GTIA / Archives

L’étendard du 5e Régiment de Cuirassiers rejoindra les Émirats arabes unis

Il y a peu, quand on parlait de la 13e Demi-Brigade de Légion étrangère (DBLE), l’on désignait un groupement tactique interarmes (GTIA) basé à Zayed Military City, à 65 km d’Abou Dhabi, composé de personnels permanents, renforcés pontuellement par des unités envoyés aux Émirats arabes unis pour des missions de courte durée. Mais, maintenant que

Quelles sont les unités françaises engagées actuellement en Centrafrique?

Ces dernières semaines, les unités engagées dans l’opération Sangaris, lancée le 5 décembre dernier en Centrafrique, ont été relevées au terme de 4 mois éprouvants, tant sur le plan physique que moral. « Les hommes que nous avons rencontrés au retour de quatre mois d’opérations en RCA reviennent épuisés, physiquement et moralement. Ils travaillent sept jours

Centrafrique : Les troupes françaises concentrent leurs efforts sur l’axe reliant Bangui au Cameroun

  En Centrafrique, deux points sont essentiels. Le premier est de garder le contrôle de l’aéroport M’Poko afin de permettre l’arrivée de renforts et de l’aide humanitaire. Le second concerne l’axe routier reliant Bangui vers la localité de Béloko, située à la frontière camerounaise [voir carte], par où transite une bonne partie de l’approvisionnement de

Vers la fin du régiment?

L’on peut faire remonter la notion de régiment au règne de Louis XI, époque où ce roi constitua des « bandes », dont celles de Picardie, créées en 1479, sont à l’origine du 1er Régiment d’Infanterie (RI), actuellement implanté à Sarrebourg. Voire même à la création du corps des « francs-archers » par la petite ordonnance du 28 avril

Bull va réaliser la version initiale d’un système d’information opérationel de l’armée de Terre

L’on pouvait attendre Thales ou Cassidian. Mais c’est finalement le groupe français Bull qui a été retenu par la Direction générale de l’armement (DGA) pour réaliser une version initiale du SICS, le Système d’information du combat de Scorpion (Synergie du contact renforcée par la polyvalence et l’infovalorisation), un programme majeur et stucturant pour l’armée de

Mali : Le GTIA « Désert » prend la relève

Au plus fort de l’opération Serval, les forces terrestres françaises étaient organisées selon 3 Groupement tactiques interarmes (GTIA). Maintenant que les groupes jihadistes ont subi de lourds revers au Nord-Mali, le dispositif français a commencé à se réduire dès avril dernier, avec notamment le départ du GTIA TAP (troupes aéroportées). Et, cette tendance se poursuit

Mali : 13 tonnes de munitions ont été découvertes au nord de Gao

Lors de l’opération Panthère, menée dans l’Adrar des Ifoghas contre les sanctuaires des groupes jihadistes établis au Nord-Mali, les forces françaises et tchadiennes ont découvert au moins 158 caches d’armes et des dizaines d’ateliers de fabrication de bombes artisanales et de ceintures d’explosifs prêtes à l’emploi. Et les saisies de munitions ne sont pas terminées.

Mali : Les paras français commencent à se redéployer vers Abidjan

. Les troupes françaises engagées dans l’opération Serval depuis le 11 janvier sont en train de se réorganiser en vue de leur retrait partiel annoncé par le président Hollande pour la fin avril. Ainsi, selon l’Etat-major des armées, il s’agit désormais de concenter l’effort sur la boucle du Niger, dans le centre du pays, où

Mali : Encore des accrochages dans la région de Gao

Alors que la situation semble calme dans les environs de Tombouctou – une patrouille menée récemment par l’Escadron d’éclairage et d’appui (EAE) du 1er Régiment d’Infanterie de Marine (RIMa) et l’armée malienne n’ayant pas donné lieu à de contacts avec les jihadistes, il en va autrement dans la région de Gao, ancien bastion du Mouvement

Mali : Les forces françaises et tchadiennes ont tapé fort dans l’Adrar des Ifoghas

Au cours des trois derniers jours, les forces françaises engagées dans l’opération Serval et leurs homologues tchadiennes ont intensifié leurs actions dans l’Adrar des Ifoghas, où se sont repliés les groupes jihadistes qui avaient pris le contrôle du Nord-Mali en 2012. Et comme l’a récemment dit le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, « on