GAT / Archives

Pendant qu’on rabote le budget des Armées, les opérations continuent : 12 jihadistes ont été neutralisés au Mali

Le 9 juillet, un convoi des Forces armées maliennes (FAMa) est tombé dans une embuscade tendue par des jihadistes présumés à une soixantaine de kilomètres de Ménaka (nord-est du Mali). Selon un dernier bilan, cette attaque aurait fait 3 tués et 5 disparus. Le lendemain, dans la même région, lors d’une mission de reconnaissance, deux

Une attaque contre la base française de Tessalit évitée grâce aux soldats tchadiens

La vigilance des soldats tchadiens de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation du Mali (MINUSMA) a permis d’éviter une attaque contre la Plateforme Désert Relais (PFDR) de la force française Barkhane à Tessalit. L’un des modes opératoires suivis par les groupes armés terroristes (GAT) pour attaquer les forces internationales, qu’elles soient

Barkhane : Une opération aéroportée tourne mal, avec un tué et plusieurs blessés parmi les parachutistes français

Le 17 juin, à 22h45 (00h45 heure de Paris), depuis son quartier général de N’Djaména [Tchad], la force française Barkhane a lancé une nouvelle opération conjointe, appelée « Aquila », dans le secteur d’Amoustarat, à une centaine de kilomètres au nord de Gao, afin d’y « réassurer les forces armées maliennes dans un secteur où les groupes armés

Au moins 9 soldats maliens ont été tués dans une embuscade, près de la Mauritanie

Deux jours après l’opération Bayard, menée dans le sud-est du Mali par la force Barkhane, et au cours de laquelle plus de 20 jihadistes ont été « neutralisés », un convoi de l’armée malienne (FAMa) a attaqué entre Dogofri et Nampala, dans le centre du pays, près de la frontière avec la Mauritanie. « Une mission de ravitaillement

Les forces françaises ont neutralisé une vingtaine de jihadistes au Mali

Du 27 mars au 10 avril, la Force française Barkhane mena une importante opération – appelée Panga – dans le secteur de la forêt de Foulsaré, qui, situé à proximité de la frontière entre le Mali et le Burkina Faso, est connu pour être une zone de repli pour le groupe jihadiste burkinabè Ansarul Islam,

Un militaire du 6e Régiment du Génie tué lors d’un accrochage au Mali

Dans le cadre d’une opération tripartite mobilisant la force française Barkhane et des unités maliennes et burkinabées, un caporal-chef du 6e Régiment du Génie d’Angers a été tué au cours d’un accrochage, le 5 avril, dans une région de l’est du Mali, frontalière avec le Burkina Faso. « Le président de la République a appris avec

Le « Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans » revendique sa première attaque au Mali

« Jusqu’à présent, nous avons fait de gros efforts au Nord-Mali dans le but de détruire les GAT [groupes armés terroristes, ndlr] dans cette zone. Nous les avons fortement perturbés et neutralisés en partie. Pendant ce temps, la menace a resurgi dans le centre du pays », confiait le général Xavier de Woillemont, le chef de la

La France renforce son soutien militaire au Niger

Le Niger est confronté à une double menace jihadiste : il doit en effet faire face aux groupes armés liées à al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) au nord et à l’ouest ainsi qu’à Boko Haram (dont une partie est affiliée à l’État islamique) au sud. Qui plus est, sa position géographique en fait une place

Mali : La force Barkhane a neutralisé un groupe armé près de la frontière algérienne

Dans la nuit du 19 au 20 février, des militaires français de la Force Barkhane ont été pris à partie par un groupe armé, lors d’une « opération d’interception », dans le nord du Mali, non loin de la frontière algérienne. La Force Barkhane « Barkhane a neutralisé un groupe armé terroriste (GAT) dans la région de Boughessa »,

Libye : Le maréchal Haftar loue le soutien militaire que lui fournit la France

Avant décembre 2015, le choix était simple. Étant donné que le gouvernement de Baïda était issu d’un Parlement élu en juin 2014 et replié à Tobrouk, il était tout naturel le reconnaître face à celui qui, soutenu le Congrés général national (CGN, l’ancien Parlement), dominé par les islamistes, s’était maintenu à Tripoli. Puis, sous l’égide