golfe arabo-persique / Archives

Le Qatar annonce le début d’un chantier visant à agrandir la base américaine d’al-Udeid

Parmi les implantations militaires américaines au Moyen-Orient, celle d’al-Udeid est la plus importante. Construite en 1996 dans le cadre d’un accord de défense conclu avec Doha, elle abrite actuellement 10.000 militaires américains ainsi que l’état-major de la coalition anti-jihadiste dirigée par les États-Unis. En outre, elle joue un rôle important pour les opérations menées par

L’Iran menace de bloquer le détroit d’Ormuz en cas de sanctions américaines sur ses exportations pétrolières

Le président Trump n’a pas seulement fait des confettis avec l’accord sur le nucléaire iranien : il entend également réduire la marge financière de l’Iran en s’en prenant notamment à ses exportations pétrolières, qui, actuellement, représentent 2% de la demande mondiale. Pour cela, Washington a menacé d’imposer des sanctions à tout pays qui, après le

Après des tirs de missiles depuis le Yémen, l’Arabie Saoudite menace (encore) l’Iran d’une riposte

En novembre 2017, alors qu’un missile balistique Borkan 2H (dérivé d’un engin iranien) tiré depuis le Yémen par les rebelles Houthis venait de tomber dans une « zone inhabitée » de l’aéroport de Riyad, l’Arabie Saoudite évoqué une « agression militaire flagrante » commise par le régime de Téhéran. Et d’affirmer qu’elle se réservait le droit de « de répondre

Le Qatar confirme l’acquisition de 24 avions de combat Eurofighter pour 6,8 milliards d’euros

En septembre dernier, le Qatar annonçait son intention d’acquérir 24 avions de combat Eurofighter Typhoon auprès du Royaume-Uni. Les discussions en vue de cette acquisition sont allées bon train puisque, le 10 décembre, l’accord finalisant cette transaction a été signé par Khalid bin Mohammed al Attiyah, le ministre quatari de la Défense, et son homologue

Téhéran accuse les gardes-côtes saoudiens d’avoir tué un pêcheur iranien

Déjà que les relations entre l’Arabie Saoudite et l’Iran sont très tendues, cet incident n’arrangera évidemment pas les choses : le 17 juin, les gardes-côtes saoudiens ont ouvert le feu sur au moins un bateau de pêche iranien, accusé d’être entré dans les eaux territoriales saoudiennes, et tué un des membres de l’équipage. A priori,

Un navire iranien a braqué un faisceau laser sur hélicoptère CH-53E américain

Régulièrement emprunté par les navires de la marine américaine, dont l’état-major de la Ve Flotte est implanté à Bahreïn, le stratégique détroit d’Ormuz donne souvent lieu à des actions « dangereuses » et « non professionnelles » menées par la composante navale des Gardiens de la Révolution iraniens. C’est ainsi que, par exemple, en décembre 2015, des tirs de

L’Otan a ouvert un bureau régional au Koweït

L’Initiative de coopération d’Instanbul (ICI) a été lancée en 2004 en vue d’établir un partenariat entre l’Otan et quatre pays du Golfe arabo-persique, dont Bahreïn, le Koweït, le Qatar et les Émirats arabes unis. Et cela pour lutter contre la prolifération d’armes de destruction massive et le terrorisme, organiser des exercices conjoints, promouvoir l’interopérabilité et

Importante hausse annoncée des dépenses militaires iraniennes

Entre 2006 et 2015, les dépenses militaires iraniennes ont baissé de 30%, sous l’effet des sanctions imposées à Téhéran par la communauté internationale en raison de son programme nucléaire. L’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm (SIPRI) avait ainsi évalué, l’an passé, le budget militaire iranien à environ 10 milliards de dollars. Seulement,

Le sultanat d’Oman a rejoint la coalition « anti-terroriste » dirigée par l’Arabie Saoudite

  Dans la rivalité qui oppose l’Arabie Saoudite à l’Iran (et plus généralement les sunnites et les chiites), le sultanat d’Oman, où la population est majoritairement ibadite, s’était jusqu’à présent gardé de prendre parti, tout en entretenant de bonnes relations avec Téhéran. Et ses cinq autres partenaires du Conseil de coopération du Golfe lui en

Londres est prêt à renforcer ses liens militaires avec les monarchies du Golfe face à « l’agressivité de l’Iran »

Alors que la prochaine administration américaine ne sera visiblement pas disposée à faire la moindre concession à l’égard de l’Iran, le Royaume-Uni pourrait suivre la même ligne. Du moins, c’est que laissent penser les propos tenus par Theresa May, qui aura été la première femme et le premier chef du gouvernement britannique à participer, ce