habillement / Archives

La « crise » de l’habillement au sein de la Marine nationale n’est pas encore terminée

Interrogé lors d’une audition, en octobre 2015, sur les problèmes en matière d’habillement constatés sur les bases navales de Brest, Toulon et Cherbourg, le ministre de la Défense d’alors, Jean-Yves Le Drian, avait annoncé un plan d’urgence pour y remédier. À l’époque, il avait même parlé de « crise de l’habillement ». « C’est une question récurrente mais

« Crise » de l’habillement au sein de la Marine nationale

En 2010, l’idée d’externaliser la fonction habillement au sein des armées avait été mise sur la table. Afin d’en réduire les coûts, jugés trop important, il s’agissait de confier au secteur privé la réalisation, le stockage et la distribution des effets militaires, à l’exception de ceux ayant une « haute criticité opérationnelle ». Finalement, trois ans plus

La fonction « habillement » sera-t-elle externalisée en 2013?

Comme l’a souligné le rapport « Défense : préparation et emploi des forces » publié par le Sénat dans le cadre du projet de loi de finances 2013, « la fonction ‘habillement’ du ministère de la Défense est, de par son organisation et ses volumes de stocks, génératrice de surcoûts importants par rapport aux meilleures pratiques en vigueur

Note de service : ouverture d’une boutique en ligne

Zone Militaire innove une nouvelle fois en mettant à votre disposition une boutique spécialisée en ligne, en partenariat avec I-DEI. Vous pouvez vous y rendre à cette adresse : http://www.boutique-zone-militaire.com De l’habillement (veste, treillis, etc) aux insignes en passant par différents accessoires indispensables, une large gamme de produits vous est ainsi proposée, avec un paiement

Les rangers prennent la quille

Il fallait s’y faire à cette paire de rangers… Les premiers crapahuts laissaient en général des ampoules aux pieds des jeunes recrues qui n’avaient pas toujours appliqué le conseil de les casser avec le tabouret réglementaire de la chambrée afin de les assouplir. Mais à la longue, on finissait par s’y faire et même à