général Lanata / Archives

La maîtrise des espaces aériens va être un « enjeu majeur » pour l’armée de l’Air et la Royal Air Force

De la Première Guerre Mondiale à la récente opération Hamilton, en passant par les unités de la France Libre intégrée à la Royal Air Force ou encore à l’affaire de Suez, les forces aériennes françaises et britanniques affichent une proximité qui ne s’est jamais démentie depuis les débuts de l’aviation militaire. Aussi, pour marquer cette

Le Commando Parachutiste de l’Air n°10 a reçu une quatrième Croix de la Valeur militaire

Signe de l’importance du rôle que tiennent les forces spéciales dans les opérations militaires actuellement menée par la France, le Commando Parachutiste de l’Air n°10 (CPA 10) est la première unité de l’armée de l’Air à avoir reçu quatre Croix de la Valeur militaire (CVM) avec palme de bronze. La dernière lui a été remise

Armée de l’Air : Les lacunes de l’aviation de transport vont durer « encore quelques années »

« On ne répare pas 20 ans de sous-investissements en quelques mois », avait lancé, en mars, le général André Lanata, le chef d’état-major de l’armée de l’Air (CEMAA). Et la prochaine Loi de programmation militaire (LPM) 2019-2025, même si elle amorce une remontée en puissance (sous réserve qu’elle soit exécutée à la lettre) ne permettra pas

Frappes en Syrie : La France a assuré la direction tactique des opérations aériennes

Lors de la conférence de presse qu’il a donnée, avec la ministre des Armées, Florence Parly, pour donner le bilan des frappes contre le programme chimique syrien [opération Hamilton], le chef d’état-major des armées, le général François Lecointre, a souligné le défi qu’il a fallu relever pour coordonner un raid à la fois inter-alliés (France,

Brexit : Le général Lanata n’a aucune inquiétude sur l’avenir des relations entre l’armée de l’air et la Royal Air Force

Brexit ou pas, il n’est pas question pour le Royaume-Uni de se désintéresser de la sécurité européenne. Ainsi, en février, Theresa May, Mme le Premier ministre britannique, plaida pour un « partenariat intense et privilégié » avec l’Union européenne en matière de sécurité et de défense. Et lors de la conférence de Munich sur la sécurité, Mme

Pour le chef d’état-major de l’armée de l’Air, « on ne répare pas 20 ans de sous-investissements en quelques mois »

Pour la première fois depuis la fin des années 1990, un projet de Loi de programmation militaire (LPM), en l’occurrence celui qui va être débattu au Parlement pour les années 2019-2025, ne prévoit pas d’imposer des suppressions de postes et de réduire des moyens. Ces dernières dix dernières années, comme d’ailleurs ses homologues, l’armée de

Le soutien à l’exportation du Rafale pèse trop lourdement sur l’activité de l’armée de l’Air

Contractuellement, l’État s’était engagé à acquérir 11 Rafale par an afin de pouvoir maintenir la ligne d’assemblage de cet appareil chez Dassault Aviation. Or, la Loi de programmation militaire 2014-2019, avant son actualisation, prévoyait une réduction des livraisons de cet avion à l’armée de l’Air. D’où la nécessité absolue de décrocher des contrats à l’exportation.

La modernisation de l’aviation de combat française soumise à un calendrier difficile à tenir

La coupe budgétaire de 850 millions d’euros imposée l’été dernier au ministère des Armées a affecté en grande partie l’armée de l’Air. Ainsi, le projet de doter les drones MALE (Moyenne Altitude Longue Endurance) MQ-9 Reaper d’une charge utile de renseignement électromagnétique a été reporté à des jours meilleurs, de même que la capacité radar

Face au manque de personnels, l’armée de l’Air n’exclut pas de nouvelles restructurations

  Les deux dernières Lois de programmation militaire ont littéralement « rincé » l’armée de l’Air dans le domaine des effectifs, alors que son activité va largement au-delà du contrat opérationnel qui lui avait été fixé. En juin dernier, le général Olivier alors commandement de la défense aérienne et des opérations aériennes (CDAOA), fit état d’une « situation

Les opérations aériennes françaises devraient continuer au Levant, même après la fin du « califat » de l’EI

Entre les missions ponctuelles de police du ciel menées au profit des États baltes, les opérations Barkhane (Sahel) et Chammal (Levant), les vols de reconnaissance régulièrement effectués en Libye et la protection de l’espace aérien français (sans oublier les missions quotidiennes de service public), l’armée de l’Air est très sollicitée, au point que cela provoque