frégates / Archives

Une Loi de programmation militaire pour faire patienter la Marine nationale

Au regard des besoins exprimés par les forces armées, l’élaboration de la Loi de programmation militaire 2019-2025 revenait à vouloir faire entrer plusieurs édredons dans une valise. Aussi, des choix ont dû être faits. Et, pour la Marine nationale, le bilan est plutôt mi-figue, mi-raisin. Le renouvellement des patrouilleurs hauturiers et des avisos, dans le

Le Canada écarte l’offre de Naval Group et de Fincantieri pour ses futures frégates

L’audace ne paie pas toujours. Et le tandem formé par le français Naval Group et l’italien Fincantieri viennent de l’apprendre à leurs dépens. Pour remplacer les destroyers de la classe Iroquois ainsi que les frégates polyvalentes de type Halifax de la Marine royale canadienne dans le cadre du programme NCC (Navires de combat canadiens), Ottawa

Le chef d’état-major de la Marine veut plus de frégates de « premier rang »

Selon les plans tels qu’ils ont été définis par le Livre blanc sur la Défense et la sécurité nationale (LBDSN) de 2013 et la Loi de programmation militaire (LPM) 2014-2019 actualisée, la Marine nationale ne devrait compter que 15 frégates dites de premier rang à l’horizon 2030. Alors que les frégates étant l’épine dorsale d’une

La procédure visant à renouveler la flotte de surface de la marine canadienne a été lancée

Le gouvernement canadien a annoncé, le 27 octobre, l’ouverture d’un appel d’offres visant à acquérir de nouveaux navires de combat afin de remplacer les frégates de la classe Halifax, dont le premier exemplaire est entré en service en 1992. Ainsi, des entreprises « préqualifiées », dont la liste n’a pas été précisée, sont désormais invitées à soumettre

Au risque de froisser Pékin, Washington autorise la vente de frégates à Taïwan

Après avoir reconnu la République populaire de Chine, les États-Unis ont adopté, en 1979, le Taïwan Relations Act, c’est à dire une loi définissant les relations entre Washington et Taipeh. Or, pour Pékin, Taïwan fait partie de son territoire, en vertu de sa politique d’une seule Chine. Et le gouvernement chinois fait du  soutien à

Pékin proteste contre la livraison prochaine de 4 frégates américaines à Taïwan

Fin novembre, le Kuomintang (KMT), le parti au pouvoir à Taïwan, a largement perdu les élections locales, ce qui a eu pour conséquence la démission du Premier ministre, Jiang Yi-huah. Selon les observateurs de la vie politique taïwanaise, la défaire du KMT s’explique en partie par sa volonté de resserrer les liens avec Pékin. Au

Le porte-avions Charles de Gaulle sera doté d’un nouveau système d’identification « ami/ennemi » fourni par Thales

La Direction générale de l’armement (DGA) a confié au groupe français d’électronique de défense Thales un contrat visant à équiper le porte-avions Charles de Gaulle ainsi que les deux frégates de défense aérienne de type Horizon de la Marine nationale en systèmes d’identification « ami/ennemi » (IFF pour Identification Friend or Foe) de dernière génération. « L’installation de

Sagem va moderniser l’optronique des frégates Horizon et Cassard

La Direction générale de l’armement (DGA) a notifié à Sagem, filiale du groupe Safran, un contrat visant à moderniser les sytèmes optroniques 4 des frégates Chevalier Paul Forbin, Cassard et Jean Bart. L’annonce en a été faite le 7 février par un communiqué diffusé par l’industriel. Cette modernisation consistera à intégrer sur ces navires le

8 ou 11 frégates multimissions? La réponse sera connue fin 2016…

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, l’a affirmé à plusieurs reprises : en 2025, la Marine nationale disposera de ses 11 frégates multimissions (FREMM), dont la tête de série, l’Aquitaine, a été livrée en 2012. Selon le projet de Loi de programmation militaire (LPM), la Marine comptera 6 FREMM en 2019. Plus deux

Affaire des frégates : Taïwan réclame une rallonge de 100 millions de dollars

Quand l’affaire des frégates de Taïwan sera-t-elle enfin soldée? En 1989, les autorités taïwanaises font par de leur souhait d’acquérir 6 bâtiments de la classe La Fayette. En premier lieu, le président Mitterrand, pour ne pas froisser la Chine, a refusé cette vente, avant de se raviser quelques mois plus tard après une recommandation de