l’Iran en Syrie, à la faveur de son soutien au régime de Bachar el-Assad. Qui plus est, le Hezbollah, décrit comme étant la menace la plus importante pour Israël, en a également profité pour pousser ses pions, tout en renforçant ses

Pour Israël, le Liban et la Syrie constitueront un seul front en cas de guerre

Le 10 octobre, la diplomatie américaine a promis des récompenses pouvant atteindre 7 millions de dollars pour toute information menant à « la localisation, l’arrestation ou la condamnation dans tout pays » de Talal Hamiyah et de Fouad Chokr, deux responsables de la branche militaire du Hezbollah libanais, considérée à Washington comme étant une organisation terroriste. Ainsi,

L’aviation israélienne aurait mené un raid contre un site syrien soupçonné d’abriter des armes chimiques

Ce 7 septembre, l’état-major syrien a accusé l’aviation israélienne d’avoir effectué plusieurs frappes contre un site militaire implanté au nord de la localité de Masyaf, entre Hama (centre) et Tartous, où la marine russe dispose d’une base navale. « Des avions de guerre israéliens ont tiré à 02H42 (23H42 GMT) des missiles depuis l’espace aérien libanais,

La coalition anti-jihadiste veut bloquer un convoi de combattants de Daesh évacués du Liban

En échange d’information sur le lieu où ses soldats, capturés par l’État islamique (EI ou Daesh), ont été enterrés, l’armée libanaise a autorisé les jihadistes à évacuer les positions qu’ils occupaient dans les secteurs de Ras Baalbeck et de Qaa, qui, frontaliers avec la Syrie, ont fait l’objet de l’opération « Aube des Jurd », lancée il

Israël accuse l’Iran d’installer une usine de missiles en Syrie

La semaine passée, devant le président russe, Vladimir Poutine, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a dénoncé l’influence grandissante de l’Iran en Syrie. Ce qui représente, selon lui, une « menace pour Israël, pour le Moyen-Orient et pour le monde entier. » Saluant les efforts internationaux « très importants » visant à combattre l’État islamique (EI ou Daesh), M.

L’armée libanaise annonce une pause dans son offensive lancée contre l’État islamique

Une semaine après avoir lancé l’opération « Aube des Jurd » afin de chasser l’État islamique (EI ou Daesh) dans les secteurs de Ras Baalbeck et de Qaa, frontaliers avec la Syrie, l’armée libanaise a annoncé une « pause », ce 27 août, afin d’engager des négociations au sujet de ses soldats enlevés par les jihadistes. « L’arrêt des hostilités

Face au Hezbollah, Washington veut renforcer le mandat de la Force intérimaire de l’ONU au Liban

Lors d’une rencontre avec le président russe, Vladimir Poutine, le 23 août, e Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a de nouveau fait part de ses préoccupations au sujet de l’influence militaire iranienne en Syrie. « Là où l’Etat islamique en déroute disparait, l’Iran prend pied » et « fait d’énormes efforts pour renforcer sa présence en Syrie », a

L’armée libanaise lance l’opération « Aube des Jurd » pour chasser l’EI du Liban

En juillet, le Hezbollah, la milice chiite libanaise, lança une offensive dans la région montagneuse d’Ersal, frontalière avec la Syrie, pour en chasser les combattants du Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra, lié à al-Qaïda), qui s’y étaient installés en août 2014. Et, dans le cadre d’une trève instaurée au bout de 6 jours de combat,

Le Hezbollah a lancé une offensive pour « nettoyer » la frontière libanaise de la présence jihadiste

Depuis août 2014, la région montagneuse d’Ersal, frontalière avec la Syrie, est une source de préoccupation majeure pour les autorités libanaises. Abritant plusieurs camps informels de réfugiés ayant fui la guerre civile syrienne, elle a été le théâtre d’affrontements meurtriers impliquant des jihadistes du Front Fateh el-Cham (Front al-Nosra à l’époque). La raison de cette

Syrie : Un drone pro-régime abattu après avoir attaqué les forces de la coalition à At-Tanf

La situation devient de plus en plus chaude à At-Tanf, localité syrienne située près de la Jordanie et de l’Irak. Alors que des forces spéciales américaines, britanniques et norvégiennes y sont présentes pour entraîner une faction de l’Armée syrienne libre engagée contre l’État islamique (EI ou Daesh), la coalition anti-jihadiste a bombardé, le 6 juin,