Hezbollah / Archives

L’armée libanaise lance l’opération « Aube des Jurd » pour chasser l’EI du Liban

En juillet, le Hezbollah, la milice chiite libanaise, lança une offensive dans la région montagneuse d’Ersal, frontalière avec la Syrie, pour en chasser les combattants du Front Fateh el-Cham (ex-Front al-Nosra, lié à al-Qaïda), qui s’y étaient installés en août 2014. Et, dans le cadre d’une trève instaurée au bout de 6 jours de combat,

Le Hezbollah a lancé une offensive pour « nettoyer » la frontière libanaise de la présence jihadiste

Depuis août 2014, la région montagneuse d’Ersal, frontalière avec la Syrie, est une source de préoccupation majeure pour les autorités libanaises. Abritant plusieurs camps informels de réfugiés ayant fui la guerre civile syrienne, elle a été le théâtre d’affrontements meurtriers impliquant des jihadistes du Front Fateh el-Cham (Front al-Nosra à l’époque). La raison de cette

Syrie : Un drone pro-régime abattu après avoir attaqué les forces de la coalition à At-Tanf

La situation devient de plus en plus chaude à At-Tanf, localité syrienne située près de la Jordanie et de l’Irak. Alors que des forces spéciales américaines, britanniques et norvégiennes y sont présentes pour entraîner une faction de l’Armée syrienne libre engagée contre l’État islamique (EI ou Daesh), la coalition anti-jihadiste a bombardé, le 6 juin,

Le Hezbollah menace de frapper les forces américaines en Syrie

Pour la seconde fois en moins d’un mois, le 6 juin, la coalition anti-jihadiste a bombardé des troupes syriennes au motif qu’elles représentaient une menace pour les forces spéciales américaines, britanniques et norvégiennes présentes à At-Tanf, où elles appuient une faction de l’Armée syrienne libre engagée contre l’État islamique (EI ou Daesh). Située près de

Nouvelles tensions entre Israël et la Syrie

La Syrie a accusé Israël d’avoir bombardé, le 27 avril, une position militaire située à proximité de l’aéroport international de Damas, situé à 25 km au sud-est de la capitale syrienne. Une source militaire citée par l’agence officielle syrienne SANA a parlé d’une « agression israélienne avec plusieurs missiles tirés à partir des territoires occupés [Israël

Le chef du Pentagone ne veut pas d’un autre « Hezbollah » au Yémen

Il y a encore quelques mois, les analystes ne manquaient pas pour commenter la prise de distance apparente des États-Unis à l’égard des monarchies sunnites du Golfe arabo-persique en général et de l’Arabie Saoudite en particulier, même si cela n’a pas eu trop d’impact sur les ventes d’armes américaines dans la région. La volonté de

Israël craint un « croissant iranien » au Moyen-Orient

Les monarchies sunnites du golfe arabo-persique et l’État d’Israël ont au moins un point commun : tous craignent l’influence grandissante de l’Iran au Moyen-Orient. Ainsi, l’Arabie Saoudite parle d’un « croissant chiite », qui irait du Yémen au Liban, en passant par l’Irak et sa province pétrolière – dont stratégique – du Hasa, laquelle compte une forte

Un général américain veut perturber les activités déstabilisatrices de l’Iran par des « moyens militaires »

En juillet 2015, suite à l’accord sur le programme nucléaire iranien trouvé à Vienne, certains se montrèrent optimiste en disant espérer une normalisation des relations avec Téhéran. D’autres furent plus sceptiques, estimant au contraire que la levée des sanctions économiques allait donner plus de moyens à l’Iran pour se livrer à des activités déstablisatrices au

Israël menace de détruire la défense aérienne syrienne

La semaine passée, et contrairement à ses habitudes, Israël a immédiatement reconnu avoir effectué un raid aérien dans la région de Palmyre, en Syrie, afin d’empêcher un transfert « d’armes sophistiquées » au Hezbollah, la milice chiite libanaise qu’il voit comme étant la menace numéro un contre sa sécurité. « Quand on identifie des tentatives de transfert d’armes

Accrochage sérieux entre Israël et la Syrie

Depuis le début de la guerre civile syrienne, le Hezbollah, la milice chiite libanaise qui soutient le régime de Damas, a souvent été la cible de raids aériens. Et la force aérienne israélienne a évidemment été soupçonnée d’en avoir été à l’origine. Seulement, Israël a pour ligne de conduite de ne jamais commenter ouvertement ce